«J'ai joué mon dernier match» - Daniel Brière

Daniel Brière aura terminé sa carrière dans l'uniforme... (PATRICK WOODBURY, ARCHIVES LEDROIT)

Agrandir

Daniel Brière aura terminé sa carrière dans l'uniforme de l'Avalanche du Colorado. Le Gatinois doit rendre sa décision officielle mardi, dans une conférence de presse à Philadelphie.

PATRICK WOODBURY, ARCHIVES LEDROIT

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Brière
Le Droit

J'ai passé les derniers jours à discuter avec mes proches. Avant que la nouvelle se propage, j'ai envie de la partager avec tous les gens de ma région natale, qui m'ont accompagné tout au long de ma carrière.

J'ai joué mon dernier match dans la Ligue nationale de hockey. Le moment est venu pour moi d'annoncer ma retraite.

Ce n'est vraiment pas une décision qui se prend à la légère. J'y réfléchis depuis plusieurs semaines. En fait, l'idée a commencé à germer dans mon esprit l'hiver dernier, quand j'étais au Colorado. Je me trouvais loin de mes enfants, qui étaient restés à Philadelphie. Ce n'était vraiment pas une situation facile pour moi.

Cet été, plus je passais du temps avec eux, moins je me voyais quitter la maison une fois de plus et repartir la machine pour une autre saison.

Si j'ai bien pris mon temps avant de prendre ma décision, c'est que je voulais m'assurer de ne pas me tromper.

J'étais bien conscient de la situation dans laquelle je me trouvais. Avec la saison que nous avons connue l'an dernier, avec mon temps de glace qui a été limité au sein d'une formation qui a raté les séries... Je réalise qu'il n'aurait pas été facile pour moi de me trouver un autre job dans la LNH.

Ça n'a pas influencé ma décision.

Je mets un terme à ma carrière de joueur pour m'impliquer davantage dans la vie de mes trois garçons. Ils arrivent à un âge crucial où ils ont besoin d'un père à la maison.

Caelan a 17 ans. Il entame sa dernière année à l'école secondaire. Carson fêtera ses 16 ans le mois prochain. Cameron a 14 ans. Pour lui, le secondaire débute.

Je veux être plus présent pour les accompagner dans leurs études. Je veux leur montrer le bon chemin. Des fois, quand la supervision parentale n'est pas optimale, la nature humaine pousse les jeunes à chercher des chemins plus faciles. À tricher. Il est important que je rentre à la maison pour cela.

Je veux aussi m'impliquer davantage dans leurs activités sportives. Ils joueront tous les trois au hockey cette saison.

En étant plus présent, je pourrai leur montrer des choses toutes simples. Je pourrai par exemple leur inculquer de bonnes habitudes alimentaires et de bonnes méthodes d'entraînement. Ce sont des choses qui les accompagneront jusqu'à la fin de leurs jours.

Ce sont des choses que mes parents ont faites pour moi.

On me suggère d'utiliser cette chronique pour remercier des gens. Ce sont justement mes parents, Robert et Constance, qui me viennent à l'esprit en premier.

Les parents de jeunes athlètes investissent beaucoup de temps et d'argent pour permettre à leurs enfants de vivre leurs rêves. Avec ma soeur Guylaine, les miens se sont imposé beaucoup de sacrifices durant ma jeunesse. Je leur dis un gros, gros merci.

Pour ce qui est des autres... Disons que je pourrais noircir les pages de plusieurs journaux si je commençais à nommer tous les gens qui m'ont aidé, qui m'ont soutenu durant toutes ces années. J'ai peur d'en oublier. Je suis convaincu que les gens que j'aimerais remercier aujourd'hui seront capables de se reconnaître.

•••

Même si je réfléchis à la retraite depuis un certain temps, je n'ai pas vraiment pris le temps de faire le bilan de ma carrière. On dirait que je ne suis pas encore rendu là.

Dans les 18 dernières années, les bons moments ont été nombreux. Je me suis fait de nombreux amis et j'ai vécu bien des choses que je n'oublierai jamais. Il est vrai que mon but ultime n'a pas encore été atteint. Je n'ai toujours pas remporté la coupe Stanley. Quand je regarde rapidement, je me dis que je peux être fier de ce qui a été accompli jusqu'à maintenant.

Ce n'est peut-être pas fini. Même si ma priorité dans les prochains mois sera de ne pas trop m'éloigner de la maison, je pourrais quand même trouver un peu de temps pour m'impliquer auprès des Flyers, ici, à Philadelphie. J'ai toujours été bien traité au sein de cette organisation et je serais fier d'y conserver un rôle.

Rien n'est établi, rien n'est officiel. Je n'ai pas accepté un poste à temps complet avec eux. J'ai toujours été un fan de hockey. J'ai toujours aimé la game. Ça ne changera pas.

Sinon, j'ai hâte de passer un peu plus de temps avec Misha, ma compagne des quatre dernières années.

Je ne serai pas fâché de prolonger un peu ma saison de golf. Dans le passé, je devais plus ou moins ranger mes bâtons vers la fin du mois de juillet, quand je devais commencer à m'entraîner plus intensément sur glace.

Je vais rendre ma décision officielle demain, dans une conférence de presse à Philadelphie. Après, je profiterai de quelques jours de vacances en Outaouais.

Je vais voir Guylaine, son conjoint Rock, leurs enfants Zaac et Deven. J'aurai du temps pour tous mes amis proches de l'Outaouais, ceux qui m'ont soutenu autant dans les moments les plus difficiles que dans les moments heureux.

Je me suis déjà engagé à prendre part au tournoi de golf Branchaud-Brière, jeudi, au Club Le Sorcier. Je serai également de la Marche en Rose de la Fondation Santé Gatineau, samedi.

J'ai déjà hâte de vous voir.

Propos recueillis par Sylvain St-Laurent

Le parcours de Brière

Le Gatinois Daniel Brière a décidé de mettre un terme à sa brillante carrière de hockeyeur. Au cours des 18 derniers hivers, celui qu'on croyait trop frêle pour connaître une belle carrière a trouvé le moyen de disputer 973 parties dans la Ligue nationale. Il a marqué plus de 300 buts et récolté près de 700 points en saison régulière. Il a surtout brillé dans les séries éliminatoires, où il a longtemps conservé une moyenne supérieure à un point par match. Bref survol de ses années dans le monde du sport.

PRINTEMPS 1994 - Un championnat pour l'Intrépide

Au début de la saison 1993-94, une nouvelle équipe de hockey de calibre midget AAA fait son apparition en Outaouais. Grâce à un jeune attaquant surdoué, l'Intrépide de Gatineau ne tarde pas à laisser sa marque. Le 31 mars 1994, l'Intrépide remporte le championnat des séries éliminatoires. Daniel Brière, alors âgé de 16 ans, mérite le titre de joueur le plus utile à son équipe avec une récolte de 32 points en séries.

AUTOMNE 1994 - Un grand départ pour Drummondville

Brière dispute trois saisons complètes dans la LHJMQ. En 198 parties dans l'uniforme des Voltigeurs de Drummondville, il marque 170 buts et récolte 416 points. Au terme de la saison 1994-95, il mérite le trophée Marcel-Robert, à titre de joueur étudiant de l'année. Son stage junior prend fin chez lui, quand les Voltigeurs subissent l'élimination contre les Olympiques de Hull en séries éliminatoires.

ÉTÉ 1996 - Choix de première ronde

Le repêchage de 1996 n'est pas particulièrement riche. Malgré les doutes qui subsistent au sujet de son petit gabarit, Brière est repêché en fin de première ronde par les Coyotes de Phoenix. Il fait le saut chez les pros au début de la saison 1997-98. Il dispute son premier match dans la LNH le 19 mars 1998, en Arizona. Il marque son premier but deux jours plus tard, dans un match sur la route, à Los Angeles.

MARS 2003 - Une transaction qui change tout

Brière passe quatre années à faire la navette entre Phoenix et leur club école de Springfield, dans la Ligue américaine. Même s'il atteint le plateau des 30 buts et des 60 points à sa première saison complète dans la LNH, en 2001-02, on sent qu'il a du mal à trouver sa place dans le désert. Le 10 mars 2003, on l'échange aux Sabres de Buffalo en retour de l'attaquant Chris Gratton. Cette transaction relancera sa carrière.

AUTOMNE 2005 - Un «C» sur le chandail

Brière comprend rapidement qu'il sera un joueur apprécié à Buffalo. Il partage le titre de capitaine des Sabres - avec son coéquipier Chris Drury - à compter de la saison 2005-06. Avec sa deuxième organisation dans la LNH, le Gatinois connaît la meilleure saison de sa carrière. Il enregistre 95 points en 2006-07. Cette année-là, à Dallas, il mérite le titre de joueur par excellence du Match des étoiles de la LNH. Il aide les Sabres à atteindre le troisième tour des séries éliminatoires deux années consécutives, en 2006 et 2007.

JUILLET 2007 - Un gros contrat

À 29 ans, à titre de joueur autonome sans compensation, Brière fait l'objet de beaucoup de convoitise. Le 1er juillet 2007, il accepte l'offre mirobolante des Flyers de Philadelphie. Il appose sa griffe au bas d'un contrat de huit ans d'une valeur de 52 millions$ US. Cette décision ne fait pas de lui un homme très populaire au Québec. On apprend rapidement qu'il a refusé une autre généreuse offre du Canadien de Montréal. Il juge alors que ses chances de gagner sont meilleures à Philadelphie. Il ne se trompe pas. En 2010, les Flyers s'inclinent en finale de la coupe Stanley. Avec une récolte de 30 points en 23 parties, Brière est, de loin, le meilleur marqueur de son équipe.

ÉTÉ 2013 - Retour au bercail

Alors que sa carrière tire à sa fin, Brière se rapproche tranquillement de la maison. Il s'implique dans le projet de construction du Complexe Branchaud-Brière, un amphithéâtre sportif qui devient, entre autres, le domicile de l'Intrépide. À l'été 2013, quand les Flyers rachètent les deux dernières années de son contrat, il accepte finalement l'offre du Canadien. Durant sa seule saison à Montréal, le vétéran attaquant obtient 25 points en 69 parties. Il ajoute sept points en 16 rencontres durant un printemps où le Tricolore atteint la finale de l'Association Est.

AUTOMNE 2014 - Une dernière saison dans les Rocheuses

Le 30 juin 2014, en marge du repêchage amateur de la LNH, Brière est échangé au Colorado. Pour obtenir ses services, l'Avalanche cède au Canadien un choix de cinquième ronde en 2015 ainsi qu'un autre ailier natif de l'Outaouais, Pierre-Alexandre Parenteau. À sa 16e et dernière saison dans la LNH, Brière atteint le plateau des 300 buts. Il dispute sa dernière partie le 11 avril 2015, au Pepsi Center de Denver. L'Avalanche signe une victoire de 3-2 contre les Blackhawks de Chicago.

Sylvain St-Laurent, LeDroit

Daniel Brière

Statistiques dans la Ligue midget AAA du Québec (saison régulière)
Parties jouéesButsAidesPointsMinutes de pénalité
86807715784

Statistiques dans la LHJMQ (saison régulière)
Parties jouéesButsAidesPointsMinutes de pénalité
198170246416232

Statistiques dans la Ligue américaine (saison régulière)
Parties jouéesButsAidesPointsMinutes de pénalité
16988129217148

Statistiques dans la Ligue nationale (saison régulière)
Parties jouéesButsAidesPointsMinutes de pénalité
973307389696744

Statistiques dans la Ligue nationale (séries éliminatoires)
Parties jouéesButsAidesPointsMinutes de pénalité
124536311698
Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer