Abramov s'occupe des Huskies

Vitalli Abramov s'est hissé au troisième rang des... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Vitalli Abramov s'est hissé au troisième rang des francs-tireurs de la LHJMQ avec ses trois buts. Il est maintenant à deux buts du meneur.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Leurs trois victoires de la semaine dernière n'étaient pas qu'un mirage.

Après avoir vaincu les coriaces Cataractes de Shawinigan en prolongation samedi dernier, les Olympiques de Gatineau ont récidivé contre une autre puissance de la LHJMQ jeudi soir au centre Robert-Guertin. Ils ont encore eu besoin de la prolongation pour étirer leur série victorieuse à quatre, mais Vitalii Abramov a tranché le débat en marquant tous les buts des Gatinois dans un gain de 3-2 contre les Huskies de Rouyn-Noranda.

Ce quatrième triomphe consécutif a permis à la troupe d'Éric Landry de devancer les Foreurs de Val-d'Or au 13e rang et de partager le 12e rang avec l'Océanic de Rimouski. Dire qu'il y a 10 jours, les Olympiques étaient en danger de chuter au 17e rang et d'être exclus des séries. Ça va vite des fois !

Face à l'équipe installée au deuxième rang de la LHJMQ, les Olympiques ont timidement amorcé la rencontre, mais le premier but de Vitalii Abramov, compté sur un tir vif alors qu'il était seul devant trois joueurs des Huskies, a donné des ailes à ses coéquipiers.

« Abracadabramov » a donné un coussin de 2-0 aux Gatinois pendant un avantage numérique en deuxième période dans un match extrêmement serré qui se déroulait à vive allure, mais « la meute » n'avait pas dit son dernier mot. Peter Abbandonato a inscrit les visiteurs au pointage pendant une attaque massive et Zachary Lauzon a ramené les deux équipes à la case départ au début de la troisième période.

Les Gatinois n'ont pas abandonné. Ils ont eu plusieurs occasions de reprendre les devants. Yakov Trenin, s'il n'avait pas eu les mains pleines de pouces, aurait notamment pu donner beaucoup plus de points à Abramov, mais il ne faudrait pas lui en tenir rigueur. Le grand russe est habituellement plus habile.

Énormes occasions

« Le jeu se déroulait tellement rapidement que nous avons précipité nos gestes. Nous avons encore une fois créé d'énormes occasions de marquer », a reconnu l'entraîneur-chef Éric Landry.

Soixante minutes n'ont pas été suffisantes pour faire un gagnant. Finalement, le magicien Abramov a décidé de prendre les choses entre ses mains en prolongation en profitant d'une belle passe d'Alex Breton pour déjouer le gardien Olivier Tremblay sur le 24e tir du match des Olympiques.

« Nous commençons réellement à croire en nous. C'est la première fois de l'année que nous en gagnons quatre de suite et nous sentons maintenant que nous pouvons battre n'importe qui dans la ligue », a commenté Abramov après avoir inscrit son 38e but de la saison, ce qui égale sa marque de l'année dernière.

Gros arrêt de Bellemare

Juste avant le but victorieux, le gardien Mathieu Bellemare avait réalisé un bel arrêt sur un tir à bout portant de Bruno-Karl Denis. Le gardien gatinois a fait face à 26 lancers. C'est la troisième fois de suite que les Olympiques accordent moins de 30 tirs à leurs adversaires. Il n'y a pas si longtemps, ils allouaient régulièrement plus de 40 tirs par rencontre.

« Nous jouons plus serrés en défensive, mais nous sommes également plus rapides pour réagir pour récupérer les retours de lancer. En nous emparant des retours, nous pouvons réduire le nombre de tirs de 40 à 20 des fois », a expliqué l'entraîneur Landry.

Pour un deuxième match de suite, les Olympiques ont relevé un sérieux défi et Landry ne pouvait pas demander mieux de ses joueurs. « C'est bon pour la confiance de tous. C'est plaisant de voir les joueurs quitter l'aréna avec le sourire aux lèvres. Ce qui est bien, c'est que toute l'équipe met la main à la pâte. Nous travaillons tous dans le même sens. »

Toute l'année, les joueurs ont répété que ce n'était qu'une question de temps avant que leur équipe se mette en marche. Finalement, il aura fallu un changement d'entraîneur pour permettre aux Olympiques de jouer à leur plein potentiel.

Coup de pied au derrière

« Personne ne s'attendait à un changement d'entraîneur dans le vestiaire, signale Abramov, mais c'était peut-être le coup de pied au derrière dont nous avions besoin. Nous travaillons plus fort dans les entraînements maintenant. Ça fait une différence dans les matches. »

Les Olympiques reprennent l'action dès vendredi soir. Cette fois, leur opposition sera plutôt différente. Après avoir affronté deux équipes qui occupent le haut du plateau dans la LHJMQ, ils accueilleront les Wildcats de Moncton, qui ferment la marche au classement du circuit Courteau.

« Il faudra faire attention, assure Abramov. Ils viennent de perdre 17 matches de suite. Ils auront faim. Ils n'ont pas joué ce soir (jeudi). Ça va être important de revenir avec la même émotion », a conclu Abramov.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer