Hockey à l'autrichienne au Challenge CCM

L'ancien du Canadien de Montréal Brian Savage est... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

L'ancien du Canadien de Montréal Brian Savage est entraîneur associé pour le Red Bull de Salzbourg.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

En 2015, les équipes masculines du Canada ont remporté les Championnats du monde de hockey senior et junior. Les Canadiens sont aussi médaillés d'or en titre aux Jeux olympiques.

Le Canada, terre de nos aïeux. Terre qui fournit la plus forte proportion de joueurs à la LNH. Mais se pourrait-il que la véritable cité du hockey soit en Europe? Cette semaine, au Challenge CCM de la Ligue midget AAA du Québec, une équipe fait tourner bien des têtes: le Red Bull de Salzbourg.

Son camp de base est au pied des Alpes autrichiennes, mais les joueurs viennent de partout. Ils ont été recrutés dans huit pays différents. Six joueurs viennent du Canada. Deux autres des États-Unis. Brian Savage, ancien du Canadien de Montréal, est entraîneur associé au Red Bull, mais il est également responsable du recrutement en Amérique du Nord.

L'ancien #49 du CH n'a pas eu besoin de se faire tirer l'oreille bien longtemps pour se joindre à l'organisation du Red Bull, qui fonctionne avec des budgets similaires aux équipes de la... LNH. Parce que l'Académie du hockey du Red Bull était intéressée à son fils, Ryan, on l'a invité à visiter les installations à la fine pointe de la technologie à Salzbourg. Le clan Savage a rapidement été séduit.

«Sur place, il y a deux patinoires aux dimensions olympiques, des salles de perfectionnement dotées d'équipements spécialisés pour améliorer les lancers et le coup de patin, un centre de conditionnement physique, une clinique et un édifice pour loger les joueurs avec une cafétéria et des salles de classe.»

Tout y est. Et contrairement à l'Amérique où les efforts sont principalement axés sur le jeu collectif dans les structures conventionnelles, l'Académie du Red Bull dispose du personnel nécessaire pour développer les habiletés individuelles des joueurs. Les cinq équipes du programme U16 à U21 ont 24 entraîneurs à leur disposition, dont huit spécialistes des habiletés individuelles! Mario Richer, de Thurso, était du groupe aux débuts du programme.

«Certains développent les techniques de lancers, d'autres du patin, etc. Chaque joueur a deux séances de 90 minutes par semaine avec ces entraîneurs spécialisés. Au bout de 8-9 mois, ça fait 64 entraînements personnalisés. C'est difficile d'avoir un entraîneur personnel ici»

Le plus incroyable dans cette histoire, c'est que le Red Bull ne forme pas nécessairement des joueurs pour renflouer ses deux équipes professionnelles en Allemagne et en Autriche. Le milliardaire à la tête de la boisson énergétique, Dietrich Mateschitz, souhaite avant tout que sa marque soit reconnue pour former les meilleurs athlètes au monde.

«Des collèges, des universités et des équipes juniors pensent que nous venons voler leurs joueurs. Ce n'est pas le cas. Certains ne passent qu'un an ici. Ça pourrait être le cas de mon fils qui a été repêché par les Silvertips d'Everett dans la WHL. Il n'a que 15 ans, mais il vise à se joindre au programme de développement américain. Nous aidons plutôt les collèges et les clubs juniors, car ils sont de bien meilleurs joueurs quand ils reviennent.»

Développer, divertir et gagner

Le Red Bull U18 est à Gatineau cette semaine, mais il a déjà joué dans des tournois en Finlande, en Suède, en République tchèque, en Suisse, en Allemagne et ils seront aux États-Unis bientôt. «C'est une expérience unique à une fraction du prix, car Red Bull finance presque tout.»

Le slogan du club? «Développer, divertir et gagner», dit l'entraîneur-chef d'origine américaine Matt Deschamps.

Intimidant sur le plan physique, le club «cosmopolite» a facilement remporté son premier match du Challenge mercredi, 6-2 contre le Séminaire St-François.

Le Challenge CCM en vrac

Forte présence des joueurs des Olympiques aux matches du Challenge CCM mercredi

Âgés de 16 ans, Simon Messier, Alexandre Gagnon et Jeffrey Durocher sont venus voir leurs anciens coéquipiers, tout comme Gabriel Bilodeau, Alexandre Landreville et Marc-Olivier Crevier-Morin. Quant à lui, Alexandre Alain est venu encourager son frère Marc-Olivier, un espoir de premier plan du Blizzard du Séminaire St-François...

Le Blizzard en a eu plein les bras contre le Red Bull de Salzbourg. Après 10 minutes, c'était déjà 5-0. Le Blizzard s'est accroché par la suite. Portant le #49 de son père Brian, Ryan Savage a compté deux buts...

Le gardien du Red Bull, Benjamin Beck, fait 6' 7", ce qui a fait dire à Serge Beausoleil de l'Océanic de Rimouski que ça ne devrait même pas être légal d'avoir un gardien de cette taille...

Si Benoît-Olivier Groulx semble être le meilleur espoir chez les attaquants du tournoi, les dépisteurs de la LHJMQ s'entendent pour dire que Jared MacIsaac (Cole Harbour) serait le meilleur défenseur et qu'Olivier Rodrigue (Jonquière) serait le meilleur gardien. Il faudra aussi surveiller les deux exceptionnels de 14 ans du Phénix du Collège Esther-Blondin, Samuel Poulin et Xavier Parent. Ils ont récolté deux points chacun mercredi...

Dix autres parties sont au programme de la journée de jeudi au Complexe Branchaud-Brière à partir de 10h.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer