Abramov à la quête du plateau des 100 points

Vitalii Abramov doit amasser huit points à ses... (Martin Roy, Archives LeDroit)

Agrandir

Vitalii Abramov doit amasser huit points à ses cinq dernières parties pour devenir la première recrue des Olympiques à récolter 100 points dans une saison depuis nul autre que Claude Giroux en 2005-06.

Martin Roy, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Claude Giroux a été le dernier joueur recrue des Olympiques de Gatineau à franchir la barre des 100 points.

Le Magicien franco-ontarien avait récolté 103 points en 69 matches en 2005-06. Dix ans plus tard, Vitalii Abramov pourrait réussir le même exploit. Après 63 matches, «Abracadabramov» a amassé 92 points. Il n'aura pas le loisir de jouer 69 matches comme Giroux. En incluant le duel contre les Tigres de Victoriaville samedi au centre Robert-Guertin, il reste encore cinq matches aux Olympiques avant la fin de la saison régulière.

Cinq matches pour récolter huit points. Cent points, c'est un beau plateau. Surtout quand on est âgé de 17 ans. Cent points, Abramov y pense.

«C'est sûr que j'aimerais ça, mais ça n'occupe pas toutes mes pensées. L'important, c'est que l'équipe connaisse du succès et que nous soyons prêts pour les séries éliminatoires», a expliqué le principal intéressé.

À titre comparatif, Claude Giroux avait récolté 88 points après les 63 premiers matches de son année recrue. Il avait terminé la saison en force avec 15 points à ses six derniers matches.

Pour l'entraîneur-chef Benoît Groulx, Abramov n'a pas besoin d'atteindre la marque des 100 points pour l'éblouir. «Si nous pouvons l'aider à aller chercher les points qu'il lui manque, nous allons le faire, mais ce n'est pas la priorité. Pour nous, c'est la santé et le repos avant les séries qui comptent. En même temps, 92 points à 17 ans, c'est déjà exceptionnel. C'est un joueur unique et spectaculaire.»

Même si Abramov approche de la marque établie par Giroux 10 ans passés, Benoît Groulx n'arrive pas à comparer les deux joueurs. «Ils sont différents. Le style de Vitalii ressemble plus à celui de Vladimir Tarensenko. Là où Giroux et Abramov se rejoignent, c'est que les deux veulent faire la différence. Vitalii ne dépend pas de personne sur la patinoire. Il rend tout le monde meilleur autour de lui. Il est rendu à 38 buts et un différentiel de plus-33. Il faut le faire!»

Dans son esprit, Benoît Groulx pense que Vitalii Abramov a tout ce qu'il faut pour devenir un joueur de concession dans la LHJMQ. «Le meilleur reste à venir avec lui. Il sera un joueur aussi important que Nikolaj Ehlers, Jonathan Drouin ou Nathan MacKinnon sauf que ces joueurs-là ont eu la chance de jouer ensemble. On se félicite d'avoir fait des pieds et des mains auprès de ses agents et de sa famille pour le faire venir ici!»

L'entraîneur gatinois espère toutefois que les prouesses de son joueur vedette seront récompensées au Gala des rondelles d'or de la LHJMQ cette année. En 2006, Groulx avait mal digéré que le titre de la recrue de l'année soit attribué à Angelo Esposito des Remparts de Québec après sa saison de 98 points.

«Esposito avait bénéficié du battage médiatique de la région de Québec et il avait eu le luxe de jouer avec Alexander Radulov. Si Vitalii n'est pas la recrue de l'année, il y aura un problème majeur. C'est l'évidence même.»

Il faut donner raison à l'entraîneur gatinois là-dessus. Avec 92 points, Abramov a 34 points d'avance sur son plus proche poursuivant, Martins Dzierkals, des Huskies de Rouyn-Noranda.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer