Une victoire pas trop difficile

Alex Dostie a atteint un nouveau sommet personnel... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Alex Dostie a atteint un nouveau sommet personnel en inscrivant un 55e point en 41 matches.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les Mooseheads d'Halifax ont déjà été plus difficiles à abattre.

Équipe redoutable dans la LHJMQ pendant quatre bonnes années, elle passe à travers une reconstruction obligée cette saison. Mercredi soir, les Mooseheads ont carrément manqué de panache face aux Olympiques qui n'ont pas trop peiné pour l'emporter 6-0 devant une foule dispersée de 1984 spectateurs au centre Robert-Guertin.

Mathieu Bellemare n'a fait face qu'à 19 lancers pour inscrire son troisième blanchissage de la saison devant la cage des Gatinois. À l'autre bout de la patinoire, l'ancien des Olympiques, Éric Brassard, devait sentir la poudre à canon à la fin du match. Il a été bombardé de 41 tirs. Alex Dostie et Chiwetin Blacksmith ont inscrit des doublés à ses dépens.

Yakov Trenine avait donné le ton au match en comptant son 20e but de la saison dès la 42e seconde de jeu. Alexandre Alain a complété la marque dans le 2999e match de l'histoire des Festivals/Olympiques de Hull/Gatineau.

À part Dostie et Blacksmith, trois autres joueurs du camp vainqueur ont enregistré deux points: Alexandre Carrier, Yakov Trenine et Nicolas Meloche. Auteur de cinq points à son premier match contre Halifax cette saison, Vitalii Abramov s'est «contenté» d'une passe mercredi.

Un combat remporté par l'ancien des Olympiques, Kelly Bent, contre Jonathon Masters, a possiblement été l'unique consolation des Mooseheads (17-31-6) pour leur seule visite de la saison en Outaouais.

Andrew Shewfelt aurait peut-être donné un peu de vie à son équipe s'il avait marqué sur un cadeau offert par Bellemare en première période. Les visiteurs se défendaient en désavantage numérique quand Shewfelt a intercepté une passe du gardien à la droite du filet. Shewfelt disposait cependant d'un angle restreint et il a précipité son geste. Au lieu de profiter de la cage déserte, son tir a raté la cage. C'était 2-0 à ce moment.

En plein contrôle

Benoît Groulx a senti son équipe en plein contrôle de la partie et il ne donnait pas l'impression d'un entraîneur-chef qui n'avait pas sué beaucoup derrière le banc des siens.

«Halifax a une jeune qui occupe les bas-fonds du classement. Ils ont gagné un gros match à la maison contre Shawinigan l'autre jour, mais quand tu as une équipe jeune, c'est toujours plus difficile de gagner des matches sur la route. Nous n'avons pas assisté à un match très enlevant ce soir. Nous avons donné le ton au match dès la première période et nous avons levé le pied par la suite.»

Après 20 minutes, les Olympiques (35-15-3) menaient 16-3 dans les tirs au filet. En comptant son deuxième but du match dans la période médiane, Alex Dostie a surpassé sa marque personnelle avec un 55e point en 41 matches. L'an dernier, il avait inscrit 54 points en 68 matches.

«Je ne savais pas que j'étais près de dépasser mon record personnel, mais c'est plaisant de le faire, surtout en moins de matches. Je ne parle pas de ce genre de chose en début de saison. Je voulais surtout m'améliorer et obtenir plus de responsabilités à ma troisième année dans la ligue.»

Pour Alexandre Carrier, qui a vécu les éliminations de 2013 et 2014 face aux Mooseheads, il était clair que le match de mercredi a été beaucoup plus reposant.

«Quand j'ai affronté Nathan MacKinnon et Jonathan Drouin à ma première année, ce n'était vraiment pas facile. MacKinnon a été repêché au premier rang dans la LNH et Drouin au troisième rang. Ce soir, nous n'avons pas accordé de but et notre offensive roulait contre les Mooseheads. C'est bien plus plaisant que lors des dernières années. Ils ont beaucoup de jeunes joueurs maintenant, mais Maxime Fortier demeure un bon joueur. Il ne fallait pas les prendre à la légère.»

Les Olympiques reprendront l'action pour le 3000e match de leur histoire vendredi. Ils accueilleront les Remparts de Québec.

Blain fait tout pour aider Halifax

Comme d'autres recrues, Dominik Blain, un ancien de... (Etienne Ranger, LeDroit) - image 3.0

Agrandir

Comme d'autres recrues, Dominik Blain, un ancien de l'Intrépide de Gatineau, a dû sauter son tour à quelques reprises lors des matches des Mooseheads.

Etienne Ranger, LeDroit

La patience vient à bout de tout et Dominik Blain adhère à ce vieux proverbe.

La recrue de 17 ans des Mooseheads d'Halifax n'a rien eu de facile depuis sa rentrée dans la LHJMQ. Au début de la saison, quatre joueurs devaient s'asseoir dans les estrades à chaque match en raison d'un surplus de joueurs dans l'alignement.

Comme d'autres recrues, l'ancien de l'Intrépide de Gatineau a dû sauter son tour à quelques reprises et dès qu'il commençait à prendre ses aises, deux blessures à l'épaule sont venues briser son rythme.

Avant de jouer son premier match à Gatineau dans l'uniforme d'une équipe de la LHJMQ mercredi, Blain avait récolté un but et deux mentions d'aide en 27 matches. Habituellement, il patine dans un quatrième trio et il est utilisé entre huit et 10 minutes par match. Malgré les embûches, le Gatinois garde le moral.

«Je n'ai pas le choix. Quand je suis sur la glace, je donne tout ce que je peux. J'apporte de l'énergie. Je patine comme un déchaîné. Je frappe tout ce qui bouge.»

«À un moment donné, ça va finir par payer. J'attends juste la prochaine opportunité. Quand elle va se présenter, je compte en profiter», dit le fils de Joël Blain, qui mène toujours la franchise des Olympiques de Gatineau avec 301 matches joués.

Un joueur utile

Chez les Mooseheads, l'entraîneur-chef Dominique Ducharme se dit satisfait de la progression de Blain depuis le début de la saison. «Son acharnement fait de lui un joueur difficile à affronter. Il prend de la maturité dans son jeu. Il est impliqué dans une compétition à l'intérieur de notre club pour du temps de glace, mais il va finir par trouver sa chaise. Ce n'est pas un joueur qui aura des statistiques gonflées dans sa carrière, mais il va devenir un joueur très utile à son équipe.»

Déterminé à réussir, Dominik Blain ne se plaint pas de son sort. «Nous avons une jeune équipe qui a encore beaucoup à apprendre, mais nous travaillons fort et nous voulons tous gagner. Plus la saison avance, mieux ça va. J'ai dû passer par une période d'adaptation à mes débuts, mais je commence à faire ma place et je sais que je peux en donner plus et devenir un joueur important dans cette équipe. Quant à Halifax, c'est une ville géniale pour jouer au hockey. Nous avons une bonne organisation et de très bons partisans. Ils viennent nous appuyer en grand nombre.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer