Diagnostic sombre pour Dostie

Alex Dostie connaissait un début de saison de rêve... (Martin Roy, Archives LeDroit)

Agrandir

Alex Dostie connaissait un début de saison de rêve avec les Olympiques de Gatineau.

Martin Roy, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Alex Dostie était un jeune homme déboussolé vendredi après-midi. Sa crainte s'est concrétisée. Un examen d'imagerie par résonance magnétique (IRM) a démontré qu'il souffrait d'une déchirure partielle au labrum de son épaule droite.

Meilleur compteur de la LHJMQ au mois de septembre, il ira chercher une deuxième opinion le 14 octobre avant de savoir s'il peut jouer en dépit de la blessure ou s'il doit passer sous le bistouri.

«Ça ressemble à ma blessure d'il y a deux ans sur mon autre épaule, sauf que la déchirure n'est pas au même endroit. Je vais consulter le chirurgien qui m'a opéré quand j'avais 16 ans pour connaître son opinion. Il faudra savoir si c'est dangereux pour moi de jouer en dépit de cette blessure. Émile Poirier a joué avec une blessure à l'épaule pendant deux ans avant d'être opéré», a dit le Drummondvillois de 18 ans.

Dostie connaissait un début de saison de rêve avec les Olympiques de Gatineau. La ligue venait de lui octroyer sa première étoile du mois de septembre quand il a pris conscience de son test d'IRM vendredi. «On passe d'une bonne à une mauvaise nouvelle. Je ne m'attendais pas à ce résultat. Je ne peux rien changer. J'en saurai davantage sur mes options après ma rencontre avec le chirurgien. Il faudra aussi que je parle à mon agent.»

Une longue absence représenterait un dur coup pour les Olympiques, qui n'ont pas montré le même aplomb sans leur as marqueur. Cependant, Benoît Groulx a indiqué qu'il n'était pas prêt à appuyer sur le bouton de panique.

«En ce qui me concerne, il n'y a rien d'alarmant encore. Nous voulons une seconde opinion. Des procédures ont été mises en place quand Alex a été blessé. Le processus est en marche. Nous devons rencontrer des spécialistes. Il faut attendre de leur parler avant de se prononcer sur la suite des choses. Plusieurs joueurs ont joué malgré des blessures aux épaules par le passé. Tout dépend de la gravité et de l'endroit de la blessure.»

Même s'il garde espoir de retrouver Dostie dans un avenir rapproché, Groulx a ajouté que la santé du joueur allait avoir préséance sur tout. «La décision sera prise dans l'intérêt d'Alex Dostie. Pas question de mettre sa santé en péril.»

Cette fâcheuse blessure arrive très tôt dans la saison. Benoît Groulx aurait aimé mesurer l'impact de sa ligne de centre avec Dostie et Trenine. «Ça nous aurait donné deux centres de premier ordre. Alex avait gagné en vitesse et en confiance cette année. Sera-t-il absent 10 jours, un mois, six mois? Il est trop tôt pour s'avancer. J'ai hâte de voir comment notre club va se comporter dans les deux prochaines semaines sans lui.»

Trop beau pour être vrai...

Alex Dostie avait récolté 13 points à ses cinq premiers matches où il avait déjà développé une belle complicité avec le Russe Vitalii Abramov.

Souvent comparé à Mathieu Perreault parce qu'il est originaire de Drummondville en plus d'avoir un gabarit et un style de jeu similaire, Dostie avait amassé 54 points à 17 ans. Perreault avait récolté 52 points au même âge. À 18 ans, il avait explosé avec 119 points. Au rythme où il était parti, Dostie aurait pu suivre une courbe de progression comparable.

C'était trop beau pour être vrai pour les Olympiques.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer