Éric Landry à la rescousse

Éric Landry prendra la relève de Mario Duhamel... (Martin Roy, Le Droit)

Agrandir

Éric Landry prendra la relève de Mario Duhamel au minimum jusqu'à la fin de la saison.

Martin Roy, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Marcel Patenaude aurait aimé donner un plus de temps à Mario Duhamel pour racheter la saison des Olympiques de Gatineau, mais le directeur général a affirmé qu'un changement d'entraîneur s'imposait afin de relancer la formation outaouaise avec 21 matches à jouer au calendrier régulier.

Pendant une conférence de presse au centre Robert-Guertin lundi matin, Patenaude a confié les rênes de l'équipe à Éric Landry pour le reste de la saison. Âgé de 42 ans, il est à l'emploi des Olympiques depuis cinq ans.

« Éric a accepté de relever le défi de relancer notre équipe. Il connaît parfaitement l'organisation. Nous estimons que ses connaissances, son expérience et son parcours de joueur font de lui le candidat parfait pour terminer la saison à titre d'entraîneur-chef. »

Marcel Patenaude a même avancé que Landry n'était pas à la barre des Olympiques sur une base intérimaire. « Ce terme n'est pas dans mon vocabulaire. Éric aura la possibilité de se faire valoir d'ici la fin de la saison. Nous avons entièrement confiance en lui. Nous allons l'évaluer sur une base quotidienne jusqu'à la fin de la saison et il pourrait revenir l'an prochain. »

Le directeur général a marché sur des oeufs pendant une bonne partie de la conférence de presse. S'il assure avoir confiance aux aptitudes de Landry, il a admis que la décision de laisser partir son ami Mario Duhamel avait été difficile.

« J'aurais aimé que Mario puisse continuer. C'est une grande déception pour moi de le voir partir. Je crois encore qu'il est un très bon entraîneur, mais nous avons un modèle d'affaires chez les Olympiques où je ne suis pas le seul à prendre des décisions. Ça se fait de concert avec les 10 actionnaires du conseil d'administration. Nous avons déterminé que c'était la meilleure décision à prendre pour relancer notre équipe. Je l'endosse. J'ai accepté ce modèle d'affaires à mon embauche. »

Dans ce « modèle d'affaires », Patenaude a expliqué qu'il occupe ses fonctions de directeur général sur une base journalière, mais que les décisions sur les embauches, les congédiements, les échanges et les implications financières devaient passer par le conseil d'administration.

En confirmant le congédiement de Mario Duhamel au début de sa rencontre avec les médias, le directeur général d'expérience a parlé d'une nouvelle peu réjouissante. Il a toutefois ajouté que les standards élevés établis par la franchise au fil des ans avaient poussé le conseil d'administration à vouloir un changement derrière le banc.

« La tradition gagnante que nous tenons à maintenir nous amène à procéder à un changement de personnel. Nous sommes en 16e position. C'est définitivement inacceptable. Ce n'est pas dans les habitudes de cette organisation. Nous sommes conscients que le succès ou les insuccès dépendent d'un ensemble de facteurs. Nous remercions Mario Duhamel pour son dévouement, mais nous sommes convaincus qu'avec Éric,  nous redeviendrons une équipe qui est à l'image de l'organisation. »

21 matches

Éric Landry aura maintenant 21 matches pour replacer le train des Olympiques sur les rails et montrer qu'il peut être entraîneur-chef dans la LHJMQ. À son avis, le club joue seulement à 80 % de ses capacités à l'heure actuelle.

« Nous allons travailler sur l'autre 20 % d'ici la fin. Nous allons porter attention aux petits détails. Il faut réduire le nombre de buts accordés, mais nous n'allons pas seulement travailler là-dessus. »

Le Gatinois a ajouté qu'il prenait les commandes de l'équipe avec trois objectifs : faire les séries éliminatoires, améliorer les habitudes des joueurs avec et sans la rondelle et établir un équilibre entre le jeu défensif et offensif.

« Nous avons de très bons joueurs dans cette équipe. Nous ne sommes pas l'affaire d'un seul trio. Il faudra simplement se montrer plus rigide dans notre structure. »

La direction se rencontrera prochainement afin d'étudier la possibilité de trouver un autre entraîneur adjoint pour épauler Landry et Jean-François Grégoire sur une base quotidienne.

Surprise chez les joueurs

L'ambiance n'était pas à la fête dans le vestiaire des Olympiques de Gatineau lundi après-midi.

De retour au centre Guertin après deux journées de congé, les joueurs avaient l'impression d'avoir laissé tomber Mario Duhamel.

« C'est une bonne personne et il était très apprécié. On se sent responsable. Mario a sa part du blâme pour nos résultats, mais la plus grande part nous revient. Nous sommes sur la glace. Pas lui. Nous vivons presque tous une première expérience avec un congédiement. Ça sera à nous de nous assurer que ça ne se reproduise plus en améliorant notre situation », a expliqué Marc-Olivier Crevier-Morin.

Le capitaine était conscient que l'équipe n'allait pas vraiment bien, mais il jure que personne ne s'attendait à ce que Duhamel en perde son emploi.

« C'est une surprise pour nous tous. Notre fiche n'était pas bonne, mais Mario en était à sa première année de contrat. Ce n'est jamais plaisant d'apprendre que quelqu'un perd son emploi. En même temps, nous n'avons pas le choix de respecter la décision des dirigeants. Si c'est pour le bien de l'équipe, il faut l'accepter. »

Selon le défenseur de 20 ans, l'arrivée d'Éric Landry dans le siège de l'entraîneur-chef a le potentiel de créer une étincelle. « C'est clair qu'il faut en donner plus. Ce changement va peut-être nous donner les outils pour changer le momentum. Je pense que ça va réveiller tout le monde. Ça peut être une bonne chose parce qu'il reste peu de matches. »

Chercher de la constance

Landry a rencontré les joueurs au début de l'après-midi. Il leur a répété qu'ils ne jouaient pas à 100 % de leurs capacités. « Il a raison. Il veut que l'on revienne à l'équipe qui donnait un effort maximal à chaque présence comme l'an dernier. Nous avons de la misère à trouver de la constance pendant 60 bonnes minutes. Éric veut nous amener à ce niveau. Nous sommes contents que ça soit lui qui prenne le relais. Nous avons confiance en lui. Il nous a tous améliorés sur une base individuelle pendant les entraînements. Il connaît son hockey. Il a joué la 'game'. Il peut nous améliorer comme personne et comme joueur. »

Le capitaine aimerait bien voir son équipe commencer à coller quelques victoires dans les prochains matches, surtout que le calendrier s'annonce favorable d'ici la fin de la saison avec peu de longs voyages et moins de matches à disputer en semaine.

Les Olympiques seront à Baie-Comeau et Chicoutimi en fin de semaine prochaine, mais il s'agira de leur dernier long périple.

« Nous n'avons jamais pu aligner des séquences de trois ou quatre victoires et c'est ce dont nous avons besoin maintenant. Je pense que nous pouvons encore monter au classement qui est très serré. »

Deux des trois prochains matches des Gatinois seront justement contre Baie-Comeau, une équipe classée 17e.

« Il faudra faire attention avec ça pour ne pas se faire surprendre. Nous allons commencer par essayer de resserrer notre jeu et accorder moins de buts. Nous aurons une bonne semaine d'entraînement avant notre prochain match. Aujourd'hui, c'était émotif. C'était surtout de la remise en forme, mais je sens que nous sommes prêts à travailler sur un nouveau système de jeu. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer