L'interminable déjeuner d'Alex Dostie

S'il avait le pouvoir de revenir dans le... (Martin Roy, Archives LeDroit)

Agrandir

S'il avait le pouvoir de revenir dans le temps, le numéro 13 des Olympiques, Alex Dostie, aurait fait le voyage à Buffalo en juin dernier.

Martin Roy, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Incertain d'être réclamé au dernier repêchage de la LNH en juin dernier, Alex Dostie ne s'est pas déplacé à Buffalo pour vivre l'événement en direct.

Trop souvent, de jeunes joueurs ont passé des heures dans les gradins en espérant entendre leur nom pour ensuite rentrer à la maison avec une vive déception. L'agent de Dostie croyait en ses chances d'être réclamé à 18 ans après avoir été ignoré à 17 ans, mais pas assez pour mettre sa main au feu. Il a donc suggéré au Drummondvillois de suivre le tout à distance et l'attaquant des Olympiques de Gatineau a suivi son conseil.

Le 25 juin, pendant les rondes deux à sept du repêchage, Dostie a fait comme tout le monde. Il s'est branché sur Twitter. Il s'est réjoui de la sélection de certaines connaissances. Il a vu son coéquipier Vitalli Abramov être choisi par Columbus en troisième ronde, puis vers 11h, il commençait à avoir faim. «Quand la quatrième ronde a commencé, j'ai tout laissé là. J'en avais vu en masse. J'ai commencé à me préparer un déjeuner quand j'ai reçu un texto de mon ami Gabriel Fontaine.»

Le texto disait: «Good job, tu le mérites!»

Trente secondes après sa sélection par les Ducks d'Anaheim, c'était la cohue. 

«Mon cellulaire s'est mis à vibrer sans arrêt! Mes parents n'étaient pas là. Ils aidaient mon frère à déménager. Je ne m'attendais certainement pas à sortir en quatrième ronde. D'après ses conversations avec les équipes de la LNH, mon agent m'avait dit que je sortirais peut-être en sixième ou septième ronde. Mon téléphone ne dérougissait pas. Finalement, le déjeuner que j'avais commencé à 11h, je l'ai fini à 15h!»

«Les points ne sont pas toujours un bon baromètre. Si je fais trois points dans une défaite, ça importe peu. Ce que je veux, c'est d'être un bon joueur d'équipe et surtout, rester en santé. Nous avons une bonne équipe ici. On devrait avoir du plaisir cette année.»

Alex Dostie

S'il pouvait revenir dans le temps aujourd'hui, Dostie se serait rendu à Buffalo pour savourer le grand jour. 

«Tout joueur rêve d'être repêché par une équipe de la LNH. Sur le coup, j'étais fâché de ne pas être là, mais j'ai pu célébrer avec mes amis à la maison en soirée. Nous avons fait une grande fête de piscine avec BBQ. Mes amis m'ont amené des casquettes des Ducks. Trois jours plus tard, les Ducks m'ont livré mon chandail officiel et ma casquette d'équipe.»

Petite taille, haute estime

Ce que Dostie ignorait, c'était qu'il était tenu en haute estime par les dépisteurs des Ducks. Sa petite taille ne leur a pas fait peur. «Ils m'ont dit qu'ils avaient déjà suffisamment de gros gaillards dans leur équipe et qu'ils voulaient améliorer leur vitesse et faire rentrer des gars avec le sens du jeu.»

Afin de s'assurer de garder sa vitesse, Dostie a pris soin de ne pas répéter la même erreur qu'à 17 ans où il avait ajouté plusieurs livres à sa charpente.

«J'étais arrivé au camp à 173 livres (78 kg) et je n'avançais plus sur la patinoire! L'année dernière, j'étais à 163 livres (74 kg) au camp et là, je suis à 168 livres (76 kg). Un petit joueur doit être rapide. J'observe une diète spécifique et j'ai travaillé à renforcer mes épaules durant l'été tout en m'entraînant avec des professionnels comme Sean Couturier et Mathieu Perreault.»

Rendu à 19 ans, Dostie attaquera déjà sa quatrième saison avec les Olympiques. Même s'il a connu une prolifique saison de 73 points en 54 matches à 18 ans, il refuse de se fixer des objectifs sur le plan des statistiques. «Les points ne sont pas toujours un bon baromètre. Si je fais trois points dans une défaite, ça importe peu. Ce que je veux, c'est d'être un bon joueur d'équipe et surtout, rester en santé. Nous avons une bonne équipe ici. On devrait avoir du plaisir cette année.»

Deux Ontariens sous contrat

Deux joueurs de 17 ans invités de l'Ontario ont gagné leurs places dans le vestiaire des Olympiques. Au cours des derniers jours, le défenseur Ryan O'Bonsawin et l'attaquant Eric Eschweiler ont reçu l'assurance qu'ils feraient partie de l'édition 2016-2017.

Eschweiler a été le meilleur marqueur des Gatinois pendant le tournoi des recrues à Rockland. Il a aussi inscrit deux buts dans le premier match hors-concours à Drummondville. «Nous sommes bien contents de les avoir parce que nous n'avions pas une énorme banque de joueurs de 17 ans. Chapeau à Marcel (Patenaude) et Alain (Sear) pour ces découvertes», a lancé l'entraîneur-chef Mario Duhamel. Ce dernier dit avoir apprécié «l'intensité, la détermination et la passion» d'Eschweiler qui possède également une touche offensive intéressante. Il devra améliorer son jeu collectif cette saison.

Quant à O'Bonsawin, Duhamel a dit qu'il s'agissait d'un défenseur «mobile avec une bonne relance et qui étudie bien ses options avec la rondelle». On pense qu'il pourra générer de l'attaque même s'il est toujours en apprentissage.

Le sort d'Evan Krassey (18 ans), l'autre Ontarien à l'essai, se jouera après les matches du week-end contre les 67's.

Blain doit patienter avant de patiner

Dominik Blain, alors qu'il portait l'uniforme des Mooseheads d'Halifax.... (Etienne Ranger, Archives LeDroit) - image 6.0

Agrandir

Dominik Blain, alors qu'il portait l'uniforme des Mooseheads d'Halifax.

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Vétéran retranché chez les Mooseheads d'Halifax, Dominik Blain a encaissé tout un choc quand il a reçu la mauvaise nouvelle, mais il était content de revenir à Gatineau pour obtenir une autre chance de rester dans la LHJMQ.

L'attaquant de 18 ans a été réclamé au ballottage par les Olympiques, mais le joueur de Cantley n'a pas encore eu la chance de s'entraîner puisque son équipement n'est pas encore arrivé à Gatineau. «J'avais eu un bon camp à Halifax. Je savais que des jeunes s'en venaient, mais la face m'a lâché quand j'ai été retranché. J'espérais qu'un autre club me réclame. Je me disais qu'à Hull, ils devaient me connaître et c'est ce qui est arrivé. J'espère maintenant faire ma place dans l'alignement. J'arrive ici pour montrer de quel bois je me chauffe en amenant mon intensité.»

Son père Joël a déjà été capitaine des Olympiques de Hull. Il détient même le record du plus grand nombre de matches joués (301) dans l'uniforme des Olympiques. «J'aimerais prendre la relève et jouer ici moi aussi.»

Mario Duhamel compte utiliser Blain dans les deux matches du prochain week-end.

Bellemare de retour sur patins

Le gardien Mathieu Bellemare est de retour sur... (Martin Roy, Archives LeDroit) - image 8.0

Agrandir

Le gardien Mathieu Bellemare est de retour sur la patinoire.

Martin Roy, Archives LeDroit

Victime d'une séparation de l'épaule dans la journée qui a précédé l'ouverture du camp d'entraînement des Olympiques, le gardien Mathieu Bellemare est de retour sur la patinoire.

Pour l'instant, il ne reçoit pas encore de lancers, mais il pratique ses déplacements et il se soumet à d'autres exercices pour travailler sa mobilité. Il est déjà assuré de ne pas prendre part aux deux matches contre les 67's le week-end prochain.

Les Olympiques ont deux autres joueurs à l'infirmerie. Anthony Gagnon (épaule) a encore le bras dans une écharpe et devrait rater au moins quatre autres semaines de jeu. Yakov Trenin, blessé à une jambe, doit quant à lui recommencer à patiner cette semaine à Nashville. Sa progression irait vraiment bien, au point où il a pu faire de la planche nautique (wakeboard) derrière un bateau il y a quelques jours.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer