Retour victorieux pour Mathieu Bellemare

Alex Dostie ira donner son appui à l'équipe... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Alex Dostie ira donner son appui à l'équipe canadienne dans la série qui l'oppose à la Russie.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il aura fallu attendre au mois de novembre, mais les Olympiques de Gatineau ont enfin connu une première semaine parfaite dans la LHJMQ cette saison.

En s'imposant 3 à 2 contre les Foreurs de Val-d'Or samedi au centre Robert-Guertin, les Gatinois ont terminé leur semaine de trois matches en quatre jours avec trois belles victoires. Ils ont gagné un autre rang pendant le week-end pour se hisser en 16e position du classement général, mais leur série de cinq victoires en six matches vient de les rapprocher à seulement quatre points de la 8e position.

Rapidement, les Olympiques (8-11-2) sont en train de redresser les choses. Encore mieux, l'équipe a recouvré la santé. Mathieu Bellemare a été le dernier à effectuer un retour au jeu samedi après cinq semaines d'absence en raison d'une séparation de l'épaule. Recrue défensive par excellence dans la LHJMQ l'an dernier, le gardien de 18 ans avait connu un faux départ en septembre alors qu'il avait perdu ses cinq premiers matches.

À sa défense, une première séparation de l'épaule ne lui avait pas permis de se préparer adéquatement à amorcer sa saison. Samedi, Bellemare ressemblait beaucoup plus à celui que les partisans des Olympiques avaient adopté pendant la saison 2015-16. Le Shawiniganais a repoussé 24 des 26 tirs des Foreurs, dont plusieurs qui n'étaient vraiment pas commodes.

« Mathieu était beaucoup plus prêt à revenir au jeu cette fois-ci, a concédé son entraîneur Mario Duhamel. Il a rapidement retrouvé ses points de repère. Il a fait partie de l'équation de cette troisième victoire de la semaine. »

Mathieu Bellemare attendait cette première victoire depuis longtemps. Après le match, on pouvait enfin déceler un sourire derrière sa barbichette.

« J'étais mieux préparé. La dernière fois, j'étais encore limité dans mes mouvements quand je suis revenu au jeu. Je ne m'étais pas imposé de pression supplémentaire aujourd'hui (samedi). J'étais très calme. Dans mon esprit, j'ai pesé sur le piton reset parce que mon début de saison n'avait pas vraiment bien été. Dans ma tête, je recommence une nouvelle saison et je veux retrouver la confiance que j'avais l'an passé. »

Bellemare a senti dès son deuxième arrêt qu'il allait connaître un bon match. Ça tombait pile parce qu'en son absence, son partenaire Mark Grametbauer avait amorcé les 10 derniers matches devant le filet des Olympiques. La fatigue commençait à s'installer.

Semaine parfaite

Convaincants dans leurs victoires contre les Cataractes de Shawinigan mercredi et les Voltigeurs de Drummondville vendredi, les Olympiques ont dû bûcher un peu plus fort pour faire tomber les Foreurs samedi. Ces derniers ont une formation bondée de joueurs aux gabarits imposants. Ancien « gros bonhomme » avec les Olympiques, Alexis Pépin a notamment connu un solide de match en distribuant huit mises en échec, mais Vitalii Abramov a permis aux siens d'amorcer la joute en confiance en marquant le premier but de la rencontre sur un jeu à la « AbracadAbramov ».

L'espoir des Blue Jackets de Columbus s'est servi de sa vitesse pour déborder toute la défensive des Foreurs en plus du gardien Dereck Baribeau. Alexandre Landreville et Zack MacEwen ont aussi touché la cible pendant ce duel pour hommes où les esprits se sont échauffés à plusieurs reprises.

Ivan Kozlov et Julien Gauthier ont déjoué Mathieu Bellemare du côté des Foreurs, la seule équipe à avoir vaincu les Olympiques depuis six matches.

Les Olympiques auront maintenant toute la semaine pour se préparer à visiter les Cataractes de Shawinigan vendredi. D'ici là, quatre de leurs joueurs participeront à la Série Canada-Russie cette semaine. Alex Dostie et Nicolas Meloche ont déjà quitté dimanche. Yakov Trenin et Vitalii Abramov rejoindront l'équipe russe lundi.

Landreville récompensé offensivement

«Ça fait cinq en six que nous gagnons... (Martin Roy, Archives LeDroit) - image 3.0

Agrandir

«Ça fait cinq en six que nous gagnons là. Grâce à une meilleure éthique de travail, on semble retrouver nos repères comme équipe», a commenté Alexandre Landreville, auteur d'un deuxième but en deux matches.

Martin Roy, Archives LeDroit

Même s'il est passé à un cheveu d'inscrire un tour du chapeau dès son deuxième match en carrière dans la LHJMQ en 2014-15, Alexandre Landreville n'est pas reconnu pour noircir la feuille de pointage régulièrement.

Il a compté six buts à sa saison recrue, puis seulement deux l'an dernier. Cette année, il avait été blanchi à ses 19 premiers matches avant de finalement inscrire ses deux premiers buts dans deux matches successifs en fin de semaine. Celui de samedi aura permis aux Olympiques de reprendre une avance de 2-1 sur les Foreurs de Val-d'Or au début de la deuxième période.

Comme la veille, Landreville était posté directement devant le gardien pour pousser la rondelle dans le filet. Samedi, c'est une feinte ratée de Chiwetin Blacksmith qui lui a permis d'avoir le disque sur son bâton à sa grande surprise. « La rondelle a abouti sur ma palette. Je me suis juste tourné et j'ai pu tirer entre les jambes du gardien », a confié le Gatinois de 19 ans.

Spécialiste du jeu défensif, Landreville n'a pas nécessairement la tâche de remplir le filet adverse. Il excelle à « tuer » des punitions. Sa fougue lui permet d'épuiser ses adversaires et de les empêcher de marquer, mais l'ancien de l'Intrépide admet que ça fait du bien de contribuer aux succès offensifs de son équipe à l'occasion.

« C'est toujours plaisant de compter des buts. Quand tu joues au hockey, essentiellement, c'est ce que tu veux faire, même si ce n'est pas toujours ta tâche. L'équipe est toujours gagnante quand elle peut compter sur l'apport de ses troisième et quatrième trios. Ça apporte du momemtum quand ces trios-là comptent des buts. » Dans la relance des Olympiques depuis deux semaines, le trio de Landreville, Jeffrey Durocher et Vincent Milot-Ouellet ou Chiwetin Blacksmith a fait un travail colossal dans l'ombre. Le Gatinois reconnaît qu'une chimie est en train de s'installer entre les membres de ce trio qui est demeuré stable depuis plusieurs matches.

« À force de jouer ensemble, on développe une belle complicité. Nous sommes des joueurs qui travaillent fort. Nous amenons de l'échec avant, tout en essayant de créer des chances de marquer. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer