Les Olympiques gagnent du terrain

Les Olympiques de Gatineau ont dicté le ton,... (Martin Roy, Le Droit)

Agrandir

Les Olympiques de Gatineau ont dicté le ton, vendredi soir au centre Robert-Guertin. Leur victoire face au Drakkar de Baie-Comeau leur permet de passer de la 16e à la 13e position du classement.

Martin Roy, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Deux équipes différentes du fond du classement de la LHJMQ s'affrontaient vendredi soir au centre Robert-Guertin.

Par la force des choses, l'une occupe la cave parce qu'elle a entrepris une grande reconstruction. L'autre semble s'y retrouver temporairement. Même s'ils faisaient partie des favoris en début de saison, les Olympiques de Gatineau ont connu un faux départ qui s'est étiré plus longuement que prévu. Ça fait en sorte que la remontée du classement va s'avérer un travail de longue haleine.

Vendredi, les 2048 spectateurs qui ont pris place dans les gradins du « Vieux Bob » ont pu constater la supériorité du club gatinois face au Drakkar de Baie-Comeau. Sans trop forcer, les Olympiques ont dicté le ton à un match qu'ils ont gagné 6-1 en faisant preuve d'opportunisme dans les moments cruciaux. Avec la victoire, ils sont passés de la 16e à la 13e position du classement.

Ils ont compté sur le premier tir du match ainsi que sur le premier et le dernier tir de la période médiane. Ils ont marqué deux fois sur leurs trois avantages numériques. De son côté, le Drakkar a été blanchi en six occasions de supériorité numérique et il a raté des cages béantes comme le font les équipes en apprentissage.

Pendant ce temps, les canons des Olympiques se sont mis à l'oeuvre. Ancien du Drakkar, Nicolas Meloche a mené la charge en marquant les deux buts des siens en avantage numérique. Yakov Trenin a ajouté un superbe but digne des jeux de la semaine. Son compatriote Vitalii Abramov s'est aussi moqué de la défensive adverse grâce à sa grande vitesse pendant un désavantage numérique. Alex Breton et Daniel Del Paggio ont été les autres à déjouer le gardien de 20 ans, Trevor Martin.

Après deux périodes, le Drakkar avait un avantage de 15-12 au chapitre de tirs, mais les Olympiques menaient 4-1 au pointage et on pouvait sentir que c'était une question de temps avant que les Olympiques (10-12-2) portent le grand coup. À la fin du match, les locaux avaient repris l'avance 27-20 dans les tirs. « Nous étions en contrôle, mais c'est toujours risqué quand le score est serré. Plus le match avançait, plus notre force physique paraissait. Nous avons mis beaucoup de pression sur eux et nous avons fini par les épuiser », a indiqué l'entraîneur-chef des Olympiques, Mario Duhamel.

Mince consolation

Dans le camp perdant, le Gatinois D'Artagnan Joly aurait souhaité un meilleur résultat pour sa première visite de la saison. Il a eu beau avoir amassé un point sur le seul but des siens, mais c'était une mince consolation.

« Nous n'avons pas joué pendant 60 minutes comme nous devions le faire. Des punitions nous ont fait mal. Certains revirements aussi. Nous aurions dû garder les jeux plus simples. J'aurais préféré récolter mon premier point à Guertin dans une victoire, mais nous avons perdu 6-1. C'est un match à oublier et il faut se concentrer sur demain », a dit celui qui a aussi touché la barre horizontale avec un puissant tir en troisième période.

Xavier Bouchard a été le seul à déjouer Mark Grametbauer pour le Drakkar (7-13-3). L'autre Gatinois des visiteurs, Louis Tardif, disputait son premier match en carrière à Guertin dans un uniforme de la LHJMQ. Il a écopé d'une punition, mais il ne s'est pas retrouvé sur la patinoire pendant les buts des Olympiques. Joly a aussi terminé le match avec un différentiel de +1.

Les Gatinois ont maintenant gagné sept de leurs neuf derniers matches et ils accueilleront le Titan d'Acadie-Bathurst samedi après-midi (16 h).

Meloche malmène son ancienne équipe

Il venait d'inscrire deux buts et trois points contre la seule autre équipe qu'il a connu dans la LHJMQ, mais Nicolas Meloche était un calme olympien après la victoire des siens.

Acquis à gros prix du Drakkar de Baie-Comeau en décembre dernier, Meloche ne semblait pas sur un nuage. «Je me suis concentré sur mon jeu. Le Drakkar est près de nous au classement.»

Voilà son premier commentaire à la question d'usage. «Ça fait du bien de produire autant contre son ancien club ?»

En répétant la question d'une façon différente, il s'est ouvert un peu. «Ça fait du bien de bien jouer contre eux. C'est le fun de les battre aussi. Je connais encore beaucoup de joueurs de l'autre bord. On a fait des blagues pendant le réchauffement, mais quand le match a commencé, c'était fini.»

Mine de rien, l'espoir de l'Avalanche du Colorado vient de disputer un deuxième match de trois points de suite. Là-dessus, il a marqué trois fois en avantage numérique. «C'est sûr que les buts sur l'attaque massive aident. Ça faisait longtemps que nous attendions que ça débloque. Nos problèmes ne dataient pas d'hier. L'année dernière aussi, c'était une lacune. Dernièrement, on se trouve bien sur la glace. L'équipe va mieux et moi aussi», a ajouté celui qui a aussi sévi avec ses épaules vendredi.

L'envol de Trenin

Parlant de débloquer, Yakov Trenin a inscrit deux autres points vendredi pour étirer sa séquence de matches avec au moins un point à 10. Le grand russe est une force de la nature. Il a assurément pris son envol. «Il n'est pas mauvais ! Il s'était cassé une jambe, alors il fallait lui donner du temps pour se remettre en forme. C'est un gars qui s'entraîne très fort. Il est bien rétabli maintenant et il peut bouger ses pieds davantage. Avec sa puissance, ça lui donne plus d'occasions de marquer», a analysé Meloche.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer