Le nouveau défi de Brunelle

Sylvain Brunelle dirigera son premier repêchage à la... (Rocket Lavoie, Le Quotidien)

Agrandir

Sylvain Brunelle dirigera son premier repêchage à la table des Olympiques, samedi à Saint-Jean.

Rocket Lavoie, Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Saint-Jean) Sylvain Brunelle traîne dans les arénas depuis tellement longtemps. Comment le blâmer ?

Il a grandi à Laval en admirant les prouesses de Mario Lemieux qui terrorisait la LHJMQ avec les Voisins. Dans les circonstances, il n'est pas surprenant qu'il soit devenu « accro ».

Dès la saison 1993-94, il est devenu recruteur avec le Laser de St-Hyacinthe. Au même endroit et au même moment, Éric Landry, actuel entraîneur-chef des Olympiques de Gatineau, amorçait sa carrière de joueur dans la LHJMQ. Les années ont passé et Sylvain Brunelle est toujours demeuré actif dans le hockey. À part deux saisons où il a pris de petites pauses, il a toujours été recruteur ou directeur général adjoint avec des équipes de la LHJMQ.

Samedi à Saint-Jean, Sylvain Brunelle dirigera son premier repêchage à la table des Olympiques. Encore là, il ne s'agira pas de sa première expérience dans le fauteuil de recruteur-chef. Il a déjà occupé la même fonction pendant cinq ans avec les Mooseheads d'Halifax... de Marcel Patenaude.

En relève à Christan Caron qui a supervisé les trois dernières séances de sélection des Olympiques, il tentera de choisir les meilleurs talents parmi les hockeyeurs de 15 et 16 ans sur le territoire de la LHJMQ.

« C'est ma mission. Il faut amener des joueurs de qualité. Nous avons décidé qu'il fallait prioriser la rentrée de nouveaux défenseurs. C'est un bon repêchage pour ça. Il y a de la profondeur cette année. La liste que nous avons dressée est assez intéressante », dit celui qui réside maintenant à St-Eustache.

Même si les Olympiques sont à la recherche de défenseurs, ils ne laisseront pas passer un attaquant s'il y en a un qui glisse pendant le repêchage.

« Si nous avons un attaquant très haut sur notre liste et qui est encore disponible à notre tour de parler, nous allons le prendre. Des fois, il y a des joueurs qui représentent le match parfait pour le style recherché par notre entraîneur. J'ai connu Éric comme joueur. Je sais le type de joueur qu'il affectionne. »

Luc Dagenais, ancien recruteur-chef des Voltigeurs de Drummondville et Luc Mercier, ont travaillé en étroite collaboration avec Brunelle toute l'année pour établir la liste des espoirs des Olympiques. Ceux-ci ont également pris le temps de consulter les autres recruteurs du club. Vendredi, dans un hôtel de Saint-Jean, tout le monde s'est rassemblé pour réviser la liste une dernière fois.

Liste différente

« C'est certain que notre liste est loin d'être identique à celle du Centre de soutien au recrutement de la ligue. Nous faisons des projections. Nous avons ciblé des joueurs. Il y en a certains qui sont très loin sur la liste de la centrale, mais que nous avons bien plus haut sur notre liste. On espère pouvoir les réclamer », ajoute Brunelle.

Même si la majorité des joueurs réclamés samedi joueront sur leurs 16 ans l'année prochaine, Brunelle s'attend à ce que certains soient en mesure d'aider dès leur saison recrue.

Samedi, à moins de nouvelles transactions, les Olympiques devraient sélectionner un premier joueur pendant la deuxième ronde. Gatineau détient le 28e choix. Ils ont également un choix de troisième ronde (48e) et le directeur général Marcel Patenaude travaille fort pour offrir d'autres choix à son équipe de recruteurs.

Nouvel architecte qui tentera de construire la prochaine édition gagnante des Olympiques, Brunelle devra patienter encore quelques saisons avant d'avoir le privilège de monter sur l'estrade et réclamer un joueur en première ronde.

Pas de premier choix

Les Olympiques n'ont pas eu de choix de premier tour depuis 2014 et à moins de transactions, ils n'en auront pas d'autres avant 2019. Cette année-là, ils devraient avoir deux choix de premier tour en raison de l'échange d'Alex Dostie la saison dernière.

Brunelle et son équipe devront donc faire preuve de doigté d'ici là. Heureusement, ils sont loin d'être les seuls dans ce bateau. Vendredi midi, huit des 18 équipes de la LHJMQ n'avaient pas de choix de première ronde en 2017 !

Le premier test de la nouvelle équipe de recruteurs montée par Brunelle sera samedi. Il faudra quand même attendre deux saisons avant de pouvoir mesurer le fruit de leur travail.

La LHJMQ en bref

Mongo à Drummondville

La rumeur avait commencé à circuler pendant les dernières séries éliminatoires de la LHJMQ. Vendredi, elle a été confirmée. Après quatre années dans l'organisation de l'Armada de Blainville-Boisbriand, le Gatinois Yvan Mongo a été échangé aux Voltigeurs de Drummondville où il deviendra un des trois joueurs de 20 ans de l'entraîneur-chef et directeur général Dominique Ducharme en 2017-18. La transaction avait initialement été conclue aux Fêtes.

Élément important de la flotte laurentienne dans sa route vers la finale de la coupe du Président, Mongo passe ainsi aux Voltigeurs avec un choix de première ronde en 2017 (le 19e au total). En retour, Blainville-Boisbriand a obtenu des choix de deuxième et de quatrième tours au repêchage de samedi. Ce mouvement permet notamment de compléter l'échange majeur qui avait envoyé Alex Barré-Boulet à l'Armada en janvier dernier.

L'ancien capitaine de l'Intrépide de Gatineau se verra confier un rôle plus offensif pour ainsi améliorer son record de 29 points en 53 matches de la dernière saison. Il a ajouté 13 points en 20 matches des séries.

Grametbauer déménage encore

Repêché par l'Armada en 2014 et échangé aux Olympiques pendant la saison 2015-16 avant d'être échangé à Charlottetown un an plus tard, le gardien Mark Grametbauer devra encore changer d'adresse.

Vendredi, à l'ouverture de la période des transactions de la LHJMQ, il a été envoyé aux Wildcats de Moncton dans un marché qui a impliqué trois joueurs et quatre choix au repêchage. Il en sera déjà à sa quatrième équipe en trois ans.

Simoneau espère

Espoir de l'Intrépide de Gatineau, Xavier Simoneau a eu suffisamment d'indices vendredi pour lui laisser croire qu'il sera choisi au premier tour du repêchage, mais il rêve encore d'aboutir chez les Olympiques.

« Chaque fois qu'on demandera un temps d'arrêt pour annoncer une transaction en première ronde, mon coeur va me sortir, car je vais espérer que les Olympiques feront quelque chose pour venir me chercher ! Mais j'irai n'importe où ! », a-t-il assuré.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer