Repêchage LHJMQ: défi de taille pour Gatineau

Plusieurs joueurs repêchés par les Olympiques dans les... (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Plusieurs joueurs repêchés par les Olympiques dans les sept premières rondes en 2015 joueront un rôle important sur la glace cette saison, dont Anthony Gagnon.

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(CHARLOTTETOWN) La vie de recruteur n'est pas toujours trépidante chez les Olympiques de Gatineau.

Christian Caron en sait quelque chose. Samedi, il attaquera sa troisième séance de sélection à titre de directeur du recrutement de l'équipe outaouaise. Pour la deuxième fois en trois ans, il n'aura pas vraiment de marge de manoeuvre.

À moins d'une transaction, les Olympiques n'auront aucun droit de parole aux premier, deuxième et troisième tours du repêchage de la LHJMQ. Pour l'instant, ils devront attendre la quatrième ronde - le 65e rang au total - avant de sélectionner leur premier joueur.

À sa première année avec les Olympiques, Christian Caron avait pu choisir deux joueurs en première ronde, mais il avait dû attendre à la sixième ronde avant de parler à nouveau. Les deux joueurs sélectionnés au premier tour de 2014 ne sont plus avec les Olympiques. Pascal Laberge a rapidement été échangé aux Tigres de Victoriaville et Matt Sartoris est passé au Phoenix de Sherbrooke.

En 2015, Benoît Groulx ne lui avait pas donné de choix de premier tour, mais Caron avait eu le loisir de mettre la main sur huit joueurs dans les sept premières rondes. Plusieurs de ceux-ci, dont Anthony Gagnon (2e ronde) et Jeffrey Durocher (3e ronde), joueront un rôle important avec les Olympiques dès l'an prochain. D'Artagnan Joly (2ronde), lui, a été échangé à Baie-Comeau.

En 2016, Christian Caron devra viser juste. Il dispose de seulement trois choix dans les sept premières rondes.

«Je comprends la situation. C'est une philosophie d'équipe de vouloir gagner chaque année (en sacrifiant des choix). En même temps, c'est parfois difficile de se taper tout ce kilométrage en deuxième moitié de saison quand tu sais que tu n'as presque plus de choix au repêchage. Ça peut être décourageant d'assister à un tournoi comme le Combiné de la LHJMQ quand tu sais que tes chances de choisir un de ces joueurs sont minces.»

Optimiste malgré tout

Christian Caron et son équipe de recruteurs ont toutefois fait de belles prises l'an dernier dans les rondes plus tardives.

Le boss du recrutement demeure convaincu qu'il restera de bons joueurs en quatrième ronde cette année. Il cite l'exemple des Huskies de Rouyn-Noranda. En 2014, ils avaient notamment sélectionné Philippe Myers, Antoine Waked et Jean-Christophe Beaudin pendant la quatrième ronde. Ils ont tous joué des rôles cruciaux dans le championnat des Huskies cette saison.

«C'est leur philosophie d'équipe de repêcher des jeunes et de leur laisser le temps de grandir au lieu de les échanger. Plusieurs équipes vont copier leur modèle, je crois. Il y a du potentiel dans le prochain repêchage. Notre marge de manoeuvre est mince, mais nous ne repêcherons pas un joueur (qu'on pense) qui sera juste correct. Quand tu repêches un joueur talentueux, mais surtout passionné, il peut se produire de belles surprises.»

Christian Caron n'a pas à chercher bien loin pour illustrer sa pensée. L'an dernier, il a repêché Vincent Milot-Ouellet en 12e ronde. Non seulement il s'est taillé un poste avec les Olympiques, mais il a été l'une des recrues les plus prolifiques de la LHJMQ.

«Il a glissé en raison de sa taille et de la tendance du repêchage. Des fois, des joueurs sont oubliés quand des gardiens, des Américains ou des joueurs du midget espoir commencent à sortir. Il y a un moment de panique et les équipes se jettent sur ces joueurs. Il faut rester concentré et suivre notre plan. Je suis sûr qu'il y aura d'autres Milot-Ouellet dans ce repêchage!»

Le repêchage 2015 à la rescousse

Les Olympiques ne feront peut-être pas le plein de jeunes espoirs à Charlottetown en fin de semaine. La situation n'est pas idéale pour leurs recruteurs, mais pour les nombreux talents qu'ils ont repêchés en 2015, il s'agit d'une bonne nouvelle.

Il y aura peu d'ouvertures pour les recrues dans l'alignement 2016-2017 des Olympiques.

À moins de transactions, la situation devant le filet est déjà réglée avec Mathieu Bellemare et Mark Grametbauer. En défensive, les retours de Nicolas Meloche, Marc-Olivier Crevier-Morin, Guillaume McSween, Alex Breton, Gabriel Bilodeau et Simon Messier compliqueraient la vie des recrues. Pourtant, les espoirs Marc-Olivier Duquette, Joakim Paradis, Pier-Olivier Lacombe, Marc-Éric Bourque, Jacob Dumouchel et Loïc Parent cognent à la porte de la LHJMQ.

L'attaque sera explosive avec les retours anticipés de Vitalii Abramov, Yakov Trenin et Alex Dostie. Joueurs de deuxième année, Vincent Milot-Ouellet, Austin Eastman, Anthony Gagnon, Jeffrey Durocher et Chiwetin Blacksmith auront aussi l'occasion d'avoir des rôles accrus.

Si les Gatinois sont en bonne posture malgré l'absence de choix aux repêchages, ils peuvent dire merci à leur récolte de 2015. Christian Caron a suivi ses espoirs à la loupe la saison dernière et il est convaincu que certains seront prêts à prendre leurs places au sein de l'équipe la saison prochaine. Il a particulièrement hâte de voir Joakim Paradis à l'oeuvre.

«Il représente une denrée rare avec sa taille de 6' 4" (1,93 m). C'est un défenseur défensif qui est intelligent. Il a même récolté 30 points (en 45 matches) sans vraiment toucher à l'avantage numérique cette année. Il a une bonne tête de hockey.»

Près du but

Caron croit aussi que le Gatinois Jacob Dumouchel est très près de patiner à temps plein dans la LHJMQ.

En fait, il croit encore énormément aux chances des Duquette, Lacombe (il a dominé le midget AAA au chapitre des plus-moins), Parent et Bourque de percer dans le circuit Courteau. Il a également vu de belles choses des attaquants Tristan Belliveau et William Basque, repêchés en 2015. Les deux joueurs sont costauds et ils ont fait des pas de géants l'an dernier.

«Nos jeunes joueurs sont populaires. Anthony Gagnon et D'Artagnan Joly étaient hautement sollicité aux Fêtes l'an dernier. J'aime nos joueurs dans le système. On aimerait repêcher plus souvent en première ronde, mais quand on ne peut pas, il s'agit de se concentrer sur autre chose.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer