Bérubé aimerait bien affronter les Voltigeurs

Les Olympiques s'attendent à ce que Mathieu Bellemare... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Les Olympiques s'attendent à ce que Mathieu Bellemare soit prêt à revenir au jeu à temps pour le début de la saison régulière, mais si n'est pas le cas, Tristan Bérubé ne s'en plaindrait pas.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le gardien numéro «1A» des Olympiques de Gatineau se remet d'une séparation de l'épaule. Le gardien numéro «1B» s'est envolé vers Tampa Bay mercredi afin de participer au camp d'entraînement du Lightning.

De retour à l'entraînement régulier depuis presque une semaine, tout porte à croire que Mathieu Bellemare pourra reprendre sa place devant le filet pour le match d'ouverture vendredi contre les Voltigeurs de Drummondville, mais si le portier de 18 ans devait avoir besoin de quelques journées supplémentaires, Tristan Bérubé ne s'en plaindrait pas.

Justement acquis des Voltigeurs pendant le camp d'entraînement, la recrue de 17 ans ne demanderait pas mieux que de faire ses débuts avec les Olympiques contre l'équipe qui l'avait repêché dans la LHJMQ.

«C'est certain que j'aurais soif de victoire. Je vais me préparer comme si c'était un match normal, mais c'est Drummondville et j'aimerais bien aller chercher les points dans ce match-là. Je serai prêt si on a besoin de moi. Je n'essaierais pas de faire les choses différemment. Mon objectif serait d'arrêter les rondelles», a dit celui qui avait été un gardien dominant dans la Ligue midget AAA du Québec avec le Collège Notre-Dame la saison dernière.

L'entraîneur-chef des Olympiques, Mario Duhamel, attend toujours le rapport final des médecins avant de décider de l'identité du gardien qui lancera la saison de l'équipe outaouaise vendredi, mais il s'attend à ce que Bellemare soit prêt à faire sa rentrée. Si ce n'est pas le cas, Bérubé aura toute la confiance de Duhamel.

«Tristan progresse bien. Sa condition physique s'est grandement améliorée depuis son arrivée ici. Il a pris les bouchées doubles à l'entraînement et je serais très à l'aise de l'envoyer dans la mêlée pour notre match d'ouverture.»

Le gardien natif de La Pocatière ne sait pas encore ce que l'avenir à court terme lui réserve. Puisque Mark Grametbauer ne restera pas éternellement au camp du Lightning, Bérubé espère profiter du moment présent.

«Je veux forcer l'organisation à me garder. Je suis prêt à donner 100% de moi-même dans les entraînements. Je ne suis pas ici en touriste. Je m'attends à ce qu'il y ait une ouverture aux Fêtes. J'aimerais être ici à long terme.»

Choix de sixième ronde des Voltigeurs en 2015, Bérubé a commencé à jouer au niveau midget AAA à l'âge de 14 ans. Il avait alors participé à 10 matches, dont deux en séries éliminatoires. L'an dernier, il a conservé le quatrième meilleur pourcentage d'arrêt (,912) de la ligue. Il a cependant été lancé dans la gueule du lion à ses débuts dans la LHJMQ. Pendant les dernières séries éliminatoires, les deux gardiens des Voltigeurs étaient blessés. À 16 ans, le gardien affilié a dû affronter les Huskies de Rouyn-Noranda dans la première ronde d'un duel inégal.

Il avait été poivré de lancers dans les quatre matches auxquels il avait pris part. En 203 minutes de jeu, les redoutables Huskies avaient marqué une moyenne de 8,24 buts par match contre lui. «C'était un peu intimidant. Je voulais aider l'équipe même si tout le monde était conscient que ça allait être difficile. Je voulais surtout prendre de l'expérience. Je voulais me battre et ne jamais lâcher, peu importe ce qui se passait.»

Au dernier repêchage, les Voltigeurs ont sélectionné le gardien Olivier Rodrigue au troisième rang de la première ronde. Bérubé savait alors que son temps était compté à Drummondville puisque l'équipe comptait aussi sur deux vétérans gardiens.

«Je n'étais pas dévasté. [...] J'étais préparé à l'éventualité d'un échange. À mon avis, je suis de calibre pour jouer dans cette ligue et c'est ce que je compte démontrer cette année.»

Pas de renforts à prévoir

Les Olympiques ne s'attendent pas à obtenir de renforts pour leur match d'ouverture de vendredi. Leurs cinq joueurs qui ont participé à des camps de recrues dans la LNH ont tous obtenu une invitation pour le camp principal de leurs équipes respectives.

Mark Grametbauer, le dernier à quitter Gatineau pour participer à un camp de la LNH, est passé directement au camp principal du Lightning de Tampa Bay mercredi. De leurs côtés, Alex Dostie et Zack MacEwen ont été invités au camp avec toutes les vedettes des Ducks d'Anaheim. Vitalii Abramov (Colombus), Yakov Trenin (Nashville) et Nicolas Meloche (Colorado) ont également été invités à passer à la prochaine étable.

D'ailleurs, les Olympiques ont peu de nouvelles de Trenin, qui a subi une fracture de la jambe cet été. Aux dernières informations, il patinait avec les Predators tout en poursuivant sa période de réadaptation, mais les Olympiques ne sont pas au courant de leurs plans par rapport à l'attaquant russe.

Deux rappels

Pendant que leurs attaquants les plus doués poursuivent leur rêve de patiner avec des équipes de la LNH, les Olympiques ont été obligés de rappeler deux joueurs afin d'amorcer leur saison.

Le Gatinois Charles-Antoine Roy fera donc ses débuts dans la LHJMQ après avoir été retranché la saison dernière par l'Intrépide de Gatineau midget AAA. Il s'agit d'un beau pied de nez pour l'attaquant de 17 ans, qui avait été obligé de s'aligner au niveau midget AA à la place.

Pour l'autre rappel, les Olympiques ont fait signer un contrat à l'agent libre Guillaume Bergeron-Charron. L'attaquant de 19 ans joue actuellement avec l'Arctic de St-Léonard où il a récolté six points en trois matches de la Ligue junior AAA du Québec. Le directeur général Marcel Patenaude le connaît bien pour avoir travaillé avec lui chez l'Armada de Blainville-Boisbriand la saison dernière. Là-bas, il avait inscrit quatre buts et cinq points en 26 matches avant d'être retranché aux Fêtes. Il avait été capitaine de son équipe midget AAA à St-Eustache à 17 ans.

Modification majeure au repêchage

Fini le temps de «vider son club» dans l'espoir de le reconstruire avec un premier choix au repêchage.

À partir de 2017, les cinq dernières équipes au classement général auront des chances de passer au buffet en premier lors de la séance de sélection de la LHJMQ. Par le passé, seules les deux équipes qui ne participaient pas aux séries éliminatoires avaient une chance d'obtenir la première sélection.

Dès juin prochain, les cinq dernières équipes du classement général participeront à la loterie des cinq premiers choix au repêchage. L'équipe qui occupera la cave aura plus de chances d'avoir le premier choix (9 capsules), alors que l'équipe de 17e place aura six capsules contre trois pour l'équipe de 16e place, deux pour l'équipe de 15e place et une pour l'équipe de 14e position.

Les deux équipes éliminées des séries ne pourront pas perdre plus de deux rangs au repêchage.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer