Deux frères intrépides

Alexandre et Mathieu Gagnon sont les deux premiers... (Martin Roy, Le Droit)

Agrandir

Alexandre et Mathieu Gagnon sont les deux premiers frères de l'histoire de l'Intrépide de Gatineau à jouer ensemble dans la même édition.

Martin Roy, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ils partagent les mêmes parents. Ils vivent sous le même toit. Sur la patinoire extérieure de la résidence familiale dans le quartier du Cheval-Blanc, Alexandre et Mathieu Gagnon ont compté des milliers de buts en partageant leur passion commune pour le hockey.

Aujourd'hui, les deux frères ont la chance de vivre un rêve dans la Ligue midget AAA du Québec. Ils ont écrit l'histoire en devenant les deux premiers frères à s'aligner dans la même édition de l'Intrépide de Gatineau.

Alexandre, 17 ans, est capitaine du club. Mathieu, 15 ans, est une recrue qui suit dans ses traces.

Réunis au sein d'un même trio depuis le Challenge CCM de la Ligue midget AAA en décembre, les frères Gagnon traversent leurs meilleurs moments de la saison. Espoir des Tigres de Victoriaville, Alexandre a été ralenti par des blessures en début d'année, mais il est rendu à 17 points en 18 matches. Mathieu totalise 14 points en 32 rencontres, mais neuf de ces points sont survenus dans les sept derniers matches.

Dimanche, les frangins ont joué un rôle vital dans la remontée des Gatinois face aux Lac St-Louis. De sa position derrière le banc, l'entraîneur-chef Martin Lafleur peut constater à quel point les deux frères aiment évoluer ensemble.

« Ils ont une chimie naturelle. On voit qu'ils apprécient le fait d'être ensemble. Ils ont une belle complicité. Ils n'ont pas peur de se parler. Il existe un respect mutuel entre les deux. Ce sont de bonnes personnes et de bons coéquipiers très respectés dans notre club. Ils mènent par l'exemple. Alexandre est notre leader, mais Mathieu a tout ce qu'il faut pour devenir capitaine à son tour. »

Gamins, les frères Gagnon rêvaient de jouer dans la même équipe. Quand Mathieu est arrivé au niveau bantam, le rêve devenait de plus en plus accessible. « C'est là que nous avons vraiment commencé à y croire sérieusement. J'aurais aimé rester dans le junior cette année, mais quand je suis revenu, j'étais content de réaliser notre rêve », a expliqué l'aîné.

Alexandre et Mathieu expliquent que leur complicité a commencé très jeune. « Notre père arrosait la patinoire dans la nuit et il la déblayait pour nous. Après l'école, nous sautions dessus et nous jouions avec notre père pendant que notre mère préparait le repas. On rentrait en gardant nos patins dans les pieds et on ressortait le soir », se souvient Alexandre.

Mathieu était toujours à ses côtés même s'il était plus jeune et que les amis de son grand frère étaient là. « Il se tirait assez bien d'affaire », lance Alexandre. Et Mathieu de rajouter. « Ça m'a aidé de jouer avec des plus vieux. Alex m'incluait avec ses amis. Il m'aidait. »

D'ailleurs, Alexandre et Mathieu ont suivi sensiblement le même chemin dans le hockey mineur. « Nos styles sont semblables. Nos statistiques étaient semblables. Nous avons le même coup de patin et la même vision du jeu sauf que Mathieu a grandi plus vite que moi. Il est plus physique et plus méchant que moi. Il frappe solidement. C'est ce qu'il a de plus ! », ajoute Alexandre.

À force de jouer avec son aîné, Mathieu a appris des trucs. « Sur la glace, nous n'avons même pas besoin de regarder pour savoir où l'autre va se trouver. C'est facile de jouer ensemble », dit le cadet.

Capitaine de l'Intrépide, Alexandre se réjouit toujours quand un coéquipier marque un but, mais il existe une valeur rajoutée quand c'est son frérot qui compte. « Il y a toujours une fierté quand Mathieu a du succès. Il travaille tellement fort pour ça. »

Cette année, Mathieu vivra son premier repêchage dans la LHJMQ. Idéalement, les deux frères voudraient jouer ensemble au hockey junior, mais les chances que ça se produise sont minces. « Si ça n'arrive pas, ça serait toujours plaisant de pouvoir rivaliser l'un contre l'autre », de conclure Mathieu.

L'Intrépide revient de l'arrière

Privé des services de quatre joueurs réguliers et d'un cinquième qui s'est ajouté aux blessés en fin de rencontre, l'Intrépide de Gatineau a quand même été en mesure de signer un deuxième gain consécutif au Complexe Branchaud-Brière dimanche. Les Gatinois ont effacé un déficit de 0-2 après une période pour remonter la pente et l'emporter 5-3 contre les Lions du Lac St-Louis. Les frères Alexandre et Mathieu Gagnon ont excellé dans la victoire. Le premier a été décoré de la première étoile du match en marquant un but et plus de préparer le but de Mathieu qui avait replacé les deux équipes sur un pied d'égalité à 2-2. Mathieu Gagnon s'est vu décerner la troisième étoile. Connor Romain avait amorcé la remontée des locaux en deuxième période. Les frères Gagnon ont ensuite inscrit les deuxième et troisième buts de l'Intrépide (11-20-2). Xavier Simoneau a ajouté le but de la victoire et Mathieu Cloutier a scellé l'issue du match en marquant dans une cage déserte. L'Intrépide a profité de 12 avantages numériques pour contrôler la rencontre 34-24 au chapitre des tirs au but. Les Lions (19-12-1) avaient tenu les Gatinois en échec à leurs 10 premiers avantages numériques de la partie jusqu'à ce que les frères Gagnon arrivent à percer le gardien Hugo Chiasson. Jérémie Lefebvre a également bien fait devant la cage des vainqueurs même s'il a cédé un but rapide pendant une supériorité numérique gatinoise en début de match.

Les 67's rebondissent

Un trio de joueurs natifs d'Ottawa a aidé les 67's à mettre fin à sa séquence de trois défaites consécutives samedi à Hamilton. Mathieu Foget et Patrick White, tous les deux d'Orléans, et Jared Steege de Cobden dans la vallée d'Ottawa, ont hérité des trois étoiles de la rencontre en amassant de multiples points dans une victoire de 5-2 sur les Bulldogs à la fin d'un voyage de trois matches en autant de jours. Ancien du College Merrimack, Foget a amassé trois passes. White et Steege ont fourni un but et une passe chacun alors que le Russe Artur Tyanulin a aussi ajouté deux points. Sasha Chmelevski, Austen Keating et Noel Hoefenmayer ont également touché la cible dans le gain des 67's (18-20-5). Chez les Bulldogs (20-17-5), l'Ottavien William Bitten a obtenu une mention d'aide. Leo Lazarev a réalisé 24 arrêts devant la cage des vainqueurs.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer