Brodeur a encore le feu sacré

Martin Brodeur... (Patrick Woodbury, atchives Le Droit)

Agrandir

Martin Brodeur

Patrick Woodbury, atchives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

La Presse Canadienne
TORONTO

Martin Brodeur n'est pas assis à côté de son téléphone à attendre qu'une équipe lui fasse signe. Pendant que son agent fait des pieds et des mains pour lui trouver du boulot, le gardien de but continue de s'entraîner et de patiner aussi souvent que possible dans l'espoir que sa carrière dans le circuit Bettman se prolonge encore un peu. Un mois après le coup d'envoi de la saison, Brodeur est au chômage, à 42 ans. Mais il ne songe pas à lancer la serviette. «Je ne veux pas laisser passer le train, a commenté Brodeur lundi avant la cérémonie d'intronisation au Temple de la renommée. J'ai encore le feu sacré, j'aimerais encore pouvoir jouer, mais (la situation) est compréhensible étant donné la qualité des gardiens dans cette ligue. La qualité des jeunes gardiens est incroyable. Nous verrons si mon expérience est valable auprès d'une organisation ou non.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer