Douloureuse séparation entre Condra et les Sénateurs

Erik Condra va retrouver Jon Cooper à Tampa... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Erik Condra va retrouver Jon Cooper à Tampa Bay.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Bryan Murray nous avait prévenus. Il ne s'attendait pas à faire de grosses vagues à l'ouverture du marché des joueurs autonomes.

Il a mis trois joueurs sous contrat, mais ces trois joueurs - Eric O'Dell, Michael Kostka et Zack Stortini - seront fort probablement à Binghamton lorsque la prochaine saison débutera.

Non, les Sénateurs d'Ottawa ne forment pas une meilleure équipe, ce matin. Ils ont même perdu Erik Condra, un fier plombier qui a brillé par sa constance au cours des cinq dernières saisons.

«Je suis un peu sous le choc. J'étais vraiment convaincu que je trouverais une façon de m'entendre avec Ottawa», a lancé l'ailier américain de 28 ans en fin de journée.

«Je suis un peu déçu parce que les Sénateurs n'étaient pas prêts à m'offrir un contrat aussi généreux et aussi long que certaines autres équipes. Mais je ne peux quand même pas me plaindre. Le Lightning m'offre quand même une superbe opportunité de poursuivre ma carrière.»

C'est le moins qu'on puisse dire.

L'automne dernier, quand il ne faisait pas vraiment partie du groupe de 12 attaquants réguliers de Paul MacLean, Condra s'est sans doute demandé s'il avait encore sa place dans la meilleure ligue au monde.

Il a reçu une réponse définitive mercredi, quand il a signé un contrat bon pour les trois prochaines saisons. Il touchera un salaire annuel de 1,25 millions$ US pour la durée de cette entente.

Il se dit particulièrement fier de se greffer à une formation qui vient de s'incliner en grande finale de la coupe Stanley.

«Avec MacLean, en début de saison, je passais zéro minute par match sur la patinoire. Avec Dave Cameron, je passais entre 15 et 18 minutes par match. C'est drôle comme les choses peuvent évoluer rapidement dans le monde du hockey. En fin de saison, je crois bien avoir prouvé que je pouvais être utile, que je pouvais produire», dit-il.

Murray tout aussi déçu

Quand il s'est présenté devant les journalistes, en fin d'après-midi, mercredi, Murray semblait un brin irrité d'avoir perdu un vétéran.

«Nous aimons beaucoup Erik Condra. Nous avons essayé de le convaincre de rester», assure-t-il.

«Pas besoin de faire la nomenclature de toutes les choses que nous apprécions à son sujet. Il est apprécié dans le vestiaire. Il est utile lors des infériorités numériques. Il est courageux. Quand il décoche des lancers, il rate la cible dans seulement 50% des cas...»

Le dernier commentaire a été lancé par le directeur général avec un brin de sarcasme. Condra a marqué neuf buts la saison dernière. Un sommet en carrière. Il n'est pas reconnu pour avoir le compas dans l'oeil...

Murray a défendu sa décision en expliquant qu'il ne pouvait plus se permettre d'offrir de contrats à très long terme à des joueurs de soutien.

Le camp de perfectionnement des Sénateurs bat son plein depuis maintenant deux jours. L'homme de hockey du Pontiac estime que certains seront capables d'évoluer dans la Ligue nationale de hockey très prochainement.

«Je pense notamment à Nick Paul... Je ne devrais probablement pas lui lancer des fleurs publiquement, mais j'ai vraiment l'impression qu'il pourrait être prêt d'ici quelques mois. Il devrait commencer l'année à Binghamton. En deuxième moitié de saison, il pourrait se retrouver ici, avec nous.»

«J'ai accordé des contrats à long terme à des vétérans dans le passé. Je l'ai fait avec David Legwand l'an dernier. Et je l'ai regretté.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer