Les Olympiques s'écroulent à Moncton

Le gardien Mathieu Bellemare a fait un excellent... (Marc Grandmaison, L'Acadie Nouvelle)

Agrandir

Le gardien Mathieu Bellemare a fait un excellent arrêt contre Liam Murphy (14). Il aura d'ailleurs accompli 30 arrêts au cours du match.

Marc Grandmaison, L'Acadie Nouvelle

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le cliché dit qu'un match de hockey dure 60 minutes. Les Olympiques en connaissent maintenant la véritable signification.

En avance 4-1 au début de la troisième période à Moncton, vendredi soir, ils étaient à moins de 20 minutes de prendre le contrôle de la série contre les Wildcats avant de rentrer à Gatineau pour le match numéro six.

L'improbable s'est toutefois produit dans la dernière période. La meilleure défensive de la LHJMQ n'a pas été en mesure de protéger son avance, comme elle l'avait si bien fait pendant toute la saison. Propulsés par un tour du chapeau de Manuel Wiederer, les Wildcats ont marqué cinq buts sans réplique pour filer vers une victoire de 6-4.

Au lieu de se diriger au centre Robert-Guertin avec un pied au bord de la falaise, les Wildcats auront maintenant deux chances plutôt qu'une pour éliminer les Gatinois devant leurs partisans. Ils mènent la série 3-2.

«J'ai pensé que nous étions chanceux de mener 3-1 après deux périodes. Nous nous sommes totalement effondrés en troisième période. Il faut lever notre chapeau à Moncton. Ils ont cru en leur victoire. Ils nous ont virés bout pour bout dans la dernière période», a expliqué l'entraîneur-chef Benoît Groulx.

Cette avance qui a fondu comme neige au soleil pourrait laisser des traces chez les Olympiques. C'est la deuxième fois de suite qu'ils subissent un revers crève-coeur dans les derniers moments d'une rencontre.

Les Gatinois avaient pourtant amorcé le match comme ils l'avaient souhaité. Gabryel Boudreau avait ouvert le pointage dès la première minute de jeu. Zachary Malatesta avait égalé la marque 1-1 sur le 19e tir des Wildcats en deuxième période, mais Austin Eastman et Alex Dostie ont redonné un coussin de deux buts aux visiteurs dans le même engagement.

Le but de Dostie était de toute beauté. Il s'est faufilé entre deux défenseurs au centre de la patinoire pour ensuite déjouer Keven Bouchard à l'aide d'une feinte à la gauche du gardien.

Dans la première minute de la troisième période, Yan-Pavel Laplante a réduit les 4956 spectateurs du Colisée de Moncton au silence en poussant une rondelle dans une cage abandonnée par une mauvaise sortie de Keven Bouchard. En avance 4-1, les Gatinois étaient en position de force, mais le ciel leur est tombé sur la tête 36 secondes plus tard quand Manuel Wiederer a marqué le premier de ses trois buts.

Deux séquences exceptionnelles des Olympiques ont pris fin dans les 13 dernières minutes de la partie. Austin Kosask a d'abord compté un but en avantage numérique pour réduire l'écart à 4-3. C'était la première fois en 38 désavantages numériques que les Olympiques allouaient un but depuis le début des séries.

Les spectateurs se sont déchainés

La foule s'est animée plus que jamais quand Stephen Johnson a créé l'égalité 4-4 avec moins de sept minutes à faire au match. Une minute plus tard, Manuel Wiederer confirmait la remontée des locaux. Sur le jeu, Conor Garland, meilleur compteur de la LHJMQ en saison régulière, a mis fin à 15 périodes de frustration où il n'avait pas récolté le moindre point.

Wiederer a complété le miracle des Wildcats dans une cage déserte.

Le capitaine Stephen Johnson a dit sentir le momentum basculer dès le deuxième but des Wildcats. «La foule était déchaînée. On s'est dit qu'en continuant à appliquer de la pression, ils allaient finir par craquer. Bien des gens pensaient que nous étions l'équipe d'un seul joueur, mais on croit en notre équipe. Nous avons connu des moments difficiles après janvier, mais nous revenons en force maintenant.»

Mathieu Bellemare aura bloqué 30 tirs dans la défaite. Keven Bouchard a réalisé 24 arrêts à l'autre bout de la patinoire.

Le sentiment d'urgence a fait défaut

«Dans les séries éliminatoires, si tu penses que le match est gagné avec une avance de 4-1, je te dirais le lâcher la XBox et de regarder de vraies parties de hockey, parce que ce n'est jamais fini.»

C'est ainsi que l'entraîneur-chef des Olympiques a réagi après avoir vu les Wildcats réussir une rare remontée aux dépens de son équipe cette saison.

Benoît Groulx est convaincu que ses joueurs ont pensé que la victoire était acquise avec un coussin de trois buts avec 19 minutes à faire au match. «Pour gagner dans les séries, il faut savoir protéger une avance et protéger son gardien. Ce soir, nous avons laissé tomber notre gardien. Nous avons vu une équipe qui a prouvé qu'elle n'abandonnerait pas. Notre sentiment d'urgence a fait défaut.»

L'entraîneur n'avait pas à chercher bien loin pour appuyer ses dires. «Dès que nous avons pris l'avance de 4-1, nous n'étions pas prêts pour la mise en jeu suivante et ils ont marqué tout de suite. Trois séquences plus tard, nous avons écopé d'une punition pour avoir eu trop de joueurs sur la glace parce qu'un de nos joueurs était dans le fond de la zone et qu'il dormait au gaz. C'est ça, un manque d'urgence. Il faut être prêt pour les situations clés. Il faut apprendre de cela.»

Chez les Wildcats, l'entraîneur-chef Darren Rumble n'en revenait pas de la remontée magique de son équipe. «En retard 4-1 contre la meilleure défensive de la ligue, ça démontre le genre d'équipe que je dirige. Ce groupe n'abandonne jamais. Nous avons montré beaucoup de caractère. La troisième période était belle à voir du banc des joueurs. On aurait dit que je tenais des chevaux déchaînés qui ne pouvaient pas attendre de sortir de l'étable. Nous aurons maintenant deux occasions pour gagner le dernier match.»

Déçu, mais pas abattu, le capitaine des Olympiques a assuré que la bataille n'était pas terminée. «Nous avons deux jours pour nous préparer à notre prochain match. Nous retournons à la maison devant nos partisans pour racheter une troisième période inacceptable. On a perdu la carte. Rendons crédit aux Wildcats. Il faut apprendre de cela», a expliqué Alexandre Carrier.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer