Les Estacades triomphent, un carré d'as pour l'Intrépide

Les Estacades de Trois Rivieres ont remporté les... (Martin Roy, Le Droit)

Agrandir

Les Estacades de Trois Rivieres ont remporté les honneurs pour une 2e fois en quatre ans.

Martin Roy, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Pas facile de survivre jusqu'à la dernière journée du Challenge CCM de la Ligue midget AAA du Québec quand seulement deux clubs sur 20 peuvent y parvenir chaque année.

Les Estacades de Trois-Rivières ont pourtant l'habitude d'accéder à ce rendez-vous prisé. L'année 2016 n'aura pas fait exception. Championne en 2013 et finaliste en 2014, la formation trifluvienne a renoué avec les joies du triomphe ultime dimanche après-midi au Complexe Branchaud-Brière en disposant des Élites de Jonquière par la marque de 5-1.

Les Estacades ont ainsi complété un parcours parfait à Gatineau où ils ont remporté leurs six matches de la semaine. Le capitaine Cédric Desruisseaux jubilait lorsqu'il a enfilé sa casquette des champions pendant les célébrations sur la patinoire. « On se rend souvent très loin dans ce tournoi parce que nous avons des entraîneurs d'expérience qui savent nous préparer et qui nous donnent confiance. La différence dans ce tournoi, c'est que nous avons reçu la contribution de tous nos trios. Chacun a joué son rôle », a expliqué l'espoir des Tigres de Victoriaville, qui a terminé son tournoi avec six buts et sept points.

La victoire des Estacades est accompagnée d'un laissez-passer pour le premier tour des séries éliminatoires de la Ligue midget AAA du Québec. « C'est sûr que la semaine de repos supplémentaire sera bénéfique à la fin de l'année. L'an dernier, j'ai pu constater les avantages de jouer une ronde de moins dans les séries », a ajouté Desruisseaux.

Le gardien Benjamin Lajoie a été d'office dans cinq des six victoires de la semaine improbable des Estacades. Disons que les deux finalistes n'étaient pas parmi les favoris avant l'ouverture des hostilités. Les Estacades (11-7-7) occupaient le 10e rang du circuit Baillargé alors que les Estacades (7-14-6) avaient perdu 15 matches de suite avant de se mettre à gagner dans le tournoi.

Intrépide demi-finaliste

L'Intrépide a d'ailleurs vu son parcours freiné par les Élites devant une bonne foule samedi soir. Malgré leur domination de 26-18 dans les tirs au but, les Gatinois n'ont pu percer le gardien Jonathan Cournoyer. Ils ont perdu 3-0. En matinée, l'Intrépide avait éliminé la puissante formation du Blizzard du Séminaire St-François avec un gain de 2-1 grâce à un but en prolongation de Xavier Simoneau.

L'entraîneur-chef Martin Lafleur était fier du tournoi de son club malgré la défaite dans le carré d'as. « Nous étions placés dans une division difficile, mais nous avons fait face à l'adversité. Notre objectif était de devenir une meilleure équipe dans ce tournoi et c'est ce qui est arrivé. Nous avons pris de l'expérience dans des situations critiques. Nous avons donné du fil à retordre au Blizzard. Leur coach a dit que nous avons été parmi les clubs à lui occasionner le plus de difficultés cette saison. »

Lafleur va se souvenir longuement de la « victoire magique » de 4-0 contre les Riverains du Collège Charles-LeMoyne vendredi pour accéder à la ronde éliminatoire. « C'était 1-0 jusqu'en troisième période, mais ça nous prenait quatre buts de plus que les Riverains pour passer. Nous avons réussi dans les dernières minutes. Puis, il y a eu la victoire en prolongation en quarts de finale. Nous avons laissé beaucoup d'émotions dans ce match-là. Ç'a paru dans le match en soirée même si nous avons bien joué. Les Élites ont été opportunistes sur leurs deux buts, puis leur gardien (Cournoyer) arrêtait tout, même les rondelles qu'il ne voyait pas. Il a été exceptionnel. Il a signé trois blanchissages dans le tournoi. »

Assurément, la prestation de l'Intrépide devrait lui injecter une dose de confiance pour le reste de la saison.

Vers une nouvelle tradition outaouaise

À sa troisième année d'une entente de quatre ans avec la Ligue midget AAA du Québec, l'organisation de l'Intrépide de Gatineau est en train de créer une nouvelle tradition en Outaouais.

Tranquillement, le Challenge CCM semble vouloir remplacer le défunt tournoi international midget Kiwanis de Hull. Les affluences aux matches sont en constante augmentation depuis que le tournoi est disputé au Complexe Branchaud-Brière.

« Nous n'avons jamais eu d'aussi bonnes assistances entre le mercredi et le samedi. C'est sûr que l'Intrépide était en finale l'an dernier et ç'a attiré beaucoup plus de monde que la finale de cette année, mais les estrades commencent à se remplir. Nous sommes loin des bonnes années du Kiwanis, mais une nouvelle tradition s'installe. J'ai vu des anciens visages du Kiwanis cette semaine », a expliqué Alain Brisson, président du tournoi.

Ce dernier a avancé que son organisation avait accrédité 252 dépisteurs au Challenge. « C'est un record. À ma grande surprise, j'ai même vu des dépisteurs de la LNH. »

Pour la dernière année de son entente avec la ligue en 2017, Alain Brisson voit grand. « Je peux déjà dire que nous allons faire une application pour les quatre années suivantes. L'année prochaine, on voudrait passer de 20 à 24 clubs. Nous avons déjà tissé des liens avec des équipes que nous aimerions inviter. La règle d'or, c'est qu'il faudra rester dans le même complexe, quitte à commencer le tournoi une journée plus tôt. »

Évidemment, Alain Brisson se devait de remercier son armée de 80 bénévoles. « Ce tournoi est impossible sans leur contribution. Ce sont des bénévoles tellement bien rodés que je ne suis jamais stressé ! »

Baillargé impressionné

Président du circuit midget AAA du Québec, Denis Baillargé s'est montré impressionné par la 11e édition du Challenge CCM. « L'Intrépide est sur la coche. Les installations, l'hôtellerie, les routes, les bénévoles, les médias. C'est merveilleux à Gatineau. »

Toute la semaine, il a admiré les étoiles de demain. Le spectacle lui a grandement plu. « Il y avait beaucoup de talent sur la patinoire. Plus que d'habitude. Ce qui m'a frappé, c'est la parité entre nos équipes. Les favoris n'ont pas passé la journée de vendredi. L'année dernière, les Lions du Lac St-Louis étaient en 12e position quand ils ont joué ce tournoi, mais ils ont gagné la coupe Jimmy-Ferrari et presque la Coupe Telus. [...] Avec la parité, tu as toujours une chance. »

La dernière observation de Denis Baillargé porte sur le statut des joueurs de 14 ans. « Nous en avions très peu avant. Maintenant, nous en avons quatre par année. Il faudra réfléchir à cette tendance. Alexis Lafrenière et Jakob Pelletier ne sont pas venus dans notre ligue à 14 ans et ils dominent maintenant. Nos joueurs de 14 ans de l'an dernier sont parmi nos meilleurs, mais je crois que Lafrenière et Pelletier ont profité d'une année bantam de plus. Ils ont pu dominer. Ils ont pu marquer des buts. Ils ont pu prendre confiance. C'est important. Il y a plus qu'un chemin pour accéder au midget AAA. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer