L'arbitrage inquiète Groulx

Sans excuser le double-échec asséné par Yakov Trenine... (Martin Roy, archives LeDroit)

Agrandir

Sans excuser le double-échec asséné par Yakov Trenine à Nikolas Brouillard, l'entraîneur-chef des Olympiques de Gatineau, Benoît Groulx, s'inquiète que plusieurs infractions soient restées impunies, samedi.

Martin Roy, archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Benoît Groulx est revenu comblé d'un voyage inoubliable en Norvège où il a vu son fils décrocher la médaille d'argent avec l'équipe canadienne aux Jeux olympiques de la jeunesse.

À son retour au bureau mardi, un dossier préoccupant a rapidement bousillé sa bonne humeur. L'entraîneur-chef des Olympiques a appris que son équipe allait devoir se passer des services de son meilleur joueur du mois de février. Yakov Trenine a été suspendu deux matches pour un double-échec asséné au cou de Nikolas Brouillard dans le dernier match à Rouyn-Noranda. Le geste n'avait pas été puni initialement.

Le Russe a été blanchi de la feuille de pointage pour la première fois en sept matches en février dans la défaite de 3-1 contre les Huskies. Il avait récolté 11 points à ses six premiers matches du mois.

Ce n'est pas tant la sanction qui a irrité l'entraîneur gatinois, mais plutôt le travail des officiels à l'approche des séries éliminatoires.

«Je n'excuse pas le geste de Yakov. J'ai visionné les images de ce match et je trouve déplorable que deux joueurs aient été suspendus sans avoir été punis pour leurs gestes sur la glace. Jérémy Lauzon (des Huskies) a aussi été suspendu pour un coup de bâton non sanctionné par les arbitres.»

D'autres infractions flagrantes n'auraient pas été signalées par les officiels dans cette rencontre entre deux des meilleures équipes de la LHJMQ, ce qui a soulevé l'ire de Groulx.

«Yakov Trenine a reçu un coup de bâton au visage. Il saignait. C'est passé sous le silence. Il s'est aussi retrouvé en échappée. On l'a retenu au point où il n'a même pas pu lancer. La règle est claire dans ce cas. C'est un lancer de punition. Or, il n'y a même pas eu d'infraction. Est-ce qu'on n'a pas sévi parce que Yakov fait 6'2'' et qu'il est fort comme un cheval? Si on laisse passer à cause de sa stature et de son style physique, je trouve ça dommage.»

Benoît Groulx n'avait pas fini son plaidoyer sur l'arbitrage permissif. «Je trouve inconcevable qu'autant d'infractions évidentes dans la même partie n'aient pas été punies. Il faut que ça arrête parce qu'à 10 parties des séries éliminatoires, c'est inquiétant. Ce sont souvent les mêmes arbitres qui sont impliqués dans ce genre d'histoires. J'espère que Richard Trottier (superviseur des arbitres) va avoir un entretien avec les personnes concernées.»

Le pilote des Olympiques a spécifié qu'il ne visait aucunement les arbitres d'expérience dans sa missive. «Nous connaissons tous la disparité entre les arbitres d'expérience et ceux qui en ont moins. Ce ne sont certainement pas les arbitres d'expérience qui commettent ces erreurs-là.»

Les Olympiques (39-16-3) seront donc privés de Trenine pour la visite des Screaming Eagles du Cap-Breton mercredi et de l'Océanic de Rimouski vendredi. «C'est décevant d'avoir des joueurs suspendus à cette période de l'année. Gabryel Boudreau a raté un match important à Val-d'Or alors que nous jouons contre les meilleures équipes de la ligue dernièrement.»

Les Screaming Eagles (31-22-6) débarquent au centre Robert-Guertin avec la deuxième meilleure attaque de la LHJMQ. Ils n'ont pas perdu à leurs huit derniers matches en temps réglementaire.

«Ils ont deux trios explosifs. Ils ont un avantage numérique mortel. Il faudra être discipliné. Il va nous manquer Yakov, mais ça va donner la chance à d'autres de s'illustrer», a ajouté Benoît Groulx.

Retour de Bellemare

Mathieu Bellemare effectuera un retour devant le filet des Olympiques. Mark Grametbauer a protégé la cage gatinoise dans les cinq derniers matches.

Un dernier match au «Vieux Bob» pour Joly

Michaël Joly ... (Martin Roy, Archives LeDroit) - image 3.0

Agrandir

Michaël Joly 

Martin Roy, Archives LeDroit

Quatre ans ont filé trop rapidement dans la vie du Gatinois Michaël Joly. À moins de rencontrer les Olympiques pour une troisième fois en carrière en séries éliminatoires, le franc-tireur des Screaming Eagles du Cap-Breton disputera son dernier match au centre Robert-Guertin dans l'uniforme d'une équipe de la LHJMQ mercredi soir.

«Ça va être un match significatif pour moi. Ça va être la dernière fois que ma famille et mes amis pourront me voir de près à ce niveau-ci. J'ai de bons souvenirs des matches que j'ai joués chez nous dans ma carrière junior. Je vais toujours me rappeler d'avoir compté deux buts à mon année recrue avec l'Océanic», a expliqué celui qui avait compté ses deux buts en seulement 12 secondes, les deux fois sur des passes d'Alexis Loiseau et Jean-François Plante!

Bons souvenirs

Michaël Joly se souviendra aussi de son but gagnant dans le troisième match des séries quarts de finale contre son ami François Brassard au printemps dernier. L'Océanic avait pris les commandes de la série dans ce match où les Olympiques avaient échappé une avance de 2-0. Il avait aussi compté deux buts dévastateurs dans le cinquième match qui a éliminé les Gatinois.

En feu

Cette saison, à son premier passage avec l'Océanic avant d'être échangé au Cap-Breton, il avait marqué deux fois dans un revers de 3-2. Aujourd'hui, l'attaquant de 20 ans pointe au 13e rang des compteurs de la LHJMQ avec 74 points en 51 matches. Avec 39 buts au compteur, il s'approche de son record de 44 buts.

«J'essaie de ne pas y penser, mais tout le monde m'en parle! C'est sûr que je serais content de battre cette marque, mais je dois continuer à faire mes affaires comme d'habitude. Ça devrait finir par arriver. Je suis entouré de joueurs de talent.»

Offensivement, tout baigne pour Joly avec les Screaming Eagles où il roule à un rythme de presque un but par match (25 buts en 30 matches) et où il a amassé 49 points. Parmi les joueurs échangés dans la LHJMQ cette saison, il est le joueur avec le meilleur taux de production avec une moyenne de 1,63 point par match au Cap-Breton.

«Cette équipe est parfaite pour [...] moi. Elle est axée sur l'offensive. Je ne suis même pas obligé de penser aux points. Ils arrivent tout seuls!»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer