Claude Giroux se souviendra toujours

Claude Giroux sera parmi les anciens des Olympiques... (Archives, Agence France-Presse)

Agrandir

Claude Giroux sera parmi les anciens des Olympiques au club de golf Tecumseh samedi.

Archives, Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Malgré toutes leurs bannières suspendues au plafond du centre Robert-Guertin, l'organisation des Olympiques de Gatineau n'a toujours pas son association d'anciens joueurs.

Membre de la première équipe championne de la LHJMQ en 1986, Luc Chénier trouvait qu'il était au moins le temps de rassembler ceux qui ont contribué à établir la tradition gagnante des Olympiques. Avec l'ancien directeur du marketing, Daniel Brunet, il a formé un comité pour mettre sur pied le premier tournoi de golf des anciens.

Johanne Henry et Manon Sauvé, les filles du Grand Manitou Charlie Henry et de l'ancien propriétaire Gilles Sauvé, ont également travaillé de concert avec le directeur général Marcel Patenaude pour réunir une cinquantaine d'anciens joueurs au club de golf Tecumseh samedi.

Toutes les générations seront représentées en passant par John Chabot, Stéphane Matteau, Kevin Petit, Émile Poirier et même le capitaine des Flyers de Philadelphie, Claude Giroux.

Membre de la dernière édition championne des Olympiques en 2008, le Magicien franco-ontarien a hâte de retrouver ses anciens compagnons d'armes. Ses coéquipiers Jean-Philip Chabot et Maxime Mallette seront notamment de la partie.

« Quand j'ai commencé à jouer pour les Olympiques, c'était mon rêve de jouer dans la LNH, mais je ne pensais pas que c'était possible. Je conserve de très bons souvenirs de mes trois années ici. À mon époque, l'organisation était très bonne pour les joueurs et nous avions toujours une chance de gagner. J'ai hâte de revoir mes anciens coéquipiers pour me rappeler les bonnes histoires et les bons moments que nous avons passés ensemble. »

Même s'il évolue dans la LNH depuis neuf saisons, Giroux dit se tenir au courant de ce qui se passe chez son alma mater. « Je regarde encore les statistiques et les classements. Avec le temps, c'est plus difficile d'assurer le suivi, mais quand les séries éliminatoires arrivent et que les Olympiques jouent contre Drummondville, ça me fait toujours plaisir de gager avec Sean Couturier ou Daniel Brière sur mon ancien club ! »

Giroux dit ne pas vraiment connaître le joueur de l'heure chez les Olympiques, Vitalii Abramov, mais il a beaucoup ri lorsqu'on lui a rapporté qu'on le surnommait « Abracadabramov ». « Je suis convaincu que ça doit être excitant de le voir jouer ! »

Récemment, Claude Giroux a aidé à lancer un club de hockey junior dans sa ville natale de Hearst. Il n'est pas propriétaire, mais il aide à leur procurer ce dont ils ont besoin. Pourrait-il faire la même chose avec les Olympiques un jour ? « Ça occupe toujours mes pensées. Quand j'aurai fini de jouer, j'aimerais redonner au hockey. J'aime tellement ça. Que ce soit comme entraîneur, directeur général ou président, c'est le genre de truc qui pourrait m'intéresser. »

Les Olympiques auront le temps de tenir plusieurs tournois de golf d'ici là. Selon Daniel Brunet, l'initiative ne fera que prendre de l'ampleur.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer