Controverse autour d'un trophée perdu

Les Huskies ont retiré leur gardien numéro un,... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Les Huskies ont retiré leur gardien numéro un, Chase Marchand, en deuxième période. En blanchissant les Olympiques pendant deux périodes, Marchand venait tout juste de dépasser Bellemare au chapitre de la meilleure moyenne de buts alloués dans la LHJMQ.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le dernier duel de la saison entre les Olympiques de Gatineau et les Huskies de Rouyn-Noranda devait être sans histoire.

Le match avait beau réunir deux des meilleures équipes de la LHJMQ au centre Robert-Guertin samedi, mais il n'avait aucune signification pour le classement. D'ailleurs, les deux clubs avaient laissé quelques éléments clés dans les gradins afin de préserver leurs forces pour la «vraie» saison.

Une décision prise par l'entraîneur-chef des Huskies pendant l'entracte de la deuxième période a toutefois soulevé l'ire de l'entraîneur-chef des Olympiques après la victoire de 4-0 des champions de la saison régulière.

Benoît Groulx était en furie. La raison? Son gardien Mathieu Bellemare venait de voir le trophée Jacques-Plante lui glisser entre les mains par un tour de passe-passe de Gilles Bouchard.

En avance 3-0 après deux périodes, les Huskies ont retiré leur gardien numéro un, Chase Marchand, à la faveur de leur second gardien pour terminer la rencontre. En blanchissant les Olympiques pendant deux périodes, Marchand venait tout juste de dépasser Bellemare au chapitre de la meilleure moyenne de buts alloués dans la LHJMQ.

Impuissant, Bellemare a assisté à la scène du bout du banc des Olympiques. Il avait joué la veille contre les Foreurs. Également impliqué dans la lutte au trophée Jacques-Plante, son coéquipier Mark Grametbauer tentait sa chance à son tour.

Après le match, Groulx ne digérait pas la décision de son homologue de protéger son gardien alors que les Huskies forment la meilleure équipe au Canada.

«C'est une des pires décisions d'entraîneur que j'ai vu dans ma carrière. Si Chase Marchand est un compétiteur comme je pense qu'il l'est, je serais embarrassé d'aller chercher mon trophée à cause de cette décision là. Mais bon. Je ne dirige pas les Huskies. Je dirige Gatineau. Je trouve embarrassant de retirer un gardien de but de 20 ans, qui a un blanchissage après deux périodes.»

Chase Marchand a remporté le trophée Jacques-Plante avec une moyenne de 2,422. Celle de Bellemare s'est arrêtée à 2,426, Grametbauer a fini troisième à 2,48.

Chez les Huskies, Gilles Bouchard a défendu sa décision en affirmant qu'il avait pensé à son gardien avant tout.

«C'était le plan d'utiliser nos deux gardiens aujourd'hui. Rendu à mi-chemin en deuxième période, Chase avait un blanc. Après la deuxième période, mathématiquement, il était rendu premier. Nous avons pris une décision pour l'équipe. Le kid s'est donné corps et âme toute l'année. Il a vécu l'adversité. Il est passé par le ballottage. Il a eu une année exceptionnelle. Une situation s'est produite. Nous avons jasé avec lui et nous avons pris la décision de mettre Samuel Harvey, c'est tout.»

Benoît Groulx aurait pu répliquer en remplaçant Grametbauer par Bellemare. Et si Groulx avait réagi ainsi?

«Il avait juste à le faire. Vous auriez vu la suite!»  a ajouté Bouchard.

L'entraîneur gatinois a toutefois répondu dimanche que ce n'était pas dans sa philosophie. «Le hockey, ce n'est pas ça. Je ne connais pas un gardien qui serait fier de se faire retirer d'un match pour gagner un trophée.»

Chez les Olympiques, Mathieu Bellemare était déboussolé par la tournure des événements.

«J'ai trouvé ça vraiment ordinaire. La décision de leur entraîneur, c'est juste plate. Prouve que tu mérites le trophée. J'avais fait mon travail en jouant trois périodes vendredi. C'est comme ça que tu dois gagner le trophée. Il a fait deux périodes et il s'est assis. Si Benoît m'avait dit qu'il m'enlevait après deux périodes, je lui aurais dit que je voulais finir ma game

Malgré la défaite, les Olympiques ont au moins gagné le trophée Robert-Lebel, attribué à l'équipe qui a donné le moins de buts dans une saison. L'équipe a également fracassé un record de franchise en allouant 173. Le record de 179 buts datait de la saison 2003-2004.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer