Le fabuleux destin de Samuel Tremblay

Quand les Olympiques ont fait son acquisition en... (Martin Roy, Archives LeDroit)

Agrandir

Quand les Olympiques ont fait son acquisition en janvier, Samuel Tremblay était loin de se douter qu'il finirait par pivoter le premier trio de l'équipe gatinoise.

Martin Roy, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Moncton) Quand les Olympiques ont fait son acquisition en janvier, Samuel Tremblay était loin de se douter qu'il finirait par pivoter le premier trio de l'équipe gatinoise au deuxième tour des séries éliminatoires.

Après tout, à 20 ans, sa récolte de 23 points en 5  matches représente sa meilleure saison offensive dans la LHJMQ. La blessure de Yakov Trenin a toutefois modifié les plans des entraîneurs. Même si le hockeyeur de St-Hubert est reconnu pour ses qualités défensives dans le circuit Couteau, plusieurs observateurs ignorent que Tremblay est capable de se débrouiller dans les zones payantes.

Dans le premier match hors concours de la saison dans le brouillard de Robert-Guertin, il avait retenu l'attention de Benoît Groulx en marquant quatre buts et en ajoutant une passe dans un gain de 6-3 de l'Armada de Blainville-Boisbriand. Dès la première période, il avait inscrit un tour du chapeau et quatre points. Ironiquement, ce fut la seule période en carrière du vétéran gardien Alex Bureau avec le club gatinois. Le lendemain, il annonçait sa retraite.

«C'est devenu une blague dans le vestiaire, lance Benoît Groulx. On dit que Tremblay a été à l'origine de la venue de Mathieu Bellemare chez nous parce qu'il a contribué à la retraite de l'autre!»

Samuel Tremblay est au courant de l'heureux hasard qui a projeté le gardien recrue par excellence de la LHJMQ dans les bras des Olympiques. «C'est un drôle d'adon. Je ne sais pas si ce match a contribué à m'amener ici ou si c'est lié à l'arrivée de Bellemare. Ce que je sais, c'est que je suis content d'être ici pour finir ma carrière junior!»

Choix de neuvième ronde de l'Armada en 2012, Tremblay se souvient de ce match du 16 août comme si c'était hier. «C'était mon premier match de l'année. Joël Bouchard ne pouvait pas me promettre un poste de joueur de 20 ans. Nous étions cinq joueurs qui luttaient pour trois postes. J'ai connu le plus gros entraînement d'été de ma vie. J'avais des choses à prouver. J'ai explosé. Il y a encore des mauvaises langues qui disent que j'ai compté tous ces buts à cause de la brume dans l'aréna!»

Au-delà de cette démonstration offensive en match hors concours, Benoît Groulx savait que Samuel Tremblay n'avait pas vraiment le profil d'un joueur de premier trio. Puisant dans son bagage d'expérience, Groulx finissait toujours par le comparer à deux joueurs qui ont grandement aidé la cause de ses équipes durant les séries de 2006 et 2011. «Samuel peut apporter à notre équipe ce que Mathieu Curadeau et Tommy Tremblay ont pu faire quand nous avons fait leurs acquisitions au même âge. Ces gars-là étaient arrivés ici de nulle part, mais ils avaient eu des influences très positives sur nos équipes. Ils ont même été parmi nos meilleurs joueurs en séries.»

Une polyvalence qui plaît à groulx

Benoît Groulx apprécie l'intensité et l'intelligence qui permettent à Tremblay, au besoin, de pivoter un trio offensif dans la LHJMQ. 

«Ce n'est pas un centre de premier trio, mais il peut dépanner pendant quelques semaines. Il suit très bien notre structure. On ne lui demandera pas de changer son style. On lui demande de jouer son rôle avec deux excellents joueurs.»

Samuel Tremblay se sent d'ailleurs à l'aise aux côtés d'Alex Dostie et de Gabryel Boudreau. «Je pense que ça fait un bon mélange. Je ne pense pas les ralentir. Je ne suis pas le plus grand marqueur ou le plus grand fabricant de jeu, mais avec ma vitesse et mon acharnement, ils peuvent faire leur job.»

Justement, quand il évoluait avec le Collège Antoine-Girouard au niveau midget espoir, Tremblay avait été le meilleur compteur du club avec... Gabryel Boudreau. 

Il était vraiment destiné à Gatineau!

Abramov améliore son classement

La saison de Vitalii Abramov n'est pas passée... (Martin Roy, Archives LeDroit) - image 3.0

Agrandir

La saison de Vitalii Abramov n'est pas passée inaperçue.

Martin Roy, Archives LeDroit

La saison recrue de près de 100 points de Vitalii Abramov n'est pas passée inaperçue auprès des recruteurs de la Centrale de la LNH, qui a publié mardi la liste finale de ses meilleurs espoirs.

Le Russe de 17 ans des Olympiques de Gatineau a été classé au 29e rang des patineurs qui évoluent en Amérique du Nord. Au classement de mi-saison, il arrivait au 56e rang.

Le défenseur Gabriel Bilodeau a aussi amélioré son sort en passant de la 156e à la 133e place alors qu'Alex Dostie a fait une première apparition sur la liste au 192e rang.

Logan Brown (Windsor), fils de l'entraîneur-chef des 67's d'Ottawa Jeff Brown, a fait un bond de sept places pour se classer au septième rang des patineurs nord-américains. Le Franco-Ontarien de Gloucester, William Bitten, des Firebirds de Flint, arrive au 43e rang. Il peut donc espérer une sélection au deuxième tour du repêchage de la LNH. Chez les 67's, Stepan Falkovsky (91e), Travis Barron (94e) et Dante Salituro (172e) sont considérés sur la liste de la «centrale».

Le gardien Mark Grametbauer, qui était 28e chez les gardiens nord-américains en janvier, a été exclu de la liste finale des 30 meilleurs gardiens malgré une fin de saison intéressante avec les Olympiques.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer