Bellemare rend hommage à Théodore

Mathieu Bellemare ressemblait étrangement à José Théodore devant... (Etienne Ranger, Archives Le Droit)

Agrandir

Mathieu Bellemare ressemblait étrangement à José Théodore devant le filet des Olympiques mercredi. Non seulement est-il un des rares gardiens à attraper de la main droite, mais Bellemare portait aussi le même style d'équipement que Théodore pendant son passage en Outaouais.

Etienne Ranger, Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les partisans des Olympiques de Gatineau ont fait un voyage dans le temps mercredi soir quand Mathieu Bellemare est apparu devant son filet avec une réplique du masque porté par José Théodore pendant ses beaux jours dans la région.

En plus d'être coiffé d'un masque identique au légendaire gardien intronisé au Temple de la renommée de la LHJMQ, Bellemare portait également une réplique de ses jambières. Ce n'était pas le fruit du hasard. Tout avait été planifié par le gardien shawiniganais.

« J'ai eu l'idée pendant l'été. J'avais vu Brian Elliott faire un clin d'oeil à un ancien gardien des Blues de St-Louis en reproduisant son style d'équipement. Je voyais la bannière de José Théodore au plafond du centre Guertin. Je savais qu'il avait été un grand de l'organisation. C'était un des gardiens que j'admirais quand j'étais jeune. Comme moi, il attrape de la main droite. Après une recherche sur Google, je me suis rendu compte qu'il était possible de reproduire son masque et son équipement. J'ai donc parlé avec José durant l'été pour voir si c'était correct avec lui. Il était bien content de ça. »

Devenu gardien numéro un des Olympiques la saison dernière, Bellemare trouvait qu'il était approprié de renvoyer l'ascenseur à l'une de ses idoles d'enfance. « On joue pour la même équipe. Il a eu du succès ici et dans la LNH. Je me suis dit que ça serait une bonne idée de lui rendre hommage. »

Mathieu Bellemare dit ne pas être superstitieux, mais son nouvel attirail a semblé lui porter chance dans la victoire de 7-4 des Olympiques sur les Foreurs de Val-d'Or mercredi au retour d'un congé de 10 jours.

Le vétéran gardien a certes accordé quatre buts, mais il a aussi affronté 36 rondelles et il a effectué les arrêts importants dans les moments clés. En début de match, par exemple, lorsqu'il a arrêté François Beauchemin sur une échappée pendant un avantage numérique des Olympiques.

« C'était un moment clé. On ne sait pas ce qui aurait pu se produire s'il avait marqué là-dessus, mais ça aurait pu influencer l'allure du match. Ce qui est important, c'est que nous sommes ressortis de ça en marquant un gros but sur le même avantage numérique. »

Pas superstitieux

Bellemare ne pense pas que le masque de « Théo » lui a conféré des pouvoirs divins. « Les gars se sont présentés. Quand nous avons eu nos chances de marquer, nous en avons profité. Malgré les 36 tirs, nous avons bien joué défensivement. Nous avons aussi compté sept buts. Ça aide énormément. »

Le match de mercredi était également le premier de la saison où Mark Grametbauer n'était plus dans les parages. Le Néo-Écossais avait été le gardien le plus occupé des Gatinois jusqu'à ce qu'il soit échangé aux Islanders de Charlottetown avant Noël.

Avant l'ouverture de la période des transactions, Bellemare avait justement approché le directeur général du club pour lui dire qu'il souhaitait la fin de la cohabitation avec Grametbauer. Pour lui, ce n'était pas idéal de partager le filet avec un autre gardien au profil de gardien numéro un.

Bellemare voulait avoir le filet et jouer les minutes d'un gardien numéro un à Gatineau ou ailleurs. Comme c'est Grametbauer qui a été échangé, le petit gardien n'aura pas fait faire son équipement de José Théodore en vain.

« Je ne dirais pas que je suis soulagé de voir Mark partir. On s'entendait très bien, mais ça me donne la chance d'avoir le filet. Maintenant, je dois prouver que j'ai encore l'étoffe d'un numéro un et répondre aux attentes », a commenté celui qui a été élu recrue défensive par excellence dans la LHJMQ la saison dernière.

Dorénavant, c'est la recrue Tristan Bérubé qui tentera de lui faire un peu de compétition pour le garder alerte. Blessé deux fois à une épaule depuis le début de saison, Bellemare avoue ne pas avoir connu le début de saison espéré.

« Les blessures ont compliqué les choses, mais je sens que j'ai retrouvé mes repères en jouant davantage en décembre. Je n'avais rien changé depuis la saison dernière. Je dois aller de l'avant. »

Gagnon veut imiter Durocher

Anthony Gagnon... (Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit) - image 3.0

Agrandir

Anthony Gagnon

Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit

Il s'est écoulé 29 matches cette saison avant que Jeffrey Durocher inscrive son premier but. Ce but de l'attaquant de 17 ans a déclenché une avalanche.

Depuis ce premier but, Durocher a six buts et 11 points à sa fiche en six parties. Mercredi soir, un autre attaquant de 17 ans est parvenu à briser la glace. Premier joueur sélectionné par les Olympiques en 2015, Anthony Gagnon a fait scintiller la lumière rouge pour la première fois en 18 parties cette saison.

Son soulagement a été immense. Il a maintenant hâte au prochain match des Olympiques à Sherbrooke vendredi pour voir s'il pourra enchaîner avec une séquence similaire à celle de son coéquipier Durocher.

« Je pense avoir vécu les mêmes choses que Jeffrey cette saison. J'ai attendu ce premier but pendant longtemps. Comme Jeffrey, je n'ai jamais cessé de travailler. Jeffrey mérite tout ce qu'il lui arrive et je vais essayer de faire pareil et poursuivre sur ma lancée. J'avais eu des chances dans les derniers matches. Ce n'était qu'une question de temps. »

Tenu en échec pendant 17 matches de suite, Anthony Gagnon ne cache pas qu'il commençait à se questionner. 

« Je me posais beaucoup de questions. J'essayais de ne pas penser à ma léthargie, mais ça me trottait toujours derrière la tête. Quand j'avais des chances, je précipitais mes gestes. Je tenais mon bâton serré, mais je commençais à obtenir plus de chances dernièrement. J'espère que ce but sera le début de quelque chose. Dans le fond, il me manquait un peu de confiance, mais j'en ai eu en jouant davantage récemment. »

Ce premier but, Gagnon l'a obtenu sur l'avantage numérique et il voudra tout faire pour inciter son entraîneur à le renvoyer dans la mêlée en pareilles circonstances.

Justement, Mario Duhamel pense que les parcours de Durocher et Gagnon se ressemblent énormément. « Anthony n'a pas vécu que des moments roses cette année. Il a été blessé. Ç'a retardé sa progression. Comme tout jeune joueur de caractère qui veut réussir, ça n'avançait pas assez vite à son goût, mais ce qu'il a vécu, il va le traîner comme bagage et ça va faire de lui un meilleur joueur. Ça fait partie de la progression d'un athlète. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer