Meloche et Carrier en mission spéciale

Le duo défensif de Nicolas Meloche (à gauche)... (Martin Roy, Archives LeDroit)

Agrandir

Le duo défensif de Nicolas Meloche (à gauche) et Alexandre Carrier (à droite) tentera de récidiver en blanchissant le prolifique Conor Garland à quelques reprises dans la deuxième ronde des séries.

Martin Roy, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Neuf journées complètes sans match au printemps, c'est long.

La pause est enfin terminée. Le centre Robert-Guertin va rouvrir ses portes vendredi soir. L'engouement est palpable chez les partisans. Une autre foule supérieure à 3000 spectateurs est attendue. Quant aux Olympiques, ils sont prêts à attaquer leurs prochains rivaux, les Wildcats de Moncton.

Un nom sera sur toutes les lèvres dans cette nouvelle série. Et pour cause. Ce joueur vient de gagner deux championnats des compteurs consécutifs avec des saisons de 129 et 128 points.

Conor Garland. Il suffit de prononcer ce nom pour arracher un sourire à Nicolas Meloche.

La principale acquisition des Olympiques à la dernière période des transactions carbure aux défis. Dans la première ronde, contre les Remparts de Québec, il s'est un peu ennuyé. L'espoir de l'Avalanche du Colorado va se faire un plaisir de tenter de contenir la peste par excellence de la LHJMQ au deuxième tour.

«J'ai du fun quand je parviens à faire fâcher le joueur clé de l'autre équipe. J'aime déjouer le plan de match de nos adversaires. Empêcher le meilleur compteur de la ligue de marquer, ça représente un effort de 60 minutes. Quand nous y arrivons, pour moi, c'est plus gratifiant que de marquer un but.»

En janvier, à la fin d'un long voyage de trois matches en trois jours dans les Maritimes, Meloche avait été jumelé à Alexandre Carrier pour neutraliser le spectaculaire attaquant des Wildcats. Carrier se souvient de cette victoire des Olympiques.

«Nous avions réussi à tenir Garland en échec. J'aime le défi de neutraliser un joueur de sa trempe, mais il ne faut pas oublier qu'il n'est pas seul. Les jumeaux Klima, Zack MacEwen, et Vaclav Karabacek sont tous des menaces offensives et il y en a d'autres», lance l'espoir des Predators de Nashville.

Quand les Olympiques ont gardé Garland hors de la feuille de pointage en janvier, c'était seulement la deuxième fois en 39 matches qu'il subissait un tel affront. En 62 matches cette saison, il a été blanchi seulement quatre fois. Il a amassé au moins un point dans chacun de ses cinq premiers matches des séries. Contre les Olympiques, il ne revendique qu'un point en deux matches.

Le redoutable duo défensif des Olympiques sera donc en mission dans cette série. Meloche et Carrier connaissent toutes les tendances de Garland, dont une en particulier. «Il triche souvent en se plaçant à l'arrière du jeu. Il faudra l'avoir à l'oeil», dit Meloche.

Pour l'entraîneur-chef Benoît Groulx, les additions de Meloche et Guillaume McSween ont justement été faites pour ce genre de série contre un club axé sur l'offensive.

«Nos défenseurs sont imposants. Meloche et McSween sont là pour compléter Carrier, mais Conor Garland, tu ne l'arrêtes pas seulement avec un ou deux défenseurs. Je le dis depuis quelques jours, Moncton, ce n'est pas que Conor Garland. Ils ont compté plus de buts que nous cette saison. Ils ont quatre trios capables de générer de l'attaque. En fait, je trouve que nous avons deux équipes qui se ressemblent.»

Le point d'interrogation des Wildcats devait se trouver devant le filet. Keven Bouchard a maintenu un faible pourcentage d'arrêt de ,877 cette saison, mais il a arrêté 91,9% des rondelles dans la première série contre les Tigres.

Crevier-Morin, un cas incertain

Le défenseur Marc-Olivier Crevier-Morin... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit) - image 3.0

Agrandir

Le défenseur Marc-Olivier Crevier-Morin

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Les huit jours de repos entre la première et la deuxième ronde ont permis aux Olympiques de soigner quelques petits bobos. Alors que débute la deuxième ronde, il ne reste qu'on cas douteux au Centre Robert-Guertin: Marc-Olivier Crevier-Morin.

Le défenseur de 19 ans est sorti amoché de la série contre les Remparts. Il ne s'est pratiquement pas entraîné, cette semaine.

«Au moins, il a réussi à faire une pratique. On va en savoir plus long à son sujet dans quelques heures. Je n'ai toujours pas parlé au thérapeute», a expliqué Benoît Groulx, jeudi matin.

S'il ne peut pas affronter les Wildcats, Crevier-Morin sera sans doute remplacé par Gabriel Bilodeau.

Dans son seul match en première ronde, le défenseur droitier originaire de Laval a récolté une mention d'aide.

- Sylvain St-Laurent, LeDroit

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer