Du hockey de grandes occasions

Les Olympiques ont souligné le 3000e match de... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Les Olympiques ont souligné le 3000e match de leur histoire en écrasant les Remparts de Québec 6 à 1, vendredi soir.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La direction des Olympiques de Gatineau a sobrement souligné le 3000e match de son histoire vendredi soir devant sa première foule de plus de 3000 spectateurs de la saison.

À part un texte lu par l'annonceur Serge Côté avant l'entrée des joueurs sur la patinoire suivi d'une mise en jeu protocolaire avec un commanditaire, il n'y a rien eu de spécial au centre Robert-Guertin pour marquer l'événement. Pas d'anciens joueurs à acclamer. Pas de cérémonie. Rien. Comme si 3000 matches se célébraient tous les jours! Les Festivals/Olympiques de Hull/Gatineau sont pourtant devenus la deuxième franchise de la LHJMQ à atteindre le plateau des 3000 matches en jouant tous leurs matches au même endroit.

La fanfare, les joueurs des Olympiques n'en avaient rien à foutre. Ils savaient qu'ils disputaient un match historique et ils voulaient que ce duel se termine avec un point d'exclamation. Les équipiers de Benoît Groulx ont donc choisi de s'occuper du spectacle pour recréer l'ambiance d'antan du «Vieux Bob» en jouant du hockey de haut niveau, rapide et intense. Les 3205 partisans ont apprécié. Ils ont même fait la vague en deuxième. En plus de chanter «Nana, hey hey, goodbye» en fin de rencontre. Une rareté cette saison.

Le duo russe de Yakov Trenine et Vitalii Abramov en a mis plein la vue. Trenine a notamment participé aux trois buts de l'engagement initial pour donner le ton à un gain de 6-1 des Gatinois devant les Remparts de Québec, défaits pour la 12e fois à leurs 13 derniers duels.

Dure soirée pour Québec

Le gardien Evgeny Kiselev ne sera pas fâché de quitter le centre Robert-Guertin. Le cerbère des Remparts en était à son troisième match à Gatineau. Avec le Drakkar, il avait affronté 55 tirs à sa première sortie. Puis, avec Québec, il a été poivré de 42 lancers et 47 tirs dans ses deux autres sorties.

Ami de Kiselev, Trenine s'est même permis une boutade vers son ami gardien. «Je lui ai demandé s'il était fatigué de recevoir autant de tirs! Nous avons joué un gros match. C'était le 3000e de l'organisation. Ça nous a donné de l'énergie. Il y avait beaucoup de monde dans l'aréna. Vitalii et moi ne jouons pas souvent ensemble, mais nous avons cette chimie russe entre nous!»

En plus de ses deux compatriotes, Kiselev a aussi été déjoué par Alex Dostie, Yan-Pavel Laplante, Tristen Élie et Samuel Tremblay. Élie a salué son retour au jeu avec deux points. Quant à Tremblay, il a inscrit son premier but dans l'uniforme gatinois.

La réplique des Diables rouges (24-24-5) est venue de Derek Gentile pendant un avantage numérique. Mark Grametbauer, qui prenait la place d'un Mathieu Bellemare blessé, a fait face à 21 tirs.

Dans la défaite, Yanick Turcotte a au moins conservé sa ceinture de champion des poids lourds de la LHJMQ dans son combat pour hommes avec Jonathon Masters, qui a terminé la rencontre avec une visière complète.

L'entraîneur des Remparts Philippe Boucher aimerait voir sa jeune équipe se sortir d'impasse, mais il sait qu'elle passe par une reconstruction obligée. «C'est un mal nécessaire. En même temps, nos joueurs essaient, mais je suis tanné de chercher du positif quand nous ne gagnons pas. Il faut admettre que les Olympiques ont une machine de hockey. Ils sont durs à affronter.»

Les Olympiques (36-15-3) ont disputé des matches pour tous les goûts lors des 2999 premiers duels de leur histoire. Vendredi, le 3000e était représentatif de sa réputation de formation la plus titrée de la LHJMQ. Une domination totale. Feu Robert Guertin peut reposer en paix!

Une foule énergique

Impressionnés par la plus grande foule de la saison au centre Robert-Guertin, les joueurs des Olympiques ont fait tout le nécessaire pour s'assurer que leurs partisans reviennent en disputant un match sans faille pendant 55 des 60 minutes de jeu.

Les grandes foules ont été rares cette saison au «Vieux Bob» et Benoît Groulx a bien senti l'énergie qu'elle a transmise à ses joueurs.

«Quand il y a 2800 personnes, ça paraît beaucoup ici. Quand ils sont 3200, la différence est encore plus marquée. Ça fait du bien de voir ça. Nos joueurs le méritent avec la saison qu'ils connaissent.»

Auteur de son premier but avec les Olympiques, Samuel Tremblay était évidemment heureux de contribuer à la victoire et il a aussi senti l'appui des partisans. «Sur la glace, je n'entends pas beaucoup de choses, mais je sentais la foule près de nous. Ça nous a aidés à gagner le 3000e match de l'équipe. Il y a vraiment de bons partisans ici», a raconté l'ancien de l'Armada de Blainville-Boisbriand.

À sa deuxième saison avec les Olympiques, Yakov Trenine n'avait jamais joué devant autant de monde à Gatineau. Il était survolté avant le match. «Pendant l'hymne national, je voyais des gens un peu partout dans l'aréna. J'étais stimulé en première période! Je pense que ça aide d'avoir autant de monde derrière nous. Je les remercie et j'espère qu'ils vont revenir!»

Trenine et son copain Vitalii Abramov avaient l'air d'artistes sur glace contre les Remparts, mais Benoît Groulx a tenu à souligner le travail de toute son équipe. «Nous avons fait ce qu'il fallait pour contrôler ce match d'un bout à l'autre à part cinq minutes au début de la deuxième période. Alex Dostie a été très solide. Tristen Élie aussi. Samuel Tremblay et Alexandre Landreville jouent souvent dans l'ombre, mais ils ont connu un fort match.»

Benoît Groulx s'envolera vers la Norvège dimanche pour assister aux Jeux olympiques de la jeunesse et voir son fils jouer avec Équipe Canada. Il s'absentera pendant quatre matches, dont celui de dimanche à Boisbriand.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer