Les Olympiques ne font pas que des heureux

Le Gatinois D'Artagnan Joly appartient maintenant au Drakkar... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Le Gatinois D'Artagnan Joly appartient maintenant au Drakkar de Baie-Comeau.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le contraste était assez frappant dans la réaction des deux joueurs impliqués dans la première grande transaction des Olympiques de Gatineau à l'ouverture des marchés samedi.

Nicolas Meloche était heureux de lever sa clause de non-échange pour se joindre aux Olympiques pendant que D'Artagnan Joly était déçu d'aller poursuivre sa carrière à l'autre bout du Québec, à Baie-Comeau.

«J'étais prêt à lever ma clause de non-échange pour me joindre à une équipe gagnante, a signalé le défenseur Meloche. Gatineau était dans mon top-3. J'ai connu une saison recrue incroyable à 16 ans à Baie-Comeau où nous avons participé à la finale. L'an passé aussi, nous avions une belle équipe, mais nous avons perdu en prolongation contre Val-d'Or dans le septième match. Cette année, ce n'était pas une saison rêvée en matière d'équipe. Je n'aime pas perdre et je compte bien me reprendre à Gatineau.»

Meloche est convaincu que son transfert à Gatineau sera une bonne chose. Il a quitté une équipe de dernière position qui pense déjà à sa reconstruction pour se joindre à une équipe qui aspire au titre. «C'est une bonne équipe pour moi et je pense que l'entraîneur va me faire du bien aussi.»

À son année de repêchage en 2013, Meloche croyait qu'il allait aboutir à Gatineau. Il connaissait bien un recruteur des Olympiques qui semblait l'apprécier. Le club avait toutefois choisi Alexandre Alain et Alex Dostie à la place.

«Je me voyais aller à Gatineau. J'ai toujours joué de bons matches là quand j'étais plus jeune. Baie-Comeau a toutefois été une bonne place pour amorcer ma carrière junior.»

Joly a la mine basse

De son côté, D'Artagnan Joly avait mauvaise mine dimanche quand il a abordé le sujet de son acquisition par le Drakkar.

L'Intrépide de Gatineau venait toutefois de vivre une grande déception en perdant la finale du Challenge CCM midget AAA.

«J'ai appris, en me levant lundi matin, que j'étais échangé en recevant un texto d'un ami. Au début, ç'a été un choc [...] Je voulais rester proche de ma famille. Gatineau, c'est ma ville. J'aurais aimé évoluer pour les Olympiques. (Les transactions), ce sont des choses qui arrivent au hockey. Va falloir que je commence à penser à Baie-Comeau, voir comment ça va être et comment va se faire mon adaptation là-bas.»

Joly ne pouvait pas dire s'il allait se rapporter immédiatement au Drakkar ou s'il allait finir la saison avec l'Intrépide.

«Je n'en parlerai pas tout de suite. Je vais en parler avec ma famille et mon agent avant de décider la suite des choses. Maintenant, c'est dur. Si j'ai joué mon dernier match avec l'Intrépide, j'aurais voulu le gagner», a-t-il après le revers crève-coeur de 5-4 de l'Intrépide contre les Gaulois d'Antoine-Girouard.

Comme Benoît-Olivier Groulx a des chances d'être le premier choix du prochain repêchage et que le Drakkar occupe le dernier rang, il y a des possibilités que les deux coéquipiers se retrouvent l'an prochain. Y pensent-ils?

«C'est sûr que ça nous rentre dans la tête, mais je ne veux pas trop y penser en ce moment.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer