Patenaude veut ajouter des choix

Dans un repêchage très prometteur à Saint-Jean, Marcel... (Martin Roy, archives Le Droit)

Agrandir

Dans un repêchage très prometteur à Saint-Jean, Marcel Patenaude ne dispose que de trois choix dans les six premières rondes cette année. Il compte remédier à la situation cette semaine.

Martin Roy, archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le directeur général des Olympiques de Gatineau aura du pain sur la planche cette semaine aux Assises de la LHJMQ qui se termineront par la séance de sélection du circuit Courteau samedi.

Comme l'an dernier, Marcel Patenaude et son équipe de recruteurs disposent de peu de marge de manoeuvre. S'il n'arrive pas à conclure de marché avec ses collègues, les Olympiques auront seulement trois choix au cours des six premières rondes du repêchage. C'est exactement le même scénario que l'an dernier quand Benoît Groulx a remis les rênes de l'équipe à Patenaude.

La différence, c'est que l'équipe gatinoise pourra parler beaucoup plus tôt que l'an dernier alors qu'elle avait été la dernière des équipes de la LHJMQ à réclamer un joueur à Charlottetown. En quatrième ronde, au 65e rang, les Olympiques avaient sélectionné l'attaquant Métis Roelens. Ce dernier a connu une forte progression chez les champions de la Ligue midget AAA du Québec cette saison et Patenaude voudra que son nouveau recruteur-chef, Sylvain Brunelle, sorte quelques lapins semblables de son chapeau cette année.

À l'heure où vous lisez ses lignes, les Olympiques doivent parler au 28e rang pendant le deuxième tour et au 48e rang lors du troisième tour. C'est quand même plus tôt que l'an dernier, mais des clubs comme Cap-Breton et Drummondville auront eu le temps de sélectionner quatre joueurs chacun avant que les Olympiques aient la chance de choisir leur premier joueur!

D'ailleurs, les Olympiques n'ont pas réclamé de joueur en première ronde depuis 2014. Cette année-là, ils avaient choisi Pascal Laberge et Matt Sartoris. Les deux n'ont fait que passer par Gatineau. Même s'il ne s'attend pas à réaliser une transaction pour obtenir un choix de première ronde cette année, Patenaude souhaite offrir des bonbons à sa nouvelle équipe de dépisteurs.

Il semble déjà acquis qu'il obtiendra un choix de cinquième ronde pour compléter un marché précédent, mais dans un monde idéal, le directeur général irait chercher deux autres choix dans les cinq premières rondes.

Deux joueurs ciblés

Ces choix pourraient s'avérer importants puisque la cuvée des joueurs admissibles en 2017 regorge de talents. «Nous avons évalué les joueurs classés dans les trois premières rondes et il s'agit bien d'un repêchage assez profond. Nous avons ciblé deux joueurs que nous aimerions obtenir avec nos deux premiers choix. Nous chercherons à ajouter de la profondeur à la défense et devant le filet, mais si le meilleur joueur est un attaquant au moment de parler, nous pourrions le prendre.»

Déjà sur place pour discuter avec ses homologues à Saint-Jean, Patenaude signale que ses discussions sont encore à l'étape préliminaire pour renflouer sa banque de choix. «Mon objectif, c'est d'aller chercher quelques choix. Je ne sais pas si nous serons capables de le faire. Il y a des clubs qui s'intéressent à certains de nos meilleurs joueurs, mais pour l'instant, les prix sont très bas.»

Marcel Patenaude ajoute que son équipe est déjà bien nantie en attaque et qu'un nouveau cycle a été amorcé à la dernière période des transactions quand il a ajouté les Mitchell Balmas, Shawn Boudrias et Marc-Olivier Alain à son équipe. «Nous n'avons pas fait un virage complet, car nous avons gardé certains bons vétérans, mais au lieu d'obtenir des choix au repêchage, nous avons obtenu des joueurs établis qui vont nous aider pendant quelques années.»

Patenaude a répété son intention de commencer la prochaine saison avec les deux mêmes gardiens. Il est donc trop tôt pour dire que Mathieu Bellemare ou Tristan Bérubé pourraient lui servir d'appât dans une transaction pour un choix au repêchage.

Repêchage : un grand cru

On sait pourquoi Marcel Patenaude tient à regarnir sa banque de choix à la séance de sélection de la LHJMQ qui se tiendra à Saint-Jean samedi.

La majorité des recruteurs s'entendent depuis des mois pour dire que la cuvée 2017 représente un grand cru pour les hockeyeurs de 15 ans.

Au sommet de la liste, il y a des joueurs exceptionnels comme Alexis Lafrenière, Samuel Poulin, Xavier Parent et Jakob Pelletier qui font parler d'eux depuis qu'ils ont huit ans ! Il y a également le défenseur Justin Barron qui sort du lot dans les Maritimes, mais la qualité des joueurs admissibles en 2017 ne s'arrête pas là. Pour une rare fois, des clubs peuvent s'attendre à mettre la main sur un joueur de concession même avec un choix tardif de première ronde.

« Un club qui n'a pas de choix de première ronde pourrait quand même faire un bout de chemin en faisant bien ses devoirs », estime un directeur général d'une équipe rivale des Olympiques dans la division ouest.

Selon lui, une équipe pourrait se construire un championnat avec la séance de sélection qui s'en vient. « Un championnat pourrait se gagner avec de bons choix de deuxième, troisième et quatrième rondes comme les deux derniers champions de la LHJMQ l'ont fait. »

Notre DG fait allusion aux Huskies qui ont construit leur équipe championne de 2016 même si Rouyn-Noranda n'avait pas de choix de premier tour en 2013. Ils avaient compensé en sélectionnant Jérémy Lauzon et Alexandre Fortin au deuxième tour, puis Jean-Christophe Beaudin, Philippe Myers et Antoine Waked en quatrième ronde.

L'année suivante, les Sea Dogs de Saint-Jean avaient choisi Thomas Chabot en deuxième ronde, puis Samuel Dove-McFalls et Mathieu Joseph au tour suivant.

« Dans le repêchage de cette année, il y a cette qualité de joueurs dans les rondes deux à quatre. C'est en partie à cause de la force des joueurs des Maritimes. Tu vas pouvoir repêcher des joueurs de talent et de bons défenseurs jusque dans ces rondes-là. Ça va être important de ne pas se tromper. C'est une année charnière pour remplir son équipe de talent. Tu peux avoir quatre joueurs qui auront un impact majeur sur les succès de ton club dans un seul repêchage. »

Xavier Simoneau

Dans la région outaouaise, il y a également un joueur d'exception cette année. Xavier Simoneau était considéré au même titre que les Poulin, Parent et Lafrenière l'an dernier, mais il a chuté sur plusieurs listes en raison de sa petite taille et de son lent début de saison avec l'Intrépide.

La fierté de Saint-André-Avellin pointe au 20e rang sur la liste du Centre de soutien au recrutement de la LHJMQ, mais la majorité des intervenants interrogés par Le Droit s'attendent à ce qu'il devienne un joueur d'impact dans le circuit Courteau.

« Il a été exceptionnel au Combiné de la LHJMQ. Il est largement au-dessus de la moyenne dans son jeu collectif. Au-delà de sa petite taille, c'est un talent pur. Il pourrait jouer cinq ans dans la ligue. Je ne m'attends pas à ce qu'il soit disponible lorsque ce sera à notre tour de parler », a indiqué Marcel Patenaude, qui réaliserait un coup de maître s'il pouvait mettre la main sur ce produit local en deuxième ronde.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer