Marcel Patenaude sera nommé DG des Olympiques

Le nouveau DG des Olympiques, Marcel Patenaude, s'est... (Archives Halifax Chronicle Herald)

Agrandir

Le nouveau DG des Olympiques, Marcel Patenaude, s'est surtout fait connaître en étant à la direction des Mooseheads de Halifax, de 2000 à 2009.

Archives Halifax Chronicle Herald

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les Olympiques de Gatineau n'ont pas perdu de temps pour trouver leur nouveau directeur général.

Marcel Patenaude... (Courtoisie, LHJMQ) - image 1.0

Agrandir

Marcel Patenaude

Courtoisie, LHJMQ

À peine une semaine après une réunion des actionnaires où il a été décidé de combler séparément les postes de DG et d'entraîneur-chef, tous deux occupés précédemment par Benoît Groulx, ils présenteront jeudi matin l'élu au premier poste.

Il s'agit de Marcel Patenaude, selon des informations obtenues mercredi matin par notre collègue Jean-François Plante. Il aurait signé un contrat de deux ans plus une année d'option.

Âgé de 52 ans, Patenaude était le directeur général adjoint de l'Armada de Blainville-Boisbriand au cours des deux dernières saisons, mais il s'est surtout fait connaître en étant à la direction des Mooseheads de Halifax, de 2000 à 2009. Deux de ses équipes ont atteint des finales de la LHJMQ, en 2003 et 2005, perdant notamment en sept parties contre les Olympiques à la première occasion.

Un vrai gentleman, selon Charles Henry

«Il ne s'en était jamais remis quand on les avait battus chez eux en finale lors du septième match», a rappelé l'ancien gouverneur des Olympiques, Charles Henry. «Marcel, c'est un de mes amis, je lui souhaite bonne chance à la barre des Olympiques. Il est un vrai gentleman, en premier lieu, et c'est aussi un gars qui connaît son hockey. S'il n'y a pas d'interférence et qu'on le laisse travailler, il va être correct.»

En plus des Mooseheads, Patenaude a occupé de nombreux autres postes dans la LHJMQ. Il a d'abord été entraîneur adjoint - et brièvement entraîneur-chef - du Titan de Laval au début des années 1980. Il a ensuite été dépisteur-chef pour la ligue de 1993 à 2000, en plus d'être son directeur des opérations hockey de 1997 à 2000. De 2009 à 2013, il est retourné avec le circuit Courteau, comme vice-président hockey.

Patenaude aurait été recommandé pour le poste par Groulx, qui a accepté le poste d'entraîneur-chef du Crunch de Syracuse, club-école du Lightning de Tampa Bay dans la Ligue américaine de hockey. Celui-ci avait également suggéré le nom de Dominic Ricard, l'ancien DG des Voltigeurs de Drummondville, congédié à la fin de la dernière saison.

Du travail devant lui

La première tâche de Patenaude sera maintenant de trouver un entraîneur-chef pour prendre la relève de Groulx derrière le banc de l'équipe.

Il y aurait déjà plusieurs candidats sur les rangs: Marty Johnson, l'ancien Olympique qui dirige les Ravens de Carleton; Ron Choules, ancien pilote à Bathurst et au Cap-Breton, qui était adjoint la saison dernière; Martin Lafleur, de l'Intrépide de Gatineau et ancien adjoint de Groulx; et Martin Raymond, l'ancien entraîneur-chef des Voltigeurs, qui pourrait être considéré pour un poste d'adjoint à Guy Boucher à Ottawa

Parmi les candidats issus des rangs midget AAA, il y a aussi Steve Hartley - le fils de Bob -, qui pourrait mériter une entrevue, lui qui est un ancien adjoint à Halifax (après le passage de Patenaude) et entraîneur-chef des Grenadiers de Châteauguay. Idem pour Jon Goyens, entraîneur-chef des Lions du Lac St-Louis, champions de la Ligue midget AAA cette saison.

Pour en revenir à Patenaude, sa nomination anticipée a été endossée par un ancien joueur des Mooseheads originaire de Gatineau, le défenseur Alexandre Picard.

«C'est lui qui m'a repêché (en 2001), puis qui m'a échangé (au Cap-Breton) et qui a fait un autre échange pour me ramener à Halifax. À l'époque, il était un des plus jeunes directeurs généraux, sinon le plus jeune, mais il était considéré comme un des meilleurs. Il a certes appris beaucoup alors que l'organisation des Mooseheads est dirigée presque comme un club professionnel. Il avait beaucoup de contacts dans la ligue», a-t-il indiqué.

Pas très grand de stature, Patenaude ne s'en laisse quand même pas imposer, ajoute l'ancien des Sénateurs et du Canadien.

«Il n'était pas souvent dans les parages, mais quand il était là et qu'on passait le voir dans son bureau, il était très ouvert avec les joueurs, très terre à terre. On le respectait beaucoup, il commandait le respect de tout le monde», a-t-il ajouté.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer