Gudbranson fait sa place

Erik Gudbranson.... (Photo: André Pichette, La Presse)

Agrandir

Erik Gudbranson.

Photo: André Pichette, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Même s'il complète ces jours-ci sa quatrième saison dans la LNH, Erik Gudbranson n'a pas fini d'apprendre.

Il lui arrive encore de trébucher; de connaître de bien mauvais matches.

Ça lui est arrivé mardi dernier, à Tampa Bay. Dans les 10 premières minutes de la partie, il a été pris en flagrant délit sur les deux premiers buts marqués par le Lightning.

Son entraîneur Gerard Gallant n'était pas content. Il a décidé de l'envoyer réfléchir pendant un match dans la galerie de la presse.

Au fil des derniers mois, le jeune géant d'Orléans a quand même gagné la confiance de son entraîneur. «Il va revenir en force samedi. Il va livrer une grosse performance à Montréal. Vous allez bien voir», a lancé Gallant aux journalistes de la Floride.

Au Centre Bell, samedi, Gudbranson a été le meneur au chapitre des mises en échec. Il en a complété six. Il a décoché six lancers vers le filet de Carey Price. Il a bloqué deux lancers. Il ne s'est surtout pas retrouvé sur la patinoire sur aucun des trois buts marqués par le Canadien.

«On a voulu me lancer un message. C'était à moi de bien rebondir», a-t-il répondu tout simplement au Droit, hier, pour clore ce court chapitre de sa saison.

Heureusement pour Gudbranson, les contre-performances n'ont pas été trop nombreuses cette année. Puisque les Panthers vont compléter leur campagne avec une séquence de cinq parties à domicile, il pourrait bien présenter un différentiel positif pour la première fois de sa carrière.

«Cette année, j'ai vraiment trouvé ma place, mon rôle dans la ligue. Désormais, je sais comment je dois jouer pour connaître du succès, prétend-il. Il n'est pas facile pour un jeune défenseur de se trouver dans la Ligue nationale. Ça m'a pris beaucoup de temps. Quand j'avais 18 ou 19 ans, j'étais convaincu que je marquerais une dizaine de buts et que je récolterais 35 points chaque année. Ça ne s'est pas passé ainsi. Maintenant, je sais que je dois me concentrer sur ma défensive. Je dois être robuste.»

«Je veux que les joueurs des équipes adverses pensent à moi quand ils arrivent en Floride. Je veux qu'ils sachent qu'ils vont être obligés de jouer contre moi quand ils vont affronter les Panthers. Je veux qu'ils sachent d'emblée que ce ne sera pas facile.»

Merci, Ekblad

L'arrivée d'un autre défenseur très prometteur - et plus jeune - en Floride a peut-être aidé Gudbranson à trouver son rôle.

Désormais, le joueur franco-ontarien n'a plus à s'imposer la pression d'être le défenseur numéro un des Panthers. Ce rôle est clairement celui d'Aaron Ekblad.

À 19 ans, Ekblad n'a pas eu trop de mal à atteindre les objectifs qu'avait Gudbranson en début de carrière. Il a franchi le plateau des 10 buts. Il a inscrit son 35e point il y a une dizaine de jours.

Les membres de la Professionnal Hockey Writers Association pourraient facilement décider de lui décerner le trophée Calder à titre de recrue de l'année.

«Aaron, c'est un joueur exceptionnel. C'est un jeune homme exceptionnel, vraiment. Il travaille très fort. Sa compréhension du jeu lui permet déjà se comparer aux meilleurs joueurs de la ligue. Il a 19 ans. Il a encore beaucoup de choses à apprendre. Mais ce qu'il a réussi à accomplir jusqu'à maintenant est vraiment impressionnant», dit-il.

«Il me fait sentir vieux, parfois. Mais pas trop, quand même», complète celui qui, à 23 ans, demeure le troisième plus jeune défenseur en Floride.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer