Présumés propos racistes: aucune sanction contre les Olympiques

Gabryel Boudreau durant la séance d'échauffement de vendredi... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Gabryel Boudreau durant la séance d'échauffement de vendredi soir.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Accusé d'avoir tenu des propos racistes envers un joueur des Remparts de Québec pendant le match de vendredi soir, Gabryel Boudreau ne sera pas sanctionné par les autorités de la LHJMQ.

Après avoir parlé aux joueurs concernés, aux entraîneurs-chefs ainsi qu'aux quatre officiels présents au match, le directeur de la sécurité des joueurs de la LHJMQ, Raymond Bolduc, a conclu qu'il n'avait pas de preuve concluante pour sanctionner un joueur dans ce dossier. Les officiels de la partie n'ont pas été témoins des propos reprochés à l'attaquant des Olympiques.

L'entraîneur-chef et directeur général des Remparts, Philippe Boucher, avait déposé une plainte auprès de la LHJMQ suite au premier match contre les Olympiques de Gatineau. Ce dernier disait avoir entendu le #23 des Olympiques émettre des propos racistes à l'endroit de Yanick Turcotte.

«Des propos très déplacés ont été émis à l'endroit de Yanick sur la glace de la part du numéro 23 [Gabryel Boudreau]. Ça fait qu'on va s'attendre à des excuses personnelles à Yanick. [...] Il y a des choses que tu ne peux pas dire, des propos raciaux que tu ne peux pas dire, mais ç'a malheureusement été dit devant notre banc à un joueur qui a sa place dans notre ligue», avait raconté Boucher vendredi soir.

Boucher avait amorcé sa missive en se montrant encore choqué par les propos tenus la semaine dernière par Benoît Groulx, qui avait affirmé qu'un joueur comme Turcotte n'avait pas sa place dans la LHJMQ. «J'avais trouvé ça désagréable et mal placé. [...] Ce n'est pas à nous autres de décider ça», a-t-il estimé.

Yanick Turcotte venait alors d'être puni pour un assaut sur Alexandre Alain, frappé à la tête pendant qu'il était en position vulnérable. Turcotte a été suspendu deux matches pour son geste.

Dans le camp des Olympiques, Groulx s'était dit surpris des accusations de Boucher vendredi soir, ne croyant aucun de ses joueurs capables de propos racistes. Quant à Boudreau, il avait catégoriquement nié avoir insulté Turcotte avec des propos racistes. 

La Ligue a cependant communiqué avec les Olympiques de Gatineau pour rappeler sa politique antidiscriminatoire. «Cette politique est basée sur un principe de tolérance zéro et elle s'applique à tout propos inapproprié. Tous nos participants doivent être traités avec respect et dignité», a indiqué la ligue par voie de communiqué samedi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer