Un essai avec le Wild pour Kevin Lalande

Kevin Lalande.... (Courtoisie)

Agrandir

Kevin Lalande.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Exilé dans la KHL depuis cinq ans, Kevin Lalande aura une chance de revenir en Amérique du Nord au cours des prochaines semaines.

Le gardien originaire de Clarence Creek a été invité à prendre part au camp du Wild du Minnesota mercredi en tant que «joueur professionnel à l'essai», lui qui attendait patiemment dans la capitale alors que des rumeurs voulaient que son ancien club en Russie, le CSKA (anciennement l'Armée rouge) de Moscou, l'échange au Dynamo de Minsk, au Bélarus.

«C'est une bonne opportunité. J'ai eu l'appel de mon agent Serge Payer (mardi) soir à 22h30 et il disait que c'était un no-brainer, qu'il fallait que j'y aille. Alors me voici à l'aéroport. Ça fait longtemps que je n'ai pas pris un vol vers les États-Unis. Je suis excité», a raconté Lalande quelques minutes avant de prendre la direction du Minnesota.

«Ils ont (Devan) Dubnyk et (Darcy) Kuemper 'en haut' et je pense que (Nicklas) Backstrom n'est pas remis de sa blessure, donc il pourrait y avoir une ouverture pour jouer à Iowa dans la Ligue américaine. On verra, je vais prendre ça au jour le jour et voir où ça va me mener. Ils ne m'ont fait aucune promesse, je ne sais pas si je vais jouer un match hors-concours», a-t-il ajouté.

Le choix de cinquième ronde des Flames de Calgary en 2005 n'a pas joué dans la Ligue américaine depuis la saison 2009-2010 qu'il avait passée avec le Crunch de Syracuse, club-école des Blue Jackets de Columbus.

Contrat insensé

Par la suite, il a joué une saison avec Chekhov, trois avec Minsk et la dernière avec le CSKA, où il a présenté d'excellentes statistiques (fiche de 16-3-2, moyenne de 1,39 et taux d'efficacité de ,939). Ce dernier club a cependant mis l'ancien Oiler Viktor Fasth pendant la saison morte pour le remplacer.

«Je pensais bien retourner à Minsk, ils avaient une entente avec CSKA pour obtenir mes droits dans un échange, mais ils voulaient qu'on signe le contrat avant de conclure la transaction. Ça traîne depuis deux ou trois semaines, ils m'ont offert un contrat avec un salaire de base et des primes reliées à différentes performances (taux d'efficacité, nombre de matches joués), mais ils changeaient les chiffres de place à gauche et à droite, ça ne faisait pas de sens de signer ça», dit le cerbère de 28 ans qui a défendu les couleurs du Bélarus lors des deux derniers championnats du monde, ayant obtenu la double nationalité il y a quelques années.

En confiance

Lalande s'entraînait depuis quelques semaines déjà avec les joueurs de la LNH de la région ainsi que ceux des Sénateurs qui étaient arrivés en ville, donc il se sent d'attaque pour se présenter à un camp de la meilleure ligue au monde.

«C'était de bonnes pratiques, avec un bon tempo. (L'ancien Sénateur) Shean Donovan dirigeait la circulation et Fred Brathwaite (entraîneur des gardiens de Hockey Canada) était là aussi pour s'occuper des gardiens, donc c'était pas mal bon pour moi», mentionne Kevin Lalande, qui était habitué de se rapporter au camp d'entraînement à la fin juillet en Russie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer