Gatineau perd un duel de gardiens

Mathieu Bellemare a été moins occupé que son... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Mathieu Bellemare a été moins occupé que son rival, mais il a réalisé quelques vols lui aussi.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il y a une raison pour laquelle les Cataractes de Shawinigan sont allés chercher Philippe Cadorette pendant la dernière période des transactions de la LHJMQ.

Le gardien de 20 ans a eu l'occasion de le démontrer aux quelque 1900 partisans rassemblés au centre Robert-Guertin pour assister à un match aux allures de séries éliminatoires entre les Olympiques et l'équipe de la Mauricie jeudi soir.

Les prouesses de Cadorette ont aidé sa nouvelle équipe à vaincre les Olympiques pour la première fois en quatre essais cette saison même si les locaux ont tiré deux fois plus souvent sur son filet. Malgré une domination gatinoise de 40-21 au chapitre des lancers, les Cataractes l'ont emporté 2-1 en prolongation.

Dennis Yan a complété une passe de Dmytro Timashov lors d'une descente à deux contre un dans la dernière minute de la prolongation pour infliger une défaite «honorable» aux Olympiques. Auparavant, pendant un avantage numérique des locaux, Cadorette a sorti la mitaine pour priver son ancien coéquipier du Drakkar de Baie-Comeau, Nicolas Meloche, d'un troisième but gagnant en prolongation depuis son arrivée à Gatineau.

À l'autre bout de la patinoire, Mathieu Bellemare a été moins occupé, mais il a réalisé quelques larcins lui aussi. Pendant cette même prolongation, il a d'ailleurs imité Cadorette en arrêtant un lancer vif d'Alexis D'Aoust avec sa mitaine qu'il porte dans la main droite.

Calme et toujours bien positionné devant son filet, Cadorette a ainsi savouré sa quatrième victoire en autant de départs depuis son acquisition par les Cataractes (28-11-3).

«Nous sommes allés le chercher pour ça. Il a été excellent ce soir. En désavantage numérique, il a été notre meilleur joueur. Nous lui devons une fière chandelle», a expliqué l'entraîneur-chef des Cataractes, Martin Bernard.

Alex Dostie a été le seul à pouvoir le déjouer jeudi, mais il a fallu une exécution parfaite après une passe de Yakov Trenine pour qu'il inscrive l'unique but des Olympiques en première période. Il aurait fallu un autre jeu parfait pour vaincre Cadorette à nouveau. Les occasions étaient là. Les Olympiques (28-12-3) auraient pu se donner une option sur la victoire en début de deuxième période quand les visiteurs ont écopé de trois punitions consécutives. Ils ont même joué à cinq contre trois pendant un long moment sans pouvoir faire payer les meneurs de la division Est de la LHJMQ.

«Ç'a été un point tournant, pense Bernard. Les Olympiques auraient pu creuser l'écart et nous savons comment ils sont bons pour fermer le jeu et conserver leur avance.»

Cavan Fitzgerald a été le seul Shawiniganais à compter en temps réglementaire quand son tir a dévié avant de finir dans le coin supérieur droit du filet de Bellemare.

Le jeu a été hermétique durant toute la partie. Il était difficile de trouver de l'espace pour manoeuvrer sur la patinoire et les Olympiques ont réussi à limiter l'attaque dévastatrice des Cataractes à 17 lancers dans les 60 premières minutes de jeu.

Les deux équipes ont obtenu de bonnes chances de marquer en prolongation, mais ce sont les Cataractes qui ont profité du retour du balancier. Martin Bernard se souvenait encore d'un match à Shawinigan que Mathieu Bellemare avait volé en début de saison.

«Nous avions mieux joué, mais leur gardien avait été très fort. Nous sommes contents de la victoire, mais nous n'allons pas jeter la vidéo. Nous avons encore plusieurs choses à travailler.»

Les Cataractes étaient privés d'Anthony Beauvillier jeudi. Membre de l'équipe canadienne junior, il a pris part à la période de réchauffement avant d'abdiquer.

«Ils ont pleuré toute la soirée auprès des arbitres» - Benoit Groulx

Benoît Groulx a pris une page du livre de John Tortorella après la défaite de son équipe en prolongation.

Contrairement à plusieurs observateurs, il ne trouvait pas que son équipe venait de disputer un match digne des séries et il n'a pris que 45 secondes pour exprimer ses pensées. «Nous n'avons pas joué un grand match. Plusieurs de nos meilleurs joueurs ont été extrêmement indisciplinés en ne respectant pas notre système de jeu. Dans des matches serrés comme celui-là, c'est ce qui fait la différence.»

L'entraîneur n'a pas répondu à d'autres questions sauf qu'il a déclaré que son équipe avait dominé le match sur le plan physique avant de lancer une flèche directe aux Cataractes.

«Ils m'ont déçu à ce niveau-là. Ils n'ont pas arrêté de pleurer auprès des arbitres pendant tout le match. Nous avons passé la soirée à attendre après eux aux mises en jeu parce qu'ils discutaient avec les arbitres. C'est tout ce que je vais dire. Merci.»

Yan-Pavel Laplante, qui n'a pas marqué malgré 10 tirs au but, était un peu d'accord avec son entraîneur. «J'ai tout vu ça. Les Cataractes ont plusieurs joueurs habiles. Mettons que nous avons été témoins de plusieurs plongeons et nous avons reçu notre part de coups en bas de la ceinture.»

Questionné à savoir s'il voyait Philippe Cadorette en trop gros plan pendant le match, Laplante a esquissé un sourire. «Ça fait longtemps que je joue contre lui. Nous savons que c'est un bon gardien. Il a été leur étoile ce soir. Il a effectué de gros arrêts et il a aidé son équipe à gagner.»

Résultat décevant

Les autres propos de Laplante différaient de ceux de son entraîneur par rapport à la sortie des siens.

«Les deux clubs se sont présentés pour disputer un gros match. Le résultat est décevant parce que nous avons été meilleurs qu'eux ce soir. Nous n'avons pas profité de nos chances près du filet. Nous avons raté trop d'occasions pendant nos avantages numériques, surtout le cinq contre trois. Il aurait fallu capitaliser là-dessus pour leur scier les jambes.»

Limiter l'attaque des Cataractes à moins de 20 tirs en 60 minutes est également digne de mention, mais Laplante a rappelé que la défensive est une force chez les Olympiques.

«Nous en avons eu la preuve ce soir. Nous avons aussi vu que nous pouvions être intimidants quand nous jouons avec robustesse.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer