Les Olympiques balaient les Remparts

Le temps des vacances a sonné pour les... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Le temps des vacances a sonné pour les Remparts, qui ont connu une difficile deuxième moitié de saison.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Même si les Remparts ont livré un meilleur effort que la veille, cela n'aura pas été suffisant pour soutirer une victoire aux Olympiques de Gatineau, qui les ont défaits 4-2, au Centre Vidéotron, mercredi.

Les joueurs des Remparts ont dit au revoir... (Le Soleil, Yan Doublet) - image 1.0

Agrandir

Les joueurs des Remparts ont dit au revoir à leurs partisans après leur élimination, mercredi soir.

Le Soleil, Yan Doublet

Balayés en quatre matchs, les hommes de Philippe Boucher n'ont pas, malgré une performance inspirée d'Olivier Garneau (un but et une passe), fait le poids devant un adversaire nettement plus fort qu'eux. Le temps des vacances a donc sonné pour les Remparts, qui ont connu une difficile deuxième moitié de saison après avoir amorcé le premier virage jeunesse de leurs 19 ans d'histoire.

«C'était une belle machine de hockey, de l'autre côté», a d'abord concédé l'entraîneur-chef des Remparts. «Nous, ce qu'on a demandé à nos jeunes, c'est de tout laisser sur la glace. On ne les a pas mis dans une situation facile après Noël. [...] Je les ai remerciés de s'être accrochés. Ce n'est pas eux qui ont choisi de faire une reconstruction. De s'être accrochés, de s'être donnés et d'avoir fait leur possible contre Gatineau, on les a remerciés de ça.»

Dans le camp des Olympiques, l'entraîneur-chef Benoît Groulx était loin de pavoiser, lui dont la troupe a donné raison à tous les observateurs en prenant la mesure des Remparts en quatre matchs.

«À 2-0, tu commences à penser [à un balayage]. Après les deux premiers matchs, même si on avait l'ascendant dans les matchs, on s'attendait à un troisième match [plus serré], comme ce soir. Après le troisième match [victoire de 9-3], on voulait plier bagage ce soir. Mais je lève mon chapeau aux Remparts, parce que ce soir, ils ont travaillé beaucoup plus fort que nous autres», a louangé le pilote gatinois, qui offrira deux jours de congé à ses joueurs, avant de reprendre le boulot.

Jouant avec plus d'urgence que la veille, les Remparts, malgré un meilleur effort, n'étaient pas parvenus à résister aux poussées de l'attaque gatinoise, qui lui a rapidement fait payer son jeu erratique en défensive en début de rencontre.

Encore Abramov

Toujours dangereux, l'attaquant Vitalii Abramov a trompé son compatriote russe Evgeny Kiselev à deux reprises, au début à la fin de la première période. Les Olympiques ont augmenté leur priorité à 3-0 en fin de deuxième, sur un filet de Gabryel Paquin-Boudreau.

Meilleur attaquant des Remparts lors du match précédent, Garneau a poursuivi sur sa lancée en battant Mark Grametbauer d'un tir précis de l'enclave, dans les dernières secondes de la deuxième, pour réduire la marque à 3-1.

En troisième, les Remparts ont à nouveau augmenté la cadence. Le capitaine Bronson Beaton, rejoint par une passe parfaite de Garneau dans l'enclave, a trompé Grametbauer. Paquin-Boudreau a toutefois complété la marque dans un filet désert.

«Olivier a donné le ton, ce soir. Nos jeunes ont quand même bien joué. La seule game qui laisse un goût amer, c'est celle de mardi. Les autres games ont était dedans. La première, on aurait pu la gagner. La deuxième, on s'est donné une chance. Aujourd'hui, on est passés proche. Mais il y a des équipes de premier plan dans notre ligue et on peut voir pourquoi...» a laissé entendre Boucher.

Groulx lance des fleurs à Boucher

Dans la victoire, l'entraîneur-chef des Olympiques, Benoît Groulx, a fait preuve de classe en saluant le travail accompli par Philippe Boucher depuis qu'il a pris la barre des Remparts, en remplacement de Patrick Roy, il y a trois ans. «Depuis que Phil est entré en poste à Québec, il n'a pas eu les choses faciles. Il a toujours travaillé dans un contexte très difficile où il a dû bâtir une équipe pour la Coupe Memorial avec les moyens du bord. Il a fait un travail remarquable. Cette année, il est obligé de passer à travers cette transition-là, ce qui n'est pas évident. Mais c'est un gars qui, sans l'ombre d'un doute, a fait ses preuves à Rimouski, avec ce qu'il a fait là-bas. Et les Remparts sont sur la bonne voie. Il va mener cette équipe-là à bon port bientôt, j'en suis sûr.»

Boucher s'est dit flatté que son travail soit reconnu par le pilote le plus titré de la LHJMQ. «J'ai beaucoup de respect pour Benoît. C'est l'entraîneur le plus chevronné de notre ligue. Son parcours en dit long. C'est sûr que les deux dernières années, ç'a été deux années complètement différentes pour moi, en ayant bâti un club de Coupe Memorial et amorcé une reconstruction, ce qui n'avait jamais été fait à Québec. Ce n'est pas facile. Lui et moi, on a une bonne relation. Tant mieux s'il reconnaît ce qui a été fait ici.» 

Mark Grametbauer (photo) a remplacé Mathieu Bellemare devant... (Le Droit, Martin Roy) - image 3.0

Agrandir

Mark Grametbauer (photo) a remplacé Mathieu Bellemare devant le filet des Olympiques pour le quatrième match de la série huitième de finale contre les Remparts, mercredi.

Le Droit, Martin Roy

Le luxe d'avoir deux bons gardiens

Même s'il possède l'une des meilleures moyennes de buts alloués des présentes séries (1,33), Mathieu Bellemare a dû céder sa place devant le filet des Olympiques à son partenaire Mark Grametbauer (photo), lors du quatrième match de la série huitième de finale contre Québec, mercredi.

La décision n'avait rien de surprenant, a estimé l'entraîneur-chef Benoît Groulx, qui a également fait confiance à ses deux portiers de 17 ans depuis Noël. D'un côté, Bellemare (28-12-1-1) a dominé toutes les recrues du circuit, en maintenant une moyenne de buts alloués de 2,43 et un pourcentage d'arrêts de ,901. De l'autre, Grametbauer (18-12-2-0) n'a cessé de le talonner, présentant des statistiques à peine inférieures, soit une moyenne de buts alloués de 2,48 et un taux d'efficacité de ,897.

«J'ai pensé que Mathieu avait été solide lors des deux premiers matchs. Je pensais que mardi, il a été couci-couça, sans être mauvais. Il n'a pas été au top de sa game. Ce que j'ai fait depuis le début, depuis les Fêtes, quand le joueur joue bien, je lui donne de la glace. On n'hésite pas du tout à faire appel à nos autres joueurs. C'est pour ça aussi que [Jonathon] Masters, qui a été couci-couça, n'a pas joué. Il va falloir qu'il soit meilleur que ça», a indiqué le pilote gatinois, qui a remplacé son défenseur de 19 ans par le Lavallois de 17 ans Gabriel Bilodeau.

Pour Groulx, le choix de Grametbauer était loin d'être un coup de dés. Il considère que le Néo-Écossais est également responsable des succès de l'équipe, depuis la dernière période des transactions. «On a deux bons jeunes gardiens de but. Les deux nous ont permis, après les Fêtes, de connaître la deuxième moitié qu'on a connue. On a confiance en nos deux gardiens de but, on sait qu'on a deux bons gardiens de but. Mark mérite de jouer comme Mathieu méritait de jouer. Et c'est ce qu'on fait.» 

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer