Groulx fait le point sur son avenir

L'entraîneur-chef des Olympiques Benoît Groulx avait convié les... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

L'entraîneur-chef des Olympiques Benoît Groulx avait convié les médias pour dresser le bilan de la saison 2015-16 de son équipe junior mercredi matin, mais surtout pour faire le point sur son avenir. Il lui reste quatre ans à écouler au contrat qui le lie à l'équipe gatinoise.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Vous êtes avertis. Ne passez pas votre printemps ni votre été à accrocher Benoît Groulx pour lui demander où sa carrière l'amènera l'année prochaine. Il ne vous donnera pas plus de détails de ce que vous lirez ici.

L'entraîneur-chef des Olympiques de Gatineau avait convié les médias pour dresser le bilan de la saison 2015-16 de son équipe junior mercredi matin, mais surtout pour faire le point sur son avenir. «Ça semble inquiéter beaucoup de monde», a-t-il lancé, sourire en coin.

«Je vais parler de ma situation personnelle uniquement aujourd'hui, a-t-il prévenu. Je n'ai pas l'intention d'en parler sur une base quotidienne. Quand j'aurai des nouvelles à communiquer, je vais le dire. Je ne veux pas qu'on me demande continuellement si je m'en vais à Montréal, à Binghamton, à Ottawa ou en Suisse.»

D'entrée de jeu, l'entraîneur gatinois de 48 ans a indiqué qu'il lui restait encore quatre ans à écouler à son contrat d'entraîneur-chef et de directeur général des Olympiques. Cependant, ce n'est pas une cachette, après 12 ans dans les rangs juniors, il aimerait attaquer un nouveau défi.

«Mon but, c'est de coacher dans la Ligue nationale. Si je pense qu'une offre est bonne pour Benoît Groulx, je vais l'étudier. Si j'ai à quitter Gatineau, ce sera pour aller chez les professionnels.»

Benoît Groulx a également mis fin aux spéculations qui l'envoient diriger son fils à Halifax ou à Baie-Comeau. Benoît-Olivier Groulx est considéré comme le meilleur espoir du prochain repêchage de la LHJMQ. Halifax et Baie-Comeau détiennent les deux premiers choix. Halifax n'a plus d'entraîneur-chef à la suite de la démission de Dominique Ducharme. Baie-Comeau vient de présenter Martin Bernard comme nouvel entraîneur.

«Ce sont des rumeurs farfelues. Je ne me vois pas diriger une autre équipe de la LHJMQ que celle des Olympiques.»

Entraîneur-chef de carrière, c'est dans ce rôle qu'il se voit gravir les échelons du hockey, mais il n'a pas fermé la porte à un poste d'adjoint au niveau supérieur.

«Avec les bonnes personnes, il faudrait que j'y pense. Au-delà de tout, je souhaite travailler avec une équipe qui veut de moi, qui me fait confiance et qui veut me donner une chance.»

Encore motivé pour le hockey junior?

Et s'il doit revenir à Gatineau pour une 13e saison? La motivation sera-t-elle toujours au rendez-vous?

Certains vétérans des Olympiques interrogés mercredi ont noté une légère baisse de motivation chez leur entraîneur cette saison. «Il nous avait dit l'an dernier qu'il ne reviendrait pas. C'est comme s'il était déçu d'être de retour dans le junior cette année», a dit un joueur.

Benoît Groulx, lui, assure qu'il n'avait rien perdu de sa passion de travailler dans la LHJMQ.

«L'an passé, j'espérais que ça débloque chez les pros. Mon été ne s'est pas déroulé comme prévu, mais j'ai pris deux semaines de vacances et quand je suis revenu, je me suis posé la question à savoir si je voulais encore diriger une équipe à Gatineau. La réponse était "oui" sans aucun doute.»

Le médaillé d'or du Championnat du monde 2015 a même poussé sa réflexion un peu plus loin. «J'en suis venu à la conclusion que c'était peut-être moi qui avais le meilleur emploi au monde. Je ne le réalise peut-être pas tous les jours...»

Année prometteuse 

D'ici à ce qu'il communique ses prochaines nouvelles, sa routine quotidienne va se poursuivre avec les Olympiques. «Nous préparons déjà le prochain repêchage et j'ai des conversations avec des directeurs généraux.»

D'ailleurs, quand il a parlé de l'avenir des Olympiques, sa flamme intérieure semblait toujours allumée.

«Alex Dostie, Yakov Trenin et Vitalii Abramov sont des joueurs de premiers trios qui vont revenir l'an prochain. On pense qu'Austin Eastman pourra évoluer dans un deuxième trio avec son talent et sa vitesse. Nous croyons en Anthony Gagnon, notre premier joueur repêché l'an dernier. À maturité, je le vois marquer 35-40 buts. La majorité de nos défenseurs seront de retour et nous avons probablement le meilleur duo de gardiens de la ligue avec Mathieu Bellemare et Mark Grametbauer.»

S'il doit revenir à Gatineau, Benoît Groulx aurait du plaisir à diriger l'édition 2016-17 des Olympiques.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer