Des défis de taille pour les Olympiques

Les Olympiques risquen d'en avoir plein les bras... (Archives, La Presse)

Agrandir

Les Olympiques risquen d'en avoir plein les bras avec entre autres Samuel Girard.

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les Olympiques ont gagné deux de leurs trois matches la semaine dernière, mais ils ne sont pas sortis de l'auberge pour autant.

Toujours locataires du sous-sol de la LHJMQ, ils disputeront trois matches en quatre jours à domicile cette semaine et ça commencera avec la visite des Cataractes de Shawinigan mercredi soir. Même si ces derniers doivent se débrouiller sans Anthony Beauvillier, qui étire son séjour avec les Islanders de New York, les Mauriciens (13-4-0) sont des prétendants à la coupe du Président cette saison.

L'équipe est notamment dirigée par deux anciens entraîneurs adjoints des Olympiques : Claude Bouchard (maintenant entraîneur-chef) et Ron Choules. Les Cataractes viennent de perdre deux matches de suite. Assurément, l'odeur de Guertin leur donnera faim mercredi soir. Qui dit Cataractes dit aussi Samuel Girard. Vous ne le connaissez pas encore ?

Âgé de 18 ans, Girard est un défenseur format compact (5'9'', 166 livres), mais il a été choisi en deuxième ronde par les Predators de Nashville au dernier repêchage de la LNH. Il a été tellement convaincant à son premier camp professionnel qu'il a déjà été mis sous contrat. Cette saison, Girard a déjà accumulé 23 points en seulement 12 matches avec les Cataractes. Meilleur compteur de son club, le spectaculaire défenseur n'est qu'un élément d'une attaque redoutable. Parce qu'ils sont habiles avec la rondelle, les « Cats » marquent des buts dans 27 % de leurs avantages numériques.

À ce chapitre, les Olympiques (5-11-2) en auront plein les bras. En désavantage numérique, ils occupent l'avant-dernier rang (17e) de la LHJMQ avec un taux de réussite de 71,3 %. Pourtant, l'an dernier, avec les mêmes gardiens et sensiblement le même groupe de défenseurs, les Olympiques avaient été des premiers de classe en « tuant » 85,2 % de leurs pénalités.

Qu'est-ce qui s'est passé en si peu de temps ? Même le capitaine Marc-Olivier Crevier-Morin n'a pas de réponse. « Je ne pourrais pas dire. Ça va juste moins bien. Nous avons presque les mêmes joueurs. C'est souvent à la fin des matches qu'on se fait marquer des buts. Il fallait se mettre sur la même page en début d'année. Ça va mieux maintenant, mais il reste du travail à faire. »

De son côté, Mario Duhamel pense que ses équipiers ont fait des pas de géants pour améliorer cette facette de leur jeu. « Dans nos sept derniers matches, nous avons un taux de réussite de 85 % en infériorité numérique. Ça va très bien de ce côté-là. »

La recette pour ces récents succès ?

« La cohésion, tout simplement. Nous avons eu le temps de nous entraîner plus souvent depuis notre retour des Maritimes. Ça parait dans nos matches. Nos unités spéciales ont fait le travail dernièrement. »

Différentiel négatif

L'autre tendance inquiétante chez les Olympiques se situe du côté du différentiel négatif de ses meilleurs éléments. Vitalii Abramov (-13), Alex Dostie (-10), Yakov Trenin (-7), Daniel Del Paggio (-7) et Marc-Olivier Crevier-Morin (-7) sont plus souvent sur la glace pour des buts de l'adversaire que pour des buts des Olympiques.

L'an dernier, Abramov avait mené le club avec un +36. Dostie était à +31, Crevier-Morin à +25 et Trenin à +22. L'entraîneur Duhamel a sa théorie là-dessus. « Parce que nous avons connu un début de saison difficile, ils essaient d'en faire trop. Au lieu de simplement envoyer la rondelle au filet, ils font le jeu supplémentaire. Au lieu de marquer, ils se font prendre hors position et ça amène des revirements. »

Autrement dit, ces joueurs doivent simplifier leur jeu. Surtout contre une puissance comme les Cataractes. Au moins, les Olympiques ont tenu leur bout contre les meilleurs clubs de la LHJMQ cette saison. Ils ont vaincu Rouyn-Noranda, Charlottetown et perdu en prolongation contre Saint-Jean.

Mathieu Bellemare était de retour à l'entraînement mardi.... (Martin Roy, Archives LeDroit) - image 2.0

Agrandir

Mathieu Bellemare était de retour à l'entraînement mardi.

Martin Roy, Archives LeDroit

Retours imminents

La visite des Cataractes de Shawinigan arrive une semaine trop tôt pour au moins un joueur des Olympiques.

Mathieu Bellemare a effectué un retour à l'entraînement mardi et devra probablement patienter encore quelques jours avant de reprendre sa place devant le filet des Olympiques. Remis d'une autre blessure à l'épaule, le Shawiniganais a excellé contre l'équipe de son patelin la saison dernière en remportant trois de ses quatre départs (moyenne de 1,96 et pourcentage d'arrêt de 92,4 %) face à l'équipe qui l'avait repêché.

«J'aimerais jouer contre 'Shawi', mais je ne dois pas précipiter les choses. Je dois me remettre en forme avant. Ça pourrait me prendre jusqu'à une semaine. Il faut aussi que je retrouve mes repères. C'est ma première pratique avec les gars après quatre ou cinq semaines sans jouer.»

Recrue défensive par excellence dans la LHJMQ en 2015-16, Bellemare a été blessé deux fois plutôt qu'une à la même épaule cette saison, le limitant à seulement cinq matches. La bonne nouvelle, c'est qu'il a évité l'opération. La moins bonne, c'est qu'il est en retard par rapport aux autres en raison de son inactivité.

«Les attentes étaient élevées envers moi cette année. J'ai hâte de démontrer mon potentiel à nouveau.»

Le gardien de 18 ans n'est pas le seul à s'approcher d'un retour au jeu. Le vétéran Austin Eastman, qui n'a pris part qu'à quatre matches, pourrait même renouer avec l'action mercredi contre les Cataractes selon Mario Duhamel.

«C'est le plan en tout cas. Il faut qu'il nous amène de la vitesse et de l'offensive. Il est difficile à affronter quand il file à vive allure», a indiqué Duhamel au sujet de l'Ontarien qui avait amassé six points en 10 matches des séries l'an dernier.

Simon Leclerc, lui aussi blessé à une épaule, pourrait également effectuer un retour au jeu cette semaine. Défenseur transformé en attaquant cette saison, cette recrue n'a disputé que deux matches jusqu'ici. «C'est un travailleur acharné qui dérange l'adversaire en complétant ses mises en échec», a avancé Duhamel. Point d'interrogation en attaque, Alex Dostie n'a pas participé à l'entraînement de mardi. Il a joué à Val-d'Or dimanche malgré une blessure mineure qui lui avait fait rater une période de jeu à Rouyn-Noranda samedi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer