Les recrues ramenées sur terre

Les recrues des Olympiques de Gatineau en ont... (René Marquis, La Tribune)

Agrandir

Les recrues des Olympiques de Gatineau en ont eu plein les bras dans les premières minutes de jeu à Sherbrooke vendredi après-midi. Après cinq minutes, l'Armada menait déjà 3-0.

René Marquis, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Si elles ont semblé pleines de promesses lors des deux parties intra-équipe disputées au centre Robert-Guertin en milieu de semaine, les recrues des Olympiques ont trouvé chaussure à leurs pieds vendredi à l'ouverture du Défi des recrues de la LHJMQ à Sherbrooke.

Les nouveaux protégés d'Éric Landry ont été défaits 5-1 par les recrues de l'Armada de Blainville-Boisbriand. Après cinq minutes, les espoirs de la flotte laurentienne menaient déjà 3-0. L'accueil réservé par l'Armada a été brutal.

« C'était assez évident que nous venions d'arriver d'un voyage. Notre gardien (Brendan Benoît) n'était pas à blâmer. L'Armada a compté sur des jeux bien orchestrés. Nous avions de la bonne intensité, mais nous courions un peu partout sur la glace. Nous n'étions pas là en première période. Ça s'est replacé dans les deux dernières périodes. »

Après avoir été dominés 12-6 dans les tirs dans le premier vingt, les Olympiques ont eu le meilleur 9-4 dans la période médiane, puis l'Armada a eu l'avantage 10-4 dans la troisième période.

Brendan Benoît, un gardien de 17 ans venu du Manitoba a accordé quatre buts sur 16 tirs. En relève, Rémi Poirier, 16 ans, n'a cédé qu'une fois en toute fin de match sur 11 tirs

« Rémi a très bien fait pour garder l'équipe dans le match », a indiqué Éric Landry.

Alex Vosniades a inscrit le seul but des Olympiques dans la défaite sur des passes de l'ancien Intrépide Tristan Belliveau et du défenseur Pier-Olivier Lacombe. 

Malgré la défaite, Éric Landry s'est montré satisfait du travail de plusieurs jeunes joueurs de 16 ans.

« J'ai été agréablement surpris par nos plus jeunes joueurs. Plusieurs ont montré de belles choses et nous avons vu des éclairs d'à peu près tout le monde. »

Le match a été ponctué de deux combats. Griffin McGregor et Jérémy Duguay ont laissé tomber les gants du côté des Gatinois.

Parce qu'ils n'ont pas repêché souvent dans les cinq premières rondes du repêchage de la LHJMQ depuis deux ans, les Olympiques pourraient être quelque peu désavantagés par rapport aux autres équipes dans le tournoi des recrues, mais Landry n'a pas eu cette perception vendredi.

« À part la première période, le reste du match a été très proche. Les deux équipes se sont échangé les bonnes chances de compter. On va voir ce qui va se passer dans les prochains matches. »

Les recrues gatinoises joueront contre celles des Foreurs de Val-d'Or samedi matin et celles du Phoenix de Sherbrooke en après-midi.

Laissé de côté par mesure préventive pour une deuxième journée consécutive vendredi, Métis Roelens pourrait effectuer un retour au jeu samedi. Le premier joueur sélectionné par les Olympiques en 2016 soigne des douleurs au cou. Éric Landry a habillé 11 attaquants et huit défenseurs pour le premier match du Défi des recrues.

Américain impressionnant

Les équipes de la LHJMQ ont l'obligation de repêcher deux joueurs américains à chaque séance de sélection.

Rares sont ceux qui se rapportent aux équipes qui ont réclamé leurs droits. Cette année, les Olympiques ont cependant eu de la belle visite à leur camp puisque Benjamin Raymond a accepté l'invitation du club après avoir été repêché en huitième ronde cet été.

Il faut dire que l'attaquant de 16 ans a des liens avec la région outaouaise. Son père a grandi tout près de l'aréna et il a été un partisan des Olympiques dans sa jeunesse. La famille a encore un chalet dans le coin de Maniwaki et elle y passe toujours ses vacances estivales.

Alain Sear, directeur des opérations, pense que Benjamin... (Étienne Ranger, Le Droit) - image 3.0

Agrandir

Alain Sear, directeur des opérations, pense que Benjamin Raymond a pourrait jouer à Gatineau dans un avenir rapproché.

Étienne Ranger, Le Droit

En dressant le bilan des premières journées du camp des recrues à Robert-Guertin, le directeur des opérations hockey des Olympiques s'est montré impressionné par ce qu'il a vu du joueur qui réside dans la région de Boston.

« Il était ici pour une période de 48 heures (pour ne pas perdre son admissibilité aux réseaux des collèges américains), mais pour un joueur de 16 ans, il a été très bon. Nous pensons qu'il va devenir un Olympique un jour. J'ai aimé sa vitesse et son désir de compétitionner. C'est un bon espoir et nous pensons sérieusement qu'il possède les habiletés pour jouer chez nous éventuellement », a raconté Alain Sear.

Raymond a compté un but pendant les deux matches intra-équipe avant de rentrer à la maison. Il devrait donc être de retour l'année prochaine lorsqu'il aura pris du coffre.

Beaucoup de vitesse

Règle générale, Alain Sear dit avoir été séduit par le coup de patin de ses recrues. « Ç'a été leur point commun. Nous pensons avoir sélectionné de bons joueurs cet été et que plusieurs d'entre eux vont jouer pour nous un jour. Il y a même eu plusieurs surprises parmi les joueurs invités. Je ne veux pas trop parler pour ne pas créer d'attentes, mais dans l'ensemble, les premières journées du camp ont été positives. Nous commençons à avoir une belle jeunesse et de la profondeur à l'attaque. Métis Roelens a notamment démontré qu'il était prêt à compétitionner dès le départ. »

Chez les joueurs de 18 ans, Sear dit avoir noté la progression d'Alec Malo et de Charles-Olivier Roy depuis un an. Il a également été surpris de voir que l'Ontarien Samuel Hatto avait accepté de rester avec l'équipe après sa période de 48 heures. « Il avait l'air d'un jeune homme déterminé. Il a montré une belle maturité sur la patinoire. Il veut faire partie de notre équipe. S'il continue dans cette voie, il va nous rendre la vie très difficile. Il pourrait nous forcer à lui faire une place. »

En rodage

Alain Sear dit toutefois avoir réalisé qu'il y avait trop de joueurs au camp des recrues.

« Le camp s'est bien déroulé, mais nous allons changer les choses l'année prochaine. Nous aimerions avoir plus de temps pour tenir des entraînements avec nos joueurs. Nous aimerions amener tout le monde au Défi des recrues. »

Pendant son passage à Sherbrooke, Alain Sear a aussi tenu des discussions avec ses homologues en lien avec la période des transactions. Sear n'avait rien d'imminent à annoncer, surtout pas dans le cas du gardien Mathieu Bellemare, qui a demandé à se rapprocher de la maison.

« On s'attend à ce que Mathieu se rapporte au camp avec nos autres vétérans lundi. Il récupère bien de son opération à l'épaule. Si le prix est bon, nous allons l'accommoder, mais nous n'allons pas le donner. Il fait partie de l'équation chez nous. Il nous permet d'être une équipe compétitive. »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer