Au tour du dépisteur en chef de partir

Le directeur du recrutement des Olympiques depuis les... (Archives La Tribune)

Agrandir

Le directeur du recrutement des Olympiques depuis les trois dernières années, Christian Caron (à droite), en compagnie de l'ex-entraîneur-chef de la formation gatinoise, Benoît Groulx, qui a lui aussi quitté le navire le mois dernier.

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

C'est le cas de le dire. Les Olympiques de Gatineau repartiront en neuf la saison prochaine.

On savait déjà qu'ils miseraient sur un nouveau directeur général, un nouvel entraîneur-chef et probablement de nouveaux entraîneurs adjoints. On peut maintenant ajouter un nouveau directeur du recrutement à cette liste. Après la séance de sélection de Charlottetown, samedi, Christian Caron a annoncé aux Olympiques qu'il quitterait son poste afin de devenir entraîneur-chef des Albatros du Collège Notre-Dame, chez lui, à Rivière-du-Loup.

Caron a supervisé le recrutement du club pendant les trois dernières saisons. Chez les Albatros, il remplacera Allan Johnston, qui venait de quitter l'équipe à la fin d'un congé sans solde à son travail. Christian Caron ne sera pas en terrain inconnu derrière le banc. Il avait dirigé les Albatros pendant six saisons entre 2005 et 2011.

Il est resté étroitement lié à cette équipe même quand Benoît Groulx est allé le chercher pour s'occuper du recrutement des Olympiques. Caron est directeur des sports au Collège Notre-Dame en plus d'être le directeur de la structure intégré des Albatros. Après le départ de Johnston au «CND», Caron a vu une occasion de retourner dans le feu de l'action.

«C'est un travail exigeant. Je me suis tapé 40 000 kilomètres la saison dernière. J'ai un travail en semaine et il faut être sur la route les fins de semaine. Aussi, le départ de Benoît Groulx a joué un peu dans ma décision. C'est lui qui était venu me chercher.»

Christian Caron
directeur du recrutement des Olympiques

«Ça fait un bout que j'y pense. L'organisation m'a souvent demandé de reprendre les rênes de l'équipe. J'avais toujours dit non, mais en épluchant les curriculum vitae des candidats, j'ai repris goût à diriger une équipe de hockey. J'ai fait beaucoup de travail de bureau dans les dernières années. C'est sur la glace, près des jeunes, que je suis bien.»

Au dernier Combiné de la LHJMQ à la fin du mois d'avril, Caron avait prévenu le président Alain Sear d'un éventuel départ. «C'est un travail exigeant. Je me suis tapé 40 000 kilomètres la saison dernière. J'ai un travail en semaine et il faut être sur la route les fins de semaine. Aussi, le départ de Benoît Groulx a joué un peu dans ma décision. C'est lui qui était venu me chercher. Ce n'est pas toujours évident de travailler avec lui, mais il m'a apporté beaucoup de bonnes choses. J'ai un meilleur bagage à présent.»

Benoît Groulx ne lui a pas donné l'occasion de repêcher plusieurs joueurs dans les premières rondes au cours des trois dernières années, mais Caron affirme que cela n'a pas pesé dans la balance. «Ce n'était pas une situation idéale, mais c'était une réalité que je comprenais.»

Une décision réfléchie

Lorsqu'il a appris la décision de Caron, le directeur général Marcel Patenaude a d'abord suggéré à Caron d'accepter un poste de recruteur dans son coin de pays, mais la décision du principal intéressé est réfléchie. «J'ai déjà eu quelques offres pour faire du recrutement junior ou midget, mais ça va être pratiquement impossible pour moi. C'est dommage, j'aurais aimé travailler avec Mario Duhamel. J'ai appris à la connaître le week-end dernier. C'est un bon coach avec une belle personnalité.»

Marcel Patenaude veut maintenant laisser la poussière retomber en attendant une réponse définitive de Caron. «On aimerait le garder comme dépisteur. Il a fait du bon travail. Il n'y a pas urgence pour le remplacer non plus. On va prendre le temps de réfléchir. J'ai déjà eu des appels de personnes intéressées.»

Sylvain Brunelle, qui a été directeur du recrutement pour Patenaude avec les Mooseheads de Halifax et qui a aussi travaillé avec les Olympiques et les Huskies de Rouyn-Noranda, aurait une longueur d'avance pour occuper le poste vacant.

Un calendrier particulier pour Gatineau l'an prochain

La campagne 2016-2017 de la LHJMQ commencera une semaine plus tard qu'à l'habitude, mais ce n'est pas la seule nouveauté qui attend les Olympiques de Gatineau, a-t-on appris lundi, à la suite de la publication de l'horaire de la saison.

Un projet pilote a été mis en place pour couper les deux voyages annuels dans les Maritimes en une seule escapade de 12 jours. Durant ce séjour qui débutera le 5 octobre à Saint-Jean, les Gatinois vont affronter les six équipes des Maritimes avant de terminer leur série de sept matches à Rimouski le 16 octobre.

La mesure doit permettre d'économiser temps et argent. Un tuteur accompagnera l'équipe et sera au service des joueurs pendant le voyage. Les Sea Dogs de Saint-Jean tenteront la même expérience dans la division des Maritimes.

Aussi, les matches en semaine des Olympiques reviendront à leur case horaire habituelle la saison prochaine. Après un essai infructueux à 19h, les matches seront à nouveau présentés à 19h30. Il n'y a aucun changement à l'horaire des matches du samedi (19h) et du dimanche (16h).

La saison débutera au Centre Robert-Guertin les 23 et 25 septembre avec les visites des Voltigeurs de Drummondville et des Tigres de Victoriaville, deux formations qui ont de nouveaux entraîneurs comme les Olympiques. Dominique Ducharme, qui dirigera aussi Équipe Canada junior, a quitté Halifax pour se joindre à Drummondville. Éric Veilleux a pris les commandes des Tigres après deux saisons dans les ligues mineures professionnelles.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer