• Le Droit > 
  • Sports > 
  • Hockey 
  • > LNH: Les dirigeants évaluent la prolongation à trois-contre-trois 

LNH: Les dirigeants évaluent la prolongation à trois-contre-trois

Le circuit du commissaire Gary Bettman pourrait transformer... (L.E. Baskow, AP)

Agrandir

Le circuit du commissaire Gary Bettman pourrait transformer ses prolongations en saison régulière.

L.E. Baskow, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Las Vegas

La LNH pourrait adopter la formule du trois-contre-trois en prolongation dès la saison prochaine, à condition qu'elle obtienne l'approbation du bureau des gouverneurs.

Les joueurs auraient préféré cette formule à celle qui prévaut dans l'AHL - trois minutes à trois-contre-trois, suivies de quatre à quatre-contre-quatre -, a indiqué le directeur général des Red Wings de Detroit Ken Holland.

Les directeurs généraux ont accepté en mars de modifier le format de la prolongation, mais celui-ci reste encore à être déterminé.

Un système permettant à l'entraîneur-chef de contester un but à cause de l'obstruction sur le gardien ou un hors-jeu controversé pourrait également être adopté, à condition d'obtenir l'approbation du bureau des gouverneurs.

Les directeurs généraux ont aussi appris lors de leur rencontre à Las Vegas que le plafond salarial sera de 71,4 millions $US la saison prochaine.

Le plafond salarial grimpe à 71,4 millions $

Le plafond salarial la saison prochaine sera plus élevé que certaines équipes de la LNH le redoutaient.

La Ligue nationale de hockey et l'Association des joueurs de la LNH ont annoncé conjointement que le plafond salarial pour la saison 2015-16 sera de 71,4 millions $ US.

C'est une augmentation de 2,1 millions $ par rapport aux 69 millions de cette saison, soit plus que ce qui était prévu il y a quelques mois.

La faiblesse du dollar canadien avait mené à des projections autour de 70-71 millions $.

C'est la clause d'indexation de cinq pour cent dont l'AJLNH peut se prévaloir qui a gonflé le plafond salarial à 71,4 millions.

Les joueurs ont l'option de hausser le plafond de cinq pour cent à chaque année. Toutefois en raison d'un montant placé en fiducie, une ponction du salaire des joueurs qui sert à s'assurer que les salaires ne dépassent pas 50 pour cent des revenus de la ligue, ceux sous contrat peuvent voter contre.

Ils ont finalement opté pour la hausse, ce qui met plus d'argent dans le système et offre un peu de marge de manoeuvre aux équipes qui manquent d'espace pour respecter le plafond salarial.

«C'est ce qui était le plus bénéfique, du moins pour nous, les joueurs, mais je crois que ça l'est également pour l'ensemble des acteurs et pour le développement du sport, a commenté le capitaine des Islanders de New York John Tavares, citant notamment la faiblesse du dollar canadien. C'est l'une des choses que nous ne contrôlons pas, donc il faut composer avec les circonstances actuelles, et c'est la raison pour laquelle nous avons choisi cette option.»

Des équipes comme les Blackhawks de Chicago et les Flyers de Philadelphie en bénéficieront principalement même s'ils devront néanmoins réduire leur masse salariale.

«Ce sera difficile pour notre équipe et difficile pour certains de nos coéquipiers, a admis le capitaine des Hawks Jonathan Toews. Ce n'est de toute évidence pas un moment de réjouissance, sachant que nous devrons probablement nous départir de quelques joueurs.»

De l'autre côté, des clubs comme les Coyotes de l'Arizona, les Sabres de Buffalo et les Predators de Nashville devront dépenser pour respecter le nouveau plancher salarial fixé à 52,8 millions $.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer