Semaine décisive pour Patenaude

Le nouveau directeur général des Olympiques, Marcel Patenaude,... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Le nouveau directeur général des Olympiques, Marcel Patenaude, est loin d'être en mode panique.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Quand Benoît Groulx a fait le saut dans la Ligue américaine il y a quelques semaines, il n'a pas laissé un gros sac de billes au prochain directeur général des Olympiques de Gatineau.

Entré en fonction le 19 mai dernier, Marcel Patenaude entame une semaine déterminante à la barre de l'équipe outaouaise. À Charlottetown samedi, il supervisera son premier repêchage avec son nouveau club, mais en principe, les Olympiques seront silencieux jusqu'en quatrième ronde.

Les assises de la LHJMQ débutent mercredi à l'Île-du-Prince-Édouard. Si rien ne change d'ici le week-end, les Gatinois parleront seulement trois fois au cours des sept premières rondes. Ils ont des choix aux quatrième, cinquième et sixième tours.

Un défi de taille attend donc Patenaude et ses recruteurs, mais le directeur général est un homme d'expérience et il est loin d'être en mode panique. Contrairement à son prédécesseur qui aimait brasser ses cartes aux séances de sélection, Patenaude a même avancé qu'il se montrerait patient cette semaine.

«Je ne suis pas pressé de conclure un marché. Je suis conscient que nous avons une congestion devant le filet et à la ligne bleue, mais je veux que nous commencions la prochaine année avec du solide. Si ça arrive (un échange), ça arrivera. Sinon, je ne serai pas choqué. J'aime nos deux gardiens et notre groupe de défenseurs. Nous avons une belle profondeur et ce ne sont pas les joueurs nés en 2000 qui vont nous faire gagner la saison prochaine. Si je peux être créatif, je bougerai peut-être. Sinon, on pourrait bouger aux Fêtes.»

Pas d'échange à tout prix

Marcel Patenaude admet que Benoît Groulx avait déjà entamé des discussions avec certains de ses homologues avant de quitter son poste. Toutefois, le nouveau directeur général n'est pas prêt à se départir de joueurs qu'il tient en haute estime dans le seul but de regarnir sa banque de choix au repêchage.

À vrai dire, il dit avoir tenu très peu de pourparlers avec ses homologues jusqu'à présent.

«Le mot d'ordre n'est pas nécessairement de grossir l'équipe. Il y a toujours des façons de compenser avec les joueurs que nous allons inviter à notre camp.»

Marcel Patenaude
dg des Olympiques

«Je ne veux pas sacrifier nos atouts juste pour avoir des choix. Les joueurs qui seront repêchés cette année vont mettre quelques années avant de pouvoir nous aider. Pour le moment, nous voulons nous concentrer sur les agents libres qui peuvent compenser nos besoins manquants. Je suis conscient que nous avons peu de choix en 2016, 2017 et 2018. En même temps, nous avons une belle profondeur cette année et j'aime les joueurs qui forment notre noyau. Nous aurons de temps de récupérer des choix plus tard.»

Accompagné du président Alain Sear, Patenaude était justement à Toronto le week-end dernier pour rencontrer des agents libres ontariens. Il compte aussi s'attarder au dossier des joueurs repêchés aux États-Unis en plus de vouloir donner une véritable chance aux joueurs repêchés en 2015. À ce qu'on lui a dit, certains seront prêts à percer l'alignement l'an prochain.

Pour la stratégie envisagée par les Olympiques au repêchage, Patenaude a indiqué que ses recruteurs allaient avoir le mandat de repêcher le meilleur joueur disponible, peu importe la position ou le gabarit.

«Le mot d'ordre n'est pas nécessairement de grossir l'équipe. Il y a toujours des façons de compenser avec les joueurs que nous allons inviter à notre camp. Il faut prendre le meilleur talent disponible.»

Enfin, dès vendredi, les Olympiques vont récupérer les choix de 2e ronde 2017 et de 3e ronde 2018 qu'ils avaient cédés à l'Armada de Blainville-Boisbriand pour obtenir Mark Grametbauer et Samuel Tremblay en janvier 2016. Alexandre Alain prendra alors officiellement le chemin des Laurentides.

Le prochain entraîneur est dans le collimateur

Ayant placé le prochain repêchage des Olympiques au sommet de sa liste des priorités, Marcel Patenaude a réussi à jongler deux dossiers chauds alors qu'il a fait de grandes avancées dans ses démarches pour trouver le prochain entraîneur-chef de l'équipe gatinoise.

Le nouveau directeur général des Olympiques a filtré les nombreux curriculum vitae qui s'étaient accumulés sur son bureau pour ensuite avoir des entretiens téléphoniques avec 12 finalistes. «Je voulais apprendre à les connaître. Je voulais voir comment ils étaient dans les relations humaines. Je suis maintenant prêt à passer à la deuxième étape», dit Patenaude, qui était déjà à Halifax lundi avant de se diriger aux assises de la LHJMQ à Charlottetown dès mercredi.

Certains candidats ont déjà été avisés qu'ils n'avaient pas été retenus pour l'étape la plus cruciale: celle des entrevues en personne. Ceux qui n'ont pas encore été contactés par le dg devront vraisemblablement faire leur deuil de diriger l'équipe la plus titrée de la LHJMQ la saison prochaine.

«J'aimerais diminuer la liste à cinq candidats pour les entrevues individuelles. Le temps va me manquer d'ici le repêchage. Il faudra attendre après le repêchage pour annoncer quelque chose.»

Rappelons que Patenaude a déjà indiqué qu'il voulait embaucher un entraîneur au profil similaire à ceux qui ont marqué l'histoire des Olympiques. Le prochain coach devrait avoir l'étoffe de passer aux rangs professionnels comme l'ont fait les Pat Burns, Alain Vigneault, Claude Julien et Benoît Groulx par le passé.

Sur la scène locale, Martin Lafleur et Marty Johnston correspondraient à ce profil. Natif de Hawkesbury, Steve Hartley aurait également reçu un coup de fil. S'il ne passe pas la prochaine étape, le fils de Bob Hartley pourrait bien aller retrouver l'entraîneur-chef Dominique Ducharme à Drummondville. Hartley a dirigé les Grenadiers de Châteauguay depuis deux ans. Il avait été adjoint à Ducharme pendant ses années à Halifax.

De l'extérieur, Mario Duhamel ferait partie des finalistes.

Vigneault lance un message aux Olympiques

De passage au tournoi de golf de la Fondation du Cégep de l'Outaouais lundi, Alain Vigneault a rapidement endossé la nomination de Marcel Patenaude à titre de directeur général des Olympiques de Gatineau.

L'homme qui a contribué au passé glorieux de l'équipe a connu Patenaude pendant ses années dans la LHJMQ. «C'est une personne très compétente qui saura amener la bonne personne pour diriger les Olympiques dans le contexte actuel.»

Quand on demande à l'entraîneur-chef des Rangers de New York ce que ça va prendre au prochain entraîneur pour connaître du succès à Gatineau, il répond en envoyant un message aux propriétaires. «Un entraîneur doit bien s'entourer. Il faut que le management t'aide et te supporte et que les propriétaires en fassent autant. Quand j'étais à Hull, j'ai toujours eu de très bons assistants. J'avais Charles Henry à mes côtés pour me supporter.»

«On avait aussi le meilleur propriétaire qu'on ne pouvait pas avoir. C'était Wayne Gretzky et il n'était jamais aux alentours! On n'avait pas de problème de ce côté-là. Les propriétaires actuels sont là pour les bonnes raisons, selon ce que Benoît Groulx m'a dit. Le club est entre bonnes mains. Ça prend juste un nouvel aréna maintenant, mais je n'apprends rien à personne.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer