Un aréna neuf pour raviver la flamme?

Le président des Olympiques de Gatineau, Alain Sear... (Étienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Le président des Olympiques de Gatineau, Alain Sear

Étienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Depuis plus de 20 ans, les Olympiques de Hull/Gatineau ont terrorisé leurs adversaires sur les patinoires de la LHJMQ en atteignant la finale de la ligue pratiquement une fois tous les deux ans.

Benoît Groulx, l'entraîneur le plus décoré de la LHJMQ, n'a pas atteint le carré d'as à ses quatre dernières saisons, mais il dirige actuellement sa meilleure brochette de joueurs en cinq ans. Malgré leur dossier de 32-13-3, les Olympiques n'arrivent pas à freiner l'exode de leurs partisans.

Douze des 23 matches disputés à Robert-Guertin cette saison ont été devant des foules de moins de 2000 spectateurs. L'an dernier, le phénomène s'était produit cinq fois. Il y a deux ans, il n'y avait eu que deux foules de moins de 2000 spectateurs. Dans les trois saisons précédentes, il y a eu un total de trois foules de moins de 2000 spectateurs. 

Les minuscules foules étaient une exception il n'y a pas si longtemps. Elles sont devenues la règle en 2015-2016. Les Olympiques ont beau avoir la troisième meilleure fiche de toute la LHJMQ, aux guichets, ils sont au 14e rang.

Comment faire pour raviver la flamme des partisans? La réponse du président du club gatinois est simple.

«Si on regarde à travers notre ligue, on se rend compte que la dernière équipe à avoir hérité d'un amphithéâtre neuf connaît beaucoup de succès au chapitre des assistances. Les Cataractes de Shawinigan jouaient devant 1200 personnes à l'aréna Jacques-Plante. Leurs assistances ont monté en flèche depuis qu'ils sont dans leur nouvel aréna (2012), et ce, même quand ils ont eu des équipes en reconstruction.»

Les Cataractes évoluent régulièrement devant 3000 spectateurs cette saison. Pour Alain Sear, il est clair que les gens reviendront encourager l'équipe junior majeure de la région quand elle évoluera dans un édifice neuf.

«Guertin n'est pas assez glamour. Même mes amis me disent qu'ils ne veulent pas venir à Guertin parce que ce n'est pas confortable. Nous avions une liste d'attente pour nos loges. Elle existe encore, mais les gens ne veulent pas de nos loges ici. Deux sont encore libre cette année. Les gens veulent des loges dans le nouvel amphithéâtre.»

Les Olympiques devront aussi redoubler d'ardeur pour freiner l'exode des détenteurs d'abonnements de saison.

«Il faut revoir notre stratégie. Les gens n'ont plus le temps de venir voir 34 matches par année. Nous sommes rendus entre 1200 et 1300 billets de saison. C'est difficile à vendre et nous avons créé une problématique l'an dernier en donnant 500 billets par match. Nous avons réduit ce nombre à 200 cette année en ciblant les organismes, les écoles et les enfants.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer