Roy lasse de jouer à la chaise musicale dans l'Ouest

« Ce sont les blessures et les opérations... (Archives, Associated Press)

Agrandir

« Ce sont les blessures et les opérations qui m'ont ralenti dans les dernières années. Maintenant, je suis en santé. J'ai très hâte de recommencer à faire mes preuves», affirme Derek Roy, originaire de Rockland.

Archives, Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Nashville) Une autre saison, un autre vestiaire pour Derek Roy.

« J'espère bien que celui des Predators sera mon dernier », a lancé l'attaquant originaire de Rockland, en guise de salutation, cette semaine.

Il est vrai que vivre dans ses valises, après un certain temps, peut devenir lassant. Roy a visiblement du mal à s'y faire.

Dans les rangs juniors, il n'avait pas été appelé à déménager. Il avait disputé quatre saisons complètes chez les Rangers de Kitchener. Chez les pros, ça n'a pas vraiment changé. Il a passé ses neuf premières campagnes dans l'organisation des Sabres de Buffalo.

« Dans la Ligue américaine comme dans la Ligue nationale, j'ai toujours vécu dans l'ouest de l'État de New York. Après un certain temps, le décor est devenu familier. Les équipes de l'Association Est n'ont pas à effectuer de très longs voyages. J'étais bien dans ma routine », raconte-t-il.

Il y a deux ans, maintenant, que dure sa mini-tournée de l'Association Ouest. Il a disputé 30 matches avec les Stars de Dallas, 12 parties avec les Canucks de Vancouver et une saison quasi-complète de 75 rencontres avec les Blues de Saint-Louis avant d'atterrir à Music City.

Il souhaite maintenant demeurer avec les Predators à long terme, mais c'est loin d'être acquis. En tant que joueur autonome sans compensation, il a paraphé un contrat d'une seule saison. Il touchera un très modeste salaire d'un million $ US avec les Preds.

« J'ai discuté avec plusieurs équipes cet été, mais Nashville était clairement mon premier choix, assure-t-il. Les entraîneurs m'ont tout de suite assuré que je ferais partie du top 6 à l'attaque. Ils ne m'ont pas imposé de contraintes. Ils m'ont dit de sauter sur la glace et de retrouver ma vitesse de croisière », raconte celui qui a connu une de ses moins bonnes saisons en carrière avec les Blues : 37 points en 75 matches.

Jusqu'à maintenant, les dirigeants des Preds ont tenu promesse. Roy a entrepris la saison régulière au centre du deuxième trio, entre les jeunes Filip Forsberg et Craig Smith.

« Ce sont les blessures et les opérations qui m'ont ralenti dans les dernières années. Maintenant, je suis en santé. J'ai très hâte de recommencer à faire mes preuves. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer