Les Olympiques nomment un capitaine

Marc-Olivier Crevier-Morin portera le «C» sur son chandail... (Archives, LeDroit)

Agrandir

Marc-Olivier Crevier-Morin portera le «C» sur son chandail pour la saison 2016-2017.

Archives, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Pendant son hockey mineur, Marc-Olivier Crevier-Morin a régulièrement été capitaine de son équipe. Dimanche, le défenseur de 20 ans est devenu le capitaine des Olympiques de Gatineau.

Dans l'autobus entre Bathurst et Rimouski, il a été choisi par ses pairs lors un vote secret où les entraîneurs avaient aussi un droit de regard. À sa quatrième saison avec les Olympiques, il succède ainsi à Alexandre Carrier.

«C'est tout un honneur. Je suis très content. C'est une journée riche en émotions», a-t-il dit en matinée avant de porter le «C» sur son chandail pour la première fois à Rimouski.

Pendant son séjour en Outaouais, Crevier-Morin a évolué sous deux capitaines: Alexandre Carrier et Taylor Burke. «J'ai aimé les deux et j'ai appris d'eux. Je vais retenir le positif qu'ils ont amené et retravailler ce qui avait moins bien été. Je vais donc ajouter ma touche personnelle.»

Être capitaine d'une équipe de la LHJMQ, ça représente quoi pour le défenseur de caractère? «Je vais mener par l'exemple sur la glace et en dehors de la glace. Je veux devenir une référence et être respecté. Le dernier voyage a aidé à nous rapprocher en tant qu'équipe. Nous avons appris à connaître les différentes personnalités des recrues. Ce qui est bien, c'est qu'il n'y a pas de cliques dans notre équipe. Je serai aussi bien entouré. Je ne serai pas laissé à moi-même.»

Cet entourage est constitué de ses assistants. Yakov Trenin hérite d'un «A» pour une deuxième saison de suite. Alex Dostie et le vétéran de 20 ans Zack MacEwen seront aussi des adjoints. Vétéran joueur d'impact, Nicolas Meloche est sans doute le grand oublié de cet exercice.

Avec son nouveau titre de meneur, Marc-Olivier Crevier-Morin aura un rôle crucial à exercer au cours des prochaines semaines. Le début de saison des Olympiques est beaucoup plus ardu que prévu. Il n'y a rien de facile et les défaites s'accumulent.

«Je ne suis pas inquiet. La saison est longue. Nous sommes chanceux de jouer dans une ligue où presque toutes les équipes font les séries éliminatoires. Ce n'est pas le moment de paniquer. Quand nous allons en finir avec cette mauvaise passe, nous allons nous mettre à gagner. Présentement, il faut se mettre sur la même page et apprendre à connaître nos rôles. Il faut se rassembler dans le même bateau alors que là, nous sommes tous dans des chaloupes différentes.»

Pour l'entraîneur-chef Mario Duhamel, le long voyage dans les Maritimes a fait son oeuvre et le moment était venu d'identifier ses leaders. «Nous venons de vivre deux semaines ensemble. Nous avons pu évaluer la dynamique de groupe et voir comment les gars se comportaient. Nous avons fait voter les joueurs même si nous avions notre propre idée du groupe de leaders. Pour moi, Marc-Olivier a été un leader depuis le premier jour du camp.»

Le nouvel entraîneur des Olympiques en avait assez vu pour se convaincre de l'identité de son capitaine. «Tu vois que Marc-Olivier est fier d'être un Olympique. Il veut le bien de l'équipe. Il veut tirer ses coéquipiers avec lui. Nous sentons sa présence chaque jour. C'est un joueur estimé et nous le remarquons encore plus dans les moments d'adversité que nous traversons. Il est de plus en plus vocal. Il cherche des solutions. Il fera un bon lien entre le vestiaire et les entraîneurs.»

Un voyage historique non concluant

Tristan Bérubé a accordé trois buts en relève... (Rémi Sénéchal, collaboration spéciale) - image 3.0

Agrandir

Tristan Bérubé a accordé trois buts en relève de Mark Grametbauer dimanche, à Rimouski.

Rémi Sénéchal, collaboration spéciale

Il était grand temps qu'il se termine, ce long voyage historique de sept matches en 12 jours dans l'Est du Canada qui s'est soldé par un cuisant revers de 7-1 à Rimouski dimanche.

Ce voyage expérimental évitera un deuxième voyage dans les Maritimes aux Olympiques cette année, mais il n'aura pas été concluant. Ils ont gagné un match et subi six revers, dont deux en prolongation. Toujours victimes d'une mauvaise période par match, les Gatinois ont été complètement dominés dans le premier vingt à Rimouski dimanche.

L'Océanic a eu le meilleur 16-4 dans les tirs dans la période initiale pour prendre une avance de 2-0. Tyler Boland avait ouvert la marque, puis Daniel Hardie a ajouté un but en toute fin de période. C'était toujours 2-0 en deuxième période quand Dylan Montcalm a inscrit un autre but dans la dernière minute de jeu. En début de troisième période, Zack MacEwen a raté une cage ouverte, mais en remontant la patinoire, Denis Mikhnin a donné un coussin de quatre buts aux siens. Les carottes étaient cuites. Hardie a fourni un deuxième but, suivi des filets Samuel Laberge et d'Alexandre Grisé. C'était 7-0 avant que Yakov Trenin ne vienne priver Alexandre Lagacé d'un jeu blanc dans la dernière minute de jeu.

«Je ne suis pas déçu de finir ce voyage. Nous avons senti une baisse d'énergie mentale dans les deux derniers matches. Nous avons cafouillé énormément avec la rondelle. Il nous manquait d'exécution. Les buts en fin de période nous ont fait mal. Nous avons commencé fort en troisième période. Leur gardien a fait de bons arrêts. Après leur quatrième but, la chaîne a débarqué», a indiqué l'entraîneur Mario Duhamel, dont le club vient de tomber dans la cave du classement de la LHJMQ.

Pour lui, il est beaucoup trop tôt pour tirer des conclusions sur ce voyage.

«Au niveau logistique, tout a bien été, mais nous avons laissé beaucoup d'énergie dans le premier match en perdant une avance pour nous incliner en prolongation. Dans le deuxième match, c'était 1-1 jusqu'à la fin et nous n'avons pas amassé de point. C'était dur sur le plan mental. Avec les voyages et les matches qui se suivaient, nous n'avons pas eu la chance de pratiquer. C'est beau de faire de la vidéo, mais il faut pratiquer ce que nous voulons mettre en place. Au moins, notre identité se définit grandement. Quand nous aurons retrouvé notre exécution, nous serons à la bonne place.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer