Un match pas si insignifiant

Bobby Ryan... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Bobby Ryan

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Bobby Ryan est de retour en ville après avoir passé une fin de semaine « mémorable » au Match des étoiles de la LNH.

L'attaquant-vedette des Sénateurs passe beaucoup de temps sur Internet, dans les réseaux sociaux. Pendant qu'il s'amusait comme un fou à Columbus, il lisait les commentaires de plusieurs internautes choqués par le manque d'intensité démontrée sur la patinoire du Nationwide Arena par les meilleurs hockeyeurs de la planète.

Certains allaient jusqu'à remettre en question la pertinence de la Classique annuelle.

Ryan estime que ceux-là n'ont pas compris.

« C'est vrai que nous n'avons pas accordé trop d'importance à la défensive avec le nombre record de buts marqués. La réussite du week-end des étoiles ne dépend pas nécessairement de la qualité de la partie. C'est plus gros que ça. J'espère que les gens pourront un jour comprendre. L'Ohio voulait utiliser ce week-end pour prouver sa valeur en tant que marché important pour la LNH. En ce sens, c'est réussi. Il y a également le facteur humain qui n'est pas à négliger. »

Les fans - même ceux qui n'ont pas regardé le Match des étoiles en direct à la télévision - ont vu des images de Ryan circuler. Des caméras l'ont vu fraterniser avec le jeune Chris Sutter.

Le fils de l'entraîneur-chef des Kings de Los Angeles, Darryl Sutter, vit avec la trisomie 21. Il a pu accompagner son père derrière le banc d'Équipe Foligno, dimanche après-midi.

« Quel enfant incroyable, s'exclame Ryan. Il a fait son apparition dans notre vestiaire samedi soir. C'est lui qui a livré le discours de l'entraîneur avant le concours d'habiletés. Il m'a tout de suite reconnu à cause de toutes mes années passées en Californie. Il savait qu'Anze Kopitar est un de mes bons amis. Nous avons eu bien du plaisir tout au long de la fin de semaine. Les caméras n'ont capté qu'un petit bout de l'histoire. Chris est vraiment un jeune homme très intéressant. »

Ryan a particulièrement apprécié le repêchage du jeudi. Il a eu la chance de fraterniser avec tous les autres joueurs. « J'avais peur d'être le dernier joueur repêché. Finalement, j'imagine que mon côté bon gars a joué en ma faveur. Il paraît que je un gars que les gars aiment côtoyer dans un vestiaire. »

Une fraternité qui agace

Les liens amicaux et l'esprit fraternel qui unissent les joueurs de la LNH d'aujourd'hui ne plaisent pas à tous. Évidemment.

Il était question de la prochaine Coupe du monde de hockey durant le plus récent point de presse de Dave Cameron. Plus particulièrement, de l'équipe qui réunira les meilleurs joueurs canadiens et américains de 23 ans et moins.

« C'est le reflet d'un grand changement dans l'attitude des joueurs d'aujourd'hui. Il n'y a plus de barrières. Les gars se côtoient au Match des étoiles ou au Match des plus beaux espoirs... Souvent, les clients d'une agence se réunissent l'été pour participer à des camps de perfectionnement. On est loin de l'époque où le Canadien Montréal et les Blackhawks de Chicago disposaient de leurs wagons distincts lorsqu'ils voyageaient dans le même train », se plaint Cameron.

« Je ne regarde plus les périodes d'échauffement parce que je ne supporte pas de voir des joueurs d'équipes différentes qui discutent sur la ligne rouge. L'ancien Dave n'aime pas ça. Le nouveau Dave doit se montrer conciliant et accepter cette réalité. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer