Trenine devra gagner son poste

Trenine traversait ses meilleurs moments de sa saison... (Patrick Woodbury, archives LeDroit)

Agrandir

Trenine traversait ses meilleurs moments de sa saison avec les Olympiques au moment de recevoir l'appel de sa patrie.

Patrick Woodbury, archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Yakov Trenine ne tient rien pour acquis. Il a réalisé un rêve en obtenant une invitation au camp de sélection de l'équipe nationale junior de la Russie lundi. Maintenant, il devra gagner son poste.

Trente joueurs ont été invités au camp qui débutera à Moscou vendredi. Sept joueurs seront retranchés d'ici le dernier match hors-concours contre le Danemark le 24 décembre. L'attaquant de 18 ans sait qu'il devra être convaincant. L'entraîneur-chef, Valeri Bragine, préfère traditionnellement former une équipe de joueurs de 19 ans pour participer au Championnat mondial junior.

Parce que la cuvée des joueurs nés en 1996 est moins forte en Russie cette saison, l'équipe a invité un peu plus de joueurs de 18 ans. «Habituellement, l'entraîneur ne garde jamais plus de cinq joueurs de 18 ans. Je suis très excité d'avoir été invité au camp final de sélection, mais il reste une grosse étape à franchir», a expliqué Trenine, qui a raté l'entraînement de mardi en raison d'un virus qui court dans le vestiaire des Olympiques.

L'espoir des Predators de Nashville avoue qu'il s'est imposé un peu trop de pression pour essayer d'impressionner les dirigeants de la délégation russe depuis le début de la saison. «J'étais stressé. Je veux tellement participer au Championnat mondial. J'ai modifié mon approche (il y a près d'un mois) et ça va mieux maintenant. J'essaye de m'amuser un peu plus.»

Trenine traversait ses meilleurs moments de sa saison avec les Olympiques au moment de recevoir l'appel de sa patrie. Il a également connu du succès pendant la série Canada-Russie. D'ailleurs, trois autres Russes qui évoluent dans la LHJMQ seront aussi aux essais de Moscou à compter de vendredi: Sergei Boikov (Drummondville), Maxim Lazavev et Evgeny Svechnikov (Cap-Breton).

Par le passé, Trenine a été boudé par le programme national de hockey de la Russie. Il n'avait pas été invité à participer au tournoi Ivan Hlinka qui rassemble les meilleurs joueurs de moins de 18 ans. «Ils n'aiment pas quand nous venons jouer au Canada. C'est différent pour le Championnat mondial. J'ai participé au camp estival cette année et à la Série Canada-Russie.»

Trenine garde une crainte lors des essais finaux. «Je suis un joueur de gros gabarit et j'ai du succès sur les petites patinoires. En Finlande, le tournoi va se jouer sur une glace olympique. Je ne sais pas si ça va être bon pour moi.»

Son entraîneur, Benoît Groulx, ne s'inquiète pas de cette facette du jeu. «Son coup de patin n'est peut-être pas le plus élégant, mais il n'est pas lent.»

L'entraîneur gatinois espère de tout coeur que son protégé se taillera un poste avec l'équipe russe même si cela voudrait dire qu'il raterait au moins huit matches des Olympiques.

«L'expérience acquise au Championnat mondial est inestimable pour le joueur, son équipe et la suite de sa carrière. Nous l'avons vu avec Maxime Talbot et Claude Giroux. Quand ils sont revenus, ils étaient des joueurs transformés.»

Les trois prochains matches des Olympiques avant la pause de Noël ne seront pas de tout repos. Ils vont affronter trois des meilleures équipes de la LHJMQ. «Au moins, il va manquer Julien Gauthier à Val-d'Or, Martins Dzierkals à Rouyn-Noranda et peut-être Anthony Beauvillier à Shawinigan.»

Tous ces joueurs seront auprès de leurs équipes nationales respectives.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer