Pour suivre chaque coup de patin

Lors du récent match des étoiles, des puces... (Agence France-Presse)

Agrandir

Lors du récent match des étoiles, des puces ont été installées sur les chandails de joueurs et dans les rondelles.

Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stephen Whyno
La Presse Canadienne
TORONTO

L'idée de pouvoir suivre chaque mouvement d'un joueur de hockey n'est peut-être plus si farfelue.

Sur une base expérimentale, la LNH a commencé à étudier une technologie qui permet de suivre chaque coup de patin, et qui pourrait être rendue disponible dès la saison prochaine.

Lors du récent match des étoiles, des puces ont été installées sur les chandails de joueurs et dans les rondelles, dans cette optique.

«Nous ne savons pas exactement où ça va nous mener, a dit le commissaire Gary Bettman. Notre but est d'offrir le genre d'informations qui donneront aux amateurs de nouvelles perspectives et de nouvelles avenues de discussion. Nous espérons pouvoir atteindre un point où tout ce qui passe dans les matches va être archivé de façon numérique.»

Sportvision, la compagnie à l'origine de la ligne visible de premier essai au football, ainsi que du repère visuel des tirs dans la zone des prises, au baseball, travaille avec la LNH depuis déjà six ans.

«Je qualifierais ça de succès pour nous (le recours aux puces au Nationwide Arena), a dit le chef de la direction de Sportvision, Hank Adams. Nous avons été très satisfaits, et nous espérons que ça puisse mener à une sorte de partenariat à plus long terme. Ça reste toutefois à voir.»

Il y a plusieurs obstacles, mais on espère que la technologie sera prête à compter de la saison prochaine ou de la suivante.

«Nous en sommes encore à faire des tests, a prévenu Bettman. Je dirais que nous en sommes au stade embryonnaire, mais je pense que nous allons atteindre un point où le jeu sera bonifié pour les membres des médias, les diffuseurs et les partisans.»

La somme d'informations qui serait recueillie, comme la vitesse maximum d'un joueur, amène toutefois certaines hésitations.

«Nous n'avons pas fini d'en discuter avec les joueurs, a mentionné le directeur exécutif de l'Association des joueurs de la LNH, Don Fehr. Il y a des questions qui font sourciller les joueurs, mais il y a aussi le concept plus général de créer des statistiques qui ne veulent rien dire.»

Mathieu Schneider, l'ancien défenseur qui est maintenant un adjoint de Fehr, est à la fois intéressé et très prudent, concernant l'info recueillie et comment on l'utiliserait. Les doutes sont notamment en lien à un impact potentiel sur les décisions des entraîneurs et les négociations de contrat.

«C'est le genre de choses qui sont abordées avec les joueurs en ce moment, a dit Schneider. Est-ce que les entraîneurs vont commencer à gérer le club un iPad à la main? Les gars veulent savoir que ça na va pas être utilisé à outrance ou de la mauvaise façon.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer