Dans l'ombre de Seguin et Benn

Soixante-troisième meilleur marqueur de la ligue, Jason Spezza... (Archives, AFP)

Agrandir

Soixante-troisième meilleur marqueur de la ligue, Jason Spezza fait un excellent deuxième centre.

Archives, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(DALLAS) Au complexe d'entraînement des Stars de Dallas, dans la banlieue de Frisco, il y a une impressionnante boutique de souvenirs.

N'y cherchez surtout pas un chandail, un t-shirt ou n'importe quelle autre babiole à l'effigie de Jason Spezza.

Le seul club de hockey des ligues majeures du Texas investit tous ses efforts de marketing sur ses deux meilleurs attaquants. Ici, tout passe par Tyler Seguin et Jamie Benn. En tant que troisième meilleur marqueur de son équipe, Spezza passe complètement sous l'écran radar.

Il adore cela.

Quelques semaines après avoir soufflé 31 bougies, le centre torontois a obtenu ce qu'il voulait. Il a quitté Ottawa et l'organisation avec laquelle il avait passé ses 11 premières campagnes dans la Ligue nationale de hockey. Il a eu besoin de passer environ deux mois à Dallas pour réaliser qu'il avait pris la bonne décision. Il s'est alors empressé de signer une prolongation de contrat de quatre ans qui lui permettra probablement de terminer sa carrière dans le Lone Star State.

Pour toutes ces raisons, il semble particulièrement détendu et serein à quelques heures de son premier match contre ses anciens coéquipiers des Sénateurs.

«Je suis un membre à part entière des Stars de Dallas maintenant», assure-t-il.

«Si ce premier match avait été disputé au mois de novembre, j'aurais probablement réagi différemment. Les choses ont eu le temps d'évoluer dans la première moitié de la saison. J'ai eu le temps d'aller sur la route avec ma nouvelle équipe. Les voyages m'ont permis de tisser des liens avec mes nouveaux coéquipiers. Nous formons maintenant un groupe très uni», enchaîne celui qui pourrait, bien malgré lui, être l'attaquant à surveiller ce soir.

Malade, Seguin représente un cas douteux pour le match de ce soir. Benn soigne un petit bobo. Il pourrait aussi rater le match.

Avec ses 29 points amassés durant la première moitié du calendrier régulier, Spezza occupait hier matin le 63e rang du classement des meilleurs marqueurs de la LNH. Pour un centre numéro deux, c'est excellent. Pour les dirigeants des Stars, ce n'est pas entièrement satisfaisant.

«Il y a un facteur chance à ne pas négliger dans le monde du hockey. Jason n'a pas été chanceux jusqu'ici. Dans notre dernier match, par exemple, il a frappé un poteau. Je persiste quand même à croire que sa production sera meilleure dans la deuxième moitié. Même s'il ne porte plus l'étiquette du centre numéro un, il passe quand même beaucoup de temps sur la patinoire», souligne le directeur général des Stars, Jim Nill.

L'entraîneur-chef Lindy Ruff est du même avis. Il croit que Spezza continuera de s'améliorer au fur et à mesure qu'il s'adaptera à son nouvel environnement.

«Nous ne lui demandons pas d'être un joueur différent ou de faire des choses qui ne lui ressemblent pas. Il demeure un bon leader. Il vient de sortir d'une situation particulière. Je sais de quoi je parle. J'ai déjà été le capitaine d'une équipe de la LNH. Je sais que les capitaines ont parfois tendance à un peu trop s'en vouloir pour certaines choses. Des fois, avec eux, des petites choses finissent par prendre beaucoup trop de place.»

À ce sujet, Spezza a reconnu hier qu'il aurait aimé porter le «C» plus longtemps chez les Sénateurs. Sinon, il n'a pas de regrets.

«Pas du tout, même. Je suis heureux ici. M'installer ici aura été une bonne décision.»

sstlaurent@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer