Voyage parfait pour les Olympiques

Avant son départ pour les Maritimes jeudi dernier, Benoît Groulx croyait que le... (Martin Roy, archives LeDroit)

Agrandir

Martin Roy, archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Avant son départ pour les Maritimes jeudi dernier, Benoît Groulx croyait que le dernier long voyage des Olympiques de Gatineau tombait à point. Il n'avait pas tort.

La période des transactions venait de prendre fin la veille et son équipe allait avoir l'occasion d'apprendre à se connaître. Les «nouveaux» Olympiques ont assurément passé le test en allant chercher le maximum de six points en l'emportant 7-5 à Charlottetown vendredi, puis 8-4 à Halifax samedi et ensuite 4-3 en prolongation à Moncton dimanche.

Pour obtenir un tel succès dans trois jours consécutifs, il faut que tout le monde mette la main à la pâte. C'est exactement ce qui s'est produit. Benoît Groulx a dû énumérer 15 joueurs et il ne semblait pas avoir fini de faire le tour de son alignement quand LeDroit l'a pressé d'une autre question après la victoire à Moncton!

«Ça n'a pas trop paru que nous terminions une séquence de trois matches en trois jours dans trois villes des Maritimes. Nous avons disputé notre meilleur match contre les Wildcats même si l'horaire jouait en leur faveur. Ils étaient inactifs vendredi et ils avaient joué chez eux samedi après-midi pendant que nous étions à Halifax samedi soir. Mentalement, nous étions prêts.»

Les Wildcats (28-10-6) étaient invaincus à leurs huit derniers matches avant d'affronter les Olympiques (28-12-2). Leur attaque est la deuxième meilleure de la LHJMQ et ils misent sur Conor Garland, qui domine outrageusement le classement des pointeurs avec 92 points en 39 matches. Et bien, les Gatinois ont limité les Wildcats à seulement 24 tirs en plus de réaliser l'exploit de blanchir Garland pour la deuxième fois seulement cette saison.

«Après deux matches où nous ne nous étions pas appliqués défensivement, ç'a été tout le contraire à Moncton. Neutraliser Garland n'est pas une mince tâche. Vincent Milot-Ouellet avait été laissé de côté samedi. Il est revenu avec un but et une passe. Tristen Élie a accepté une grosse mise en échec sur le jeu qui a mené au but égalisateur d'Alexandre Carrier. Lui et Meloche ont connu leur meilleur match du voyage. Bellemare aussi.»

Le gardien recrue a notamment réalisé un bijou d'arrêt juste avant le but vainqueur de Nicolas Meloche en prolongation, son deuxième en pareilles circonstances depuis son arrivée avec les Olympiques.

À part Milot-Ouellet, Carrier et Meloche, Vitalii Abramov a été l'autre Olympique à déjouer Keven Bouchard, qui a fait face à 36 tirs. L'ex-Olympique, Joey Richard, a récolté une passe dans la défaite des siens. La veille, il avait inscrit deux buts à son premier match avec les Wildcats.

Victoire à Halifax

Samedi, les Olympiques ont remporté un match offensif au Scotiabank Center d'Halifax. Vitalii Abramov a été spectaculaire en enfilant un tour du chapeau naturel en troisième période et en récoltant cinq points. Yakov Trenine avait inscrit deux buts et quatre points. Alex Dostie avait amassé quatre points aussi. Gabryel Boudreau a quant à lui compté son premier but dans l'uniforme des Olympiques. Alex Breton a fourni trois passes. Dylan Callaghan et Alexandre Alain avaient été les autres marqueurs pendant que Mark Grametbauer, natif de la région d'Halifax, repoussait 23 tirs pour signer sa première victoire avec les Gatinois devant parents et amis.

«Trenine a connu un match monstrueux. Il a été de toutes les menaces. Notre offensive est venue de partout depuis deux matches. Je n'ai pas dit cela souvent dans les dernières années, mais nos deux unités d'avantage numérique sont en feu. Quant à Grametbauer, il était très nerveux au début du match, mais il a fait quelques arrêts clés à la fin», avait déclaré Groulx samedi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer