Les Olympiques perdent le match et... Groulx

D'habitude très solide face au Phoenix, Mathieu Bellemare... (La Tribune)

Agrandir

D'habitude très solide face au Phoenix, Mathieu Bellemare a moins bien paru mercredi.

La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Incapables de générer de l'offensive malgré plusieurs avantages numériques, les Olympiques de Gatineau ont essuyé leur deuxième défaite par jeu blanc en 36 matches cette saison en s'inclinant 4-0 à Sherbrooke mercredi soir au Palais de Sports.

Les unités spéciales auront fait la différence dans ce match alors que les Olympiques ont été blanchis sur leurs sept attaques massives pendant le Phoenix (15-17-2) a marqué ses quatre buts dans les mêmes circonstances. Ils ont bénéficié de neuf jeux de puissance durant le match, ce qui a soulevé l'ire de l'entraîneur-chef Benoît Groulx, expulsé par les officiels après avoir manifesté ses états d'âme en fin de rencontre.

Colérique, il a filé dans sa propre automobile après le match et il aurait fermé son téléphone cellulaire. C'est donc son adjoint Roger Dejoie qui a répondu aux questions du Droit.

«C'est un ensemble de facteurs qui a soulevé la colère de Benoît. Nous n'avons pas encore reçu l'appel de la ligue, mais une expulsion entraîne généralement une suspension automatique d'un match», a d'abord indiqué Dejoie.

Évidemment, l'avantage numérique infructueux des Olympiques a été une source de frustration. Comme rien ne fonctionnait, Groulx a envoyé les membres de son quatrième trio sur l'attaque massive à un certain moment.

«Quand rien ne fonctionne un certain soir, il faut essayer des choses. Ceux qui ont pris le relais ont bien fait. De l'autre côté, tout souriait au Phoenix. Ils ont été très opportunistes. La rondelle avait des yeux pour eux ce soir. Ils ont très bien exécuté les jeux. C'était du tic-tac-toe. De notre côté, nous n'avions pas d'énergie. C'est comme si nos jambes étaient restées dans l'autobus. Elles étaient lourdes.»

Guillaume Gauthier, deux fois, Julien Bahl et Nicolas Poulin sont parvenus à déjouer Mathieu Bellemare pendant que le Phoenix évoluait en supériorité numérique. Les locaux ont tiré 30 fois contre le gardien gatinois. À l'autre bout de la patinoire, Alexandre Lagacé a repoussé les 26 tirs des Olympiques (23-11-2) pour signer le jeu blanc. L'Océanic de Rimouski avait été la seule équipe de la LHJMQ à blanchir les Olympiques plus tôt en octobre.

Cette défaite survient à peine deux jours après une solide victoire de 4-1 contre les Huskies de Rouyn-Noranda, meneurs au classement du circuit Courteau.

Les Olympiques tenteront maintenant de finir l'année 2015 en beauté en se rachetant jeudi après-midi à Victoriaville où ils ont rendez-vous avec les Tigres, eux aussi défaits à Chicoutimi mercredi soir.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer