Michaël Joly laisse sa marque sur la coupe

Michaël Joly jour avec l'Océanic de Rimouski.... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Michaël Joly jour avec l'Océanic de Rimouski.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Michaël Joly a vécu le moment le plus enivrant de sa carrière de hockeyeur en marquant le dernier but de la saison dans la LHJMQ tard lundi.

En récupérant un retour de Frédérik Gauthier pour ensuite déjouer Zachary Fucale au début de la deuxième période de prolongation du septième match de la finale, le Gatinois a permis à l'Océanic de Rimouski de soulever la coupe du Président devant une salle comble de 5062 spectateurs au Colisée Financière Sun Life.

Le but décisif a semé l'hystérie dans la foule. Dans un excès d'enthousiasme, Joly a aussitôt retiré son casque pendant que ses coéquipiers se ruaient vers lui. « Je ne me souviens de rien. Ça m'a pris quelques secondes avant de réaliser que nous venions vraiment de gagner la coupe ! », a-t-il expliqué au Droit mardi après une nuit festive à Rimouski.

Bon endroit, bon moment

Le #88 de l'Océanic avait eu plusieurs occasions de mettre fin au match dans la première période de prolongation, mais chaque fois, le gardien des Remparts de Québec s'était dressé devant lui. Le franc-tireur gatinois a finalement réussi à battre Fucale pendant un avantage numérique.

« Le match était tellement serré. Ça aurait pu basculer d'un côté comme de l'autre. J'avais manqué quelques occasions de marquer, mais au moins j'avais des chances. C'était un bon signe. Je n'étais pas stressé. J'étais au bon endroit au bon moment sur le but gagnant. La rondelle est tombée devant moi. »

Malgré la fatigue du septième match, les deux clubs se sont livré un duel épique. Les Remparts avaient eu le meilleur dans les 40 premières minutes de jeu, mais plus la rencontre avançait, plus l'Océanic prenait le dessus. « Il y avait de la fatigue, mais il y avait tellement d'émotions dans notre chambre après la première prolongation que nous étions motivés à jouer encore une période de plus. Nous avions encore de l'énergie ! »

Michaël Joly a laissé ses empreintes partout sur cette coupe du Président puisqu'il a vécu d'autres moments de gloire pendant la série. Tout avait commencé par son tour du chapeau le jour où il célébrait ses 20 ans dans le premier match (une défaite cependant). L'ancien choix de neuvième ronde a inscrit cinq buts et huit points dans la finale. Ses 12 buts en séries représentent un sommet qu'il partage avec Christopher Clapperton chez l'Océanic.

Le but gagnant en prolongation aura été la cerise sur le gâteau. « Nous avons joué avec le feu. On perdait la série 2-0, puis nous étions en arrière 4-1 dans le sixième match où nous étions aussi à 61 secondes de l'élimination. Les gars n'ont jamais cessé d'y croire. Je te parle là... Le tour du chapeau, les cinq buts pendant la finale, le but gagnant, la coupe du Président, je commence à peine à réaliser ce qui vient de m'arriver ! »

Parce que le but gagnant du septième match, Michaël Joly l'a déjà compté plusieurs fois sur la patinoire extérieure du domicile familial. « Ça me rappelle ma jeunesse et les parties de hockey dans la cour arrière avec mes frères. Nous étions sept et ça compétitionnait gros ! Ce but en deuxième prolongation, ça va me rester pendant toute ma vie. »

Joly était d'autant plus heureux de compter le but décisif puisque c'était la première fois que l'équipe locale parvenait à gagner un match dans cette série. « Nous avons gardé le plus important pour la fin ! Je suis certain que les partisans l'ont apprécié. »

Après une soirée vive en émotions, Michaël Joly et l'Océanic sont rapidement retombés sur leurs pattes hier. Aujourd'hui, c'est le grand départ vers Québec où ils lutteront pour la coupe Memorial. « Là, c'est fait. C'est le temps de commencer à nous concentrer sur l'autre coupe ! »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer