Abramov en quête d'un second panache

Il n'a que 17 ans, mais Vitalii Abramov (31 buts,... (Martin Roy, Archives LeDroit)

Agrandir

Il n'a que 17 ans, mais Vitalii Abramov (31 buts, 75 points en 51 matches) est déjà le sixième compteur du circuit Courteau.

Martin Roy, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Nathan MacKinnon, Jonathan Drouin, Nikolaj Ehlers et Timo Meier. Voilà quatre joueurs exceptionnels des Mooseheads d'Halifax qui ont terrorisé les Olympiques de Gatineau à chacune de leurs visites au centre Robert-Guertin au cours des dernières années.

Les temps ont changé. Après avoir éliminé les Olympiques deux fois dans les séries de 2013 et 2014, les Mooseheads s'amèneront à Gatineau avec un club en reconstruction mercredi soir. Pour une fois, le joueur le plus dangereux sur la patinoire ne sera pas dans le camp ennemi quand les Néo-Écossais se pointeront au «Vieux Bob».

Il n'a que 17 ans, mais Vitalii Abramov (31 buts, 75 points en 51 matches) est déjà le sixième compteur du circuit Courteau. Il n'a que trois points de retard sur l'espoir des Sénateurs d'Ottawa, Francis Perron, qui occupe le deuxième rang des marqueurs.

Si MacKinnon, Drouin et compagnie ont fait la vie dure aux gardiens gatinois pendant quelques saisons, c'est Abramov qui a ensorcelé la défensive des Mooseheads au début du mois de janvier dans le premier affrontement entre les deux clubs cette année. «Abracadabramov» a récolté un tour du chapeau pendant la troisième période d'une victoire de 8-4. Il a tué les «Originaux» en récoltant cinq points dans ce match.

«J'aime jouer devant de grosses foules (comme celles d'Halifax). C'est stimulant de jouer sous les regards d'autant de spectateurs, mais demain (mercredi) sera un nouveau match.»

«Tout sera à recommencer», a expliqué le joueur vedette des Olympiques.

Malgré ses prouesses sur la patinoire, le Centre de soutien au recrutement de la LNH l'a classé au 56e rang des patineurs évoluant en Amérique du Nord en vue du prochain repêchage du circuit Bettman. Cette semaine, le réseau TSN a quelque peu amélioré sa cote en le plaçant au 52e rang des espoirs dans son rapport de mi-saison. Ce classement tient compte des joueurs qui évoluent en Europe et des gardiens. Abramov est donc considéré comme un espoir de deuxième ronde pour le repêchage de 2016.

Pour Benoît Groulx, il n'y a pas de doutes qu'Abramov est un joueur spécial. «Quand il est dans son élément, il est aussi spectaculaire que les MacKinnon, Drouin, Ehlers et Meier. Sera-t-il le premier choix du prochain repêchage? Non. Sera-t-il un choix de première ronde? J'espère que oui. Il est classé un peu plus bas que les anciennes vedettes des Mooseheads parce qu'il est plus petit et un peu plus frêle, mais je répète que l'équipe qui va le repêcher aura un joueur de première ronde entre les mains. Il va faire son chemin et jouer dans la LNH. J'en suis convaincu.»

Si Vitalii Abramov est déçu par son classement de mi-saison de la Centrale de recrutement de la LNH, il ne le montre pas. Toujours souriant, il répond que la liste est «OK» et que «ce n'est qu'une liste» parmi tant d'autres.

«Je fais mon travail et je le fais de mon mieux. On verra ce qui arrivera au repêchage. Il reste encore beaucoup de hockey à jouer.»

«Les séries éliminatoires peuvent changer les choses», raconte celui qui désigne Pavel Bure et Sergeï Fedorov comme ses joueurs préférés.

Reste à voir s'il ajoutera un trophée de chasse à sa collection mercredi contre les Mooseheads.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer